Guide de rédaction

Dernière mise à jour : le 1er mai 2019

Le guide de rédaction est basé sur les grands principes de conception du site Québec.ca :

  • Penser aux besoins des citoyens.
  • Simplifier la recherche d’information.
  • Rendre le site accessible pour toutes et tous.
  • Être transparent, collaborer et partager.  

En mettant en œuvre la Stratégie d’optimisation des communications numériques et des présences Web gouvernementales, le gouvernement du Québec souhaite assurer une meilleure communication avec la population, notamment au moyen de la plateforme unifiée Québec.ca. Dans ce contexte, ce guide vise à instaurer des pratiques rédactionnelles exemplaires assurant la clarté et la cohérence des contenus gouvernementaux au fil de leur transfert dans la plateforme.

    Sommaire des changements

    Des modifications ont été apportées à cette version du guide. Nous avons ajouté des informations concernant la lisibilité (section Langage clair et simple) et une règle concernant la traduction de dénominations (section Traduction des contenus). 

    Structure de l’information sur Québec.ca

    L’information est structurée en zones thématiques. Ces dernières sont le résultat de tests qui ont identifié la manière dont les citoyennes et citoyens catégorisent l’information gouvernementale. Les thèmes sont affichés sur la page d’accueil et dans la liste composant la navigation principale du site. Rapidement, les utilisateurs bénéficient d’une vue d’ensemble de l’offre de service du gouvernement du Québec. Ils parcourent les rubriques et les grands sujets d’un thème en fonction de leur besoin.

    Les informations présentées dans les thèmes ne sont pas regroupées par clientèles ni par ministères. Chaque contenu répond à une tâche que l’utilisateur vient accomplir sur Québec.ca.

    Le thème santé, par exemple, regroupe six rubriques qui traitent d’une trentaine de grands sujets. Le sujet de la vaccination fait partie de la rubrique Conseils et prévention.

    Organisation de l’information

    Pyramide inversée

    Le contenu est organisé selon le modèle de la pyramide inversée. L’information essentielle est présentée d’abord, et l’information complémentaire, ensuite. Cette technique de rédaction oriente plus efficacement la personne vers les renseignements dont elle a besoin. La page doit commencer par un paragraphe qui résume le message clé. Ensuite, les compléments d’information sont ajoutés selon leur importance.

    Titres et sous-titres

    Les titres sont des éléments clés du Web. Rédigés efficacement, ils permettent de diriger le lectorat, de répondre au besoin de balayage de l’information et d’optimiser le référencement.

    Les titres doivent être :

    • précis;
    • riches en mots-clés;
    • concis;
    • informatifs.

    Les termes pertinents, soit les mots-clés susceptibles d’être recherchés par les citoyens, sont placés au début des titres et des sous-titres; on ne commence pas par un déterminant. L’abréviation, sauf si elle est mieux connue du public cible que l’appellation au long, n’est pas utilisée, ni la ponctuation.

    Les sous-titres doivent être hiérarchiques et rédigés avec un grand souci de précision.

    Liens hypertextes

    Le lien hypertexte facilite la navigation, renforce le maillage interne et externe et satisfait le besoin d’autonomie du lectorat. Il est toutefois un facteur de déconcentration à la lecture et doit être utilisé à bon escient.

    Conseils pour un emploi efficace :

    • Utiliser un libellé identique lorsque plusieurs liens renvoient à la même page de destination.
    • Rédiger un libellé explicite, exclusif et invitant et éviter les expressions vagues (exemple : cliquez ici).
    • Décrire la tâche dans le lien (exemple : remplir le formulaire pour une demande de permis).
    • Assurer une concordance entre les libellés de départ et d’arrivée (les principaux mots-clés du lien doivent correspondre au titre de la page d’atterrissage afin d’indiquer à la personne qu’elle est au bon endroit).
    • Regrouper les liens importants le plus possible en colonne de droite (voir la section Contenu contextualisé).
    • S’assurer d’une étroite relation entre les liens choisis et la nature du contenu et éviter une utilisation excessive d’hyperliens.

    Références aux lois et règlements

    Les références aux lois et règlements se font par des liens hypertextes vers LégisQuébec. Les libellés doivent être courts, et les titres des lois ne sont pas écrits au complet. On ne fournit pas la description de la loi. Les libellés peuvent se situer directement dans le texte ou en colonne de droite.

    Exemple : 

    Lorsqu’un enfant devient légalement adoptable par sa famille d’accueil, une aide financière peut être versée à cette dernière.

    À consulter aussi

    Règlement sur l’aide financière pour favoriser l’adoption d’un enfant Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

    Contenu contextualisé

    Lorsque les contenus doivent être mis en évidence et être accessibles rapidement, on peut les déplacer en colonne de droite. On doit toutefois les regrouper selon les blocs d’information suivants :

    • Coordonnées
    • À consulter aussi (liens vers du contenu connexe complémentaire au sujet)
    • Publications (formulaires, rapports, guides, etc.)

    Public et accessibilité

    Le public de Québec.ca est composé de toutes les personnes en recherche d’information concernant le gouvernement du Québec. On s’adresse directement au lectorat en écrivant à la deuxième personne du pluriel (vous, votre et vos). Les contenus du site Web sont rédigés au nom du gouvernement du Québec et empruntent un ton professionnel, neutre, conversationnel et informatif.

    Dans le but de servir l’ensemble de la population, tous les contenus de Québec.ca ont été conçus en respectant le Standard sur l’accessibilité des sites Web (PDF 101 Ko). Les contenus et les documents doivent être accessibles aux personnes ayant des handicaps physiques et cognitifs selon le standard.

    Rédaction épicène

    La rédaction épicène consiste à éviter l’utilisation systématique du genre masculin (exemple : l’employé) pour privilégier les expressions qui ne se réfèrent pas aux genres. Pour ne pas alourdir inutilement le contenu, on choisit, lorsque c’est possible, la formulation neutre (exemple : le service-conseil) plutôt que le doublet (exemple : les conseillers et les conseillères). Il est recommandé de se référer aux articles sur la féminisation et la rédaction épicène Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. de l’Office québécois de la langue française, en cas de besoin.

    Langage clair et simple

    L’utilisation d’un langage clair et simple aide à la recherche d’information sur le Web. L’application des règles présentées ci-dessous facilite la compréhension et l’accessibilité des contenus à un plus vaste public.

    Concision

    Les phrases sont de longueur moyenne (12 à 15 mots).  

    • Éviter les adverbes et les adjectifs non essentiels.
    • Prioriser la structure « sujet + verbe + complément ».
    • Utiliser directement le verbe plutôt que des mots formés à partir de verbes (exemple : « distribuer le courrier » au lieu de « faire la distribution du courrier »).
    • Employer le terme précis plutôt que la périphrase, de même que l’adjectif plutôt que la subordonnée relative (exemple : « C’est le seul ordinateur adéquat » plutôt que « C’est le seul ordinateur qui nous convient »).

    Les énumérations horizontales nuisent à la lecture; il faut les remplacer par des listes à puces, ou énumérations verticales, pour améliorer la présentation de l’information. Les listes contiennent de 3 à 10 éléments, au maximum.

    Simplicité

    Il faut porter une attention particulière aux termes utilisés pour qu’ils soient compréhensibles pour un large public. On recommande de simplifier les contenus.

    • Utiliser des mots simples de la langue courante et des mots de liaison connus.
    • Employer les termes techniques seulement lorsque nécessaire (exemple : un contenu adressé aux milieux professionnels).
    • Emprunter la voix active et la forme affirmative (exemple : « Vous devrez peut-être fournir une preuve de citoyenneté » au lieu de « Une preuve de citoyenneté sera peut-être exigée »). 
    • Éviter le jargon organisationnel, les jeux de mots, les expressions familières et les métaphores.

    Lisibilité

    Un texte avec un niveau de lisibilité approprié facilite la réalisation des tâches et rehausse le degré de satisfaction du lectorat. Il est donc important de tenir compte de la compétence en lecture du public lorsqu’on rédige les contenus.

    Des outils en ligne du type Scolarius Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. peuvent être employés gratuitement afin de vérifier le niveau de lisibilité d’un texte. L’outil cote le texte au moyen d’un système de points fondé sur des groupes de niveau de scolarité. Une fois le texte soumis, un pointage (et le niveau de scolarité correspondant) sera affiché.

    Le niveau de scolarité secondaire (pointage de 100 ou moins) est visé pour les contenus :

    • de navigation (pages d’accueil, de thème et de sujet);
    • conçus pour le grand public.

    Concernant les textes conçus pour des spécialistes, on établit le niveau de scolarité approprié et on l’applique à l’ensemble du contenu.

    Typographie

    • Le soulignement est réservé aux liens hypertextes et ne doit pas être utilisé autrement.
    • L’italique est à éviter, puisqu’il est difficile à lire sur un écran.
    • Le gras doit être utilisé avec modération, car il alourdit le texte et nuit à la lecture. Il peut être employé pour mettre en évidence un mot-clé ou un groupe de mots importants, par exemple.
    •  Les espaces insécables sont utilisées pour relier :
      • les éléments des dates;
      • le titre de civilité et le nom de la personne;
      • les nombres en chiffres et les symboles qui les suivent;
      • les groupes de chiffres ou de lettres indissociables;
      • les numéros de téléphone;
      • les codes postaux;
      • les heures, le symbole « h » est précédé et suivi d’une espace insécable. Ex. : de 8 h à 16 h 30.

    Les espaces insécables ne sont pas utilisées dans les titres principaux de navigation, mais dans les titres de niveau 2 (H2) et plus.

    • Les nombres s’écrivent la plupart du temps en chiffres, excepté en début de phrase. On écrit les nombres de 1 à 9 en lettres, sauf exception (adresse, heure, somme d’argent, âge, date, unité de mesure, pourcentage, fraction, matricule, etc.). Lorsqu’on écrit deux nombres (ou plus) dans une phrase, dont l’un devrait être en chiffres, et l’autre, en lettres, on les écrit tous les deux soit en chiffres, soit en lettres.
    • Les nombres million et milliard s'écrivent en toutes lettres.  Le symbole de l’unité monétaire suit le nombre.

      Exemple : 5 millions $
       
    • La minuscule est utilisée pour désigner le gouvernement du Québec. Dans tous les contextes, gouvernement s’écrit avec une minuscule. À l’exception des contrats et autres documents à portée juridique, où l’appellation Gouvernement du Québec prend la majuscule.

      Exemples :
      • Visitez le site Web du gouvernement du Québec.
      • Le gouvernement du Québec est fier de soutenir ce festival.
    • La référence au site Québec.ca doit toujours se faire avec la majuscule au début du mot Québec et l'accent sur le « é ». Les accents ne doivent jamais être utilisés après la barre oblique dans les adresses de pages (URL).


      Exemple : Québec.ca/immigrer. 

    Traduction des contenus

    Québec.ca est une vitrine francophone. La décision de traduire ou non certains contenus relève de la responsabilité du sous-ministre ou du dirigeant d’un organisme propriétaire de ces contenus. Elle doit être prise en respectant ce qui est prescrit par la politique linguistique du ministère ou de l’organisme.

    En anglais, l’utilisation des majuscules varie.

    • Les thèmes, les sous-thèmes, les titres et les sous-titres prennent une lettre majuscule seulement au premier mot. 
    • Les noms de documents, de programmes, etc. prennent une lettre majuscule à chaque mot. 

    Dénomination

    Le gouvernement, ses ministères, les autres organismes de l’Administration et leurs services ne sont désignés que par leur dénomination française, même dans un texte rédigé dans une autre langue que le français.

    Par exemple, on ne traduit jamais la dénomination officielle gouvernement du Québec par Government of Québec, ni par Québec Government, ni par Québec government.

    Adresses Web

    Pour les pages de contenu ou les liens raccourcis, on traduit ce qui vient après la barre oblique dans l’URL, de la même façon qu’on traduit le contenu des pages d’information. Si le H1 de la page n’est pas traduit (comme c’est le cas pour certains noms de programmes ou de services), on ne traduit pas ce qui vient après la barre oblique dans l’URL. Toutefois, si le H1 des pages subséquentes est traduit, le segment d’URL associé à ces pages doit l’être.

    Pour toute question relative à la Charte de la langue française, vous pouvez joindre l’Office québécois de la langue française.

    Renseignements généraux

    Du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30

    Référencement (SEO)

    La qualité et la pertinence du contenu sont déterminantes pour optimiser le référencement d’une page. 

    Quelques pistes pour optimiser le référencement des pages :

    • La balise titre doit comporter des termes descriptifs et caractéristiques du contenu (maximum de 60 caractères, espaces comprises). Le titre doit être court et parlant. S’il est long et qu’il ne peut pas être raccourci, les mots-clés importants sont placés au début.
    • La balise meta description doit fournir un résumé du sujet de la page et compléter le titre. Chaque page doit avoir sa propre description. Google n’affiche que 150 caractères dans la page de résultats. Il faut donc éviter de dépasser ce nombre de caractères.
    • Les niveaux de titre doivent être bien utilisés (H1 à H6). Le niveau H1 est toujours suivi d’un H2, puis d’un H3 et ainsi de suite. Ne pas utiliser le gras ou un élément visuel pour marquer le début d’un paragraphe, mais plutôt les sous-titres.
    • Chaque page doit posséder un seul H1, qui doit être unique.

    Mots-clés

    Les moteurs de recherche scrutent le contenu des pages d’un site à la recherche de mots-clés répétitifs, puis affichent ces pages dans les résultats de recherche. Les robots vont considérer un mot-clé en raison de sa répétition dans une page.

    Des outils comme Google Trends Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. permettent de définir les mots-clés les plus populaires sur le moteur de recherche Google. Les résultats sont généraux et basés selon une zone géographique définie. Cet outil est pertinent pour découvrir les types de recherches effectuées par les utilisateurs et mieux cibler la clientèle publique lors de la rédaction de contenu.

    Moteur de recherche interne

    Le champ mots-clés dans les métadonnées permet d’être mieux référencé par le moteur de recherche interne. Il est important d’ajouter différents termes du champ lexical d’un mot (exemple : poisson, poissonnerie, poissonnière, poissonneries) et les termes utilisés par la population, même s’ils sont fautifs ou d’un registre familier. 

    Image et vidéo

    Les images et les vidéos diffusées sur Québec.ca sont de type informationnel, c’est-à-dire qu’elles fournissent un support au contenu. Elles doivent ajouter une valeur réelle à la page en permettant une meilleure compréhension du texte. Les ajouts visuels accessoires (par exemple, les bandeaux décoratifs) ne sont pas justifiés, sauf dans les cas de campagnes en lien direct avec le contenu de la page.

    Un texte alternatif (ou texte de remplacement ou texte Alt) est de l'information qui décrit une image. Il lui donne un sens lorsqu'une personne utilise des technologies d'aide pour l'interpréter. Il permet aussi aux moteurs de recherche de mieux déchiffrer l'intention des fichiers d'image.

    Afin de rédiger un texte alternatif pour des images fonctionnelles, il faut :

    • décrire l'image comme si on la décrivait à quelqu'un au téléphone;
    • utiliser le moins de mots possible;
    • tenter de limiter le texte à moins de 170 caractères (y compris les espaces);
    • utiliser le texte qui figure sur une image fonctionnelle comme texte alternatif seulement s'il fournit suffisamment de contexte, ou rédiger un autre texte en incluant plus d'information;
    • utiliser l'indicateur vide (alt="") comme texte alternatif si l'image ne donne pas de renseignements supplémentaires que ce qui est déjà inscrit dans le texte avoisinant;
    • éviter de décrire une image par le même mot (exemple : « image du... »), car les lecteurs d'écran le font déjà. Les chances que l’image apparaisse dans les résultats de recherche sont ainsi plus grandes. Le référencement s’effectue autant dans les résultats de liens que dans les résultats des images, pour ensuite mener vers le site.