C’est bien connu, les légumes contribuent à une saine alimentation. En effet, les consommateurs reconnaissent leur valeur nutritive et leurs effets positifs sur la santé. Le nouveau guide alimentaire canadien met d’ailleurs l’accent sur les fruits et légumes. Santé Canada recommande qu’ils occupent la moitié de notre assiette à chaque repas.

Le secteur des légumes de champ est celui qui génère le plus de revenus parmi les productions horticoles du Québec. La province est également la 2e plus grande productrice de légumes au Canada après l’Ontario.

La majorité de ces légumes sont vendus frais (92 % des ventes). Le reste est destiné à la transformation : mise en conserve, surgélation, préparation de légumes coupés et prêts à l’emploi, etc.

Légumes de champ au Québec en chiffres

Voici un portrait statistique de l'industrie des légumes de champs au Québec (données de 2017) :

  • Nombre de producteurs : 2 035
  • Superficie totale : 36 149 hectares
  • Volume de production : 711 000 tonnes métriques
  • Consommation canadienne : 105 kg/personne
  • Recettes monétaires : 413 millions $
  • Valeur des exportations de légumes frais : 174 millions $
  • Valeur des exportations de légumes transformés : 152 millions $.

Principales régions productrices de légumes de champ, en superficie
La production est présente partout sur le territoire. Toutefois, elle est surtout concentrée dans les zones où les conditions climatiques sont les plus favorables.

Les principales régions productrices fruits et légumes de champ, en superficie, sont la Montérégie (63 %), les Laurentides (15 %) et les Laurentides (6 %).

Consommation diversifiée

Au Québec, on cultive plus de 70 espèces de légumes différents. Les laitues, les oignons, les tomates et les carottes demeurent les légumes les plus consommés, après les pommes de terre.

Les consommateurs démontrent cependant un intérêt à diversifier le contenu de leur assiette. Ils intègrent à leur alimentation de nouvelles variétés de légumes, tels les légumes asiatiques, ou y réintroduisent des légumes traditionnels, comme le panais.

Principaux légumes de champ produits au Québec, en superficie

Les principaux légumes de champ produits au Québec sont le maïs (20 %), les pois (10 %), les haricots (10 %), les laitues (10 %), la carotte (9 %), les choux (6 %), l'oignon (6 %), le brocoli (5 %), ainsi que d'autres légumes (25 %), comme la betterave, le chou-fleur, les courges et zucchinis, le concombre, le poivron, etc.

Légumes destinés à la transformation

Les légumes sont récoltés à maturité et transformés immédiatement pour conserver toute leur valeur nutritive. Le maïs sucré, les haricots et les pois sont surgelés ou mis en conserve. Les concombres sont transformés en relish ou en cornichons.

Les usines de transformation se situent à proximité des terres agricoles afin d’optimiser la fraîcheur et le transport des produits. Elles contribuent à l’économie locale et au maintien de la vitalité des régions.

Par ailleurs, des initiatives sont en cours pour introduire la culture d’edamame (soya vert) pour la transformation au Québec.

Production biologique en croissance

La production de légumes biologiques est en hausse. En 2017, la certification biologique était détenue par 382 entreprises maraîchères, qui cultivaient des légumes de champ sur 2 640 hectares.

La demande d’aliments biologiques s’accroît en moyenne de 10 à 15 % par année, aussi bien à l’échelle mondiale que locale. Les maraîchers biologiques québécois vendent surtout leurs légumes frais directement au consommateur, par l’entremise de paniers biologiques, de kiosques à la ferme, dans les marchés publics, etc.

Les usines de transformation recherchent aussi de plus en plus de légumes biologiques.

Consultez la page Agriculture biologique pour en savoir plus sur ce mode de production.

L’importance de l’exportation

Plus du tiers des légumes de champ québécois est vendu à l’étranger. Depuis les 10 dernières années, les exportations présentent une forte croissance, soit une augmentation de près de 10 % par an.

Nos légumes frais ou transformés sont surtout vendus aux États-Unis, plus particulièrement dans les états de New York, du New Jersey, de la Pennsylvanie ou du Massachusetts.

Soutien aux producteurs agricoles

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation met plusieurs programmes d’aide financière Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. à la disposition des producteurs agricoles. Il est possible d’obtenir des conseils ou de l’information en consultant un conseiller régional. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.