Éthanol et biodiesel

Les biocarburants les plus produits au Québec sont l’éthanol et le biodiesel. Ces biocarburants sont bien connus, car ils sont déjà intégrés dans les carburants traditionnels afin de réduire leur intensité carbone. On les trouve en quantité variable dans : 

  • l’essence
  • le carburant diesel

Une production en mutation

Certaines techniques de production implantées au Québec sont dites de première génération, car elles reposent sur l’utilisation de matières agricoles spécialement cultivées à cet effet – par exemple, la production d’éthanol à partir de maïs et la production de biodiesel à partir d’huiles végétales telles que le soya ou le canola.

L’orientation actuelle au Québec est de privilégier l’utilisation de matières résiduelles et renouvelables, pour la production d’éthanol, de biodiesel et d’autres biocarburants. On parle alors de biocarburants de deuxième génération.

Ces installations peuvent exploiter de la matière résiduelle, comme :

  • des huiles de cuisson usées;
  • des huiles animales recyclées;
  • des résidus forestiers;
  • des matières résiduelles commerciales (poteaux de téléphone usés, plastiques).

Plusieurs projets de cette nature sont actuellement en préparation au Québec, afin de mieux exploiter la biomasse résiduelle disponible et de répondre à une demande intérieure croissante.

Augmenter la proportion des biocarburants

La proportion de biocarburants que l’on trouve dans les carburants commerciaux varie d’un pays à l’autre. La tendance est à la hausse pour accorder une plus grande place aux carburants renouvelables et réduire l’empreinte carbone de nos déplacements. Ces carburants plus verts sont souvent vendus à des prix inférieurs aux carburants traditionnels.

Au Québec, un projet de règlement est en cours pour obliger les distributeurs québécois de produits pétroliers à atteindre, d’ici à 2030 :

  • une proportion de 15 % de contenu à faible intensité carbone dans l’essence;
  • une proportion de 10 % de contenu à faible intensité carbone dans le carburant diesel.

Une fois mise en place, cette mesure se traduira par une réduction des émissions de gaz à effet de serre attribuables au secteur du transport (véhicules personnels, taxis, camionnage, autobus, autocars, etc.).

Dernière mise à jour : 24 novembre 2021

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec