Barbue de rivière

Illustration d’une barbue de rivière.
Une barbue de rivière. © Illustration de Louis L’Hérault

Nom français
Barbue de rivière

Autre(s) nom(s) français
Barbue, barbue du Nord

Nom anglais
Channel catfish

Autre(s) nom(s) anglais
Channel cat, Spotted catfish, Great Lakes catfish, Northern catfish

Nom scientifique
Ictalurus punctatus

Grand groupe
Poissons

Sous-groupe
Poissons d’eau douce

Description

La barbue de rivière est une espèce commune et populaire auprès des pêcheurs. Elle est appréciée en raison de la taille qu’elle peut atteindre, des combats qu’elle procure et de sa grande facilité à être capturée.

Identification

Taille

En général, les tailles observées au Québec varient entre 33 et 68 cm, mais elle peut mesurer plus d’un mètre.

Poids

Dans le fleuve Saint-Laurent et ses lacs fluviaux, la barbue de rivière peut peser plus de 9 kg.

Coloration

Le dos de la barbue de rivière est de couleur foncée. Ses flancs peuvent être d’une teinte olive, bleue, bronze, grise ou jaune. Le bas de son corps est de couleur blanche. Elle possède des taches noires de grandeurs variables répandues sur son corps, mais qui sont présentes surtout chez les jeunes. Ses nageoires sont habituellement grises.

Traits caractéristiques

Le corps de la barbue de rivière est allongé, mais comprimé sur les côtés, notamment dans la partie arrière. Elle ne possède pas d’écailles.

Sa tête est large et aplatie. Elle possède quatre paires de barbillons.

Sur les nageoires dorsale et pectorales, le premier rayon est constitué d’une épine défensive sur laquelle se trouvent de petites dents. Sa nageoire adipeuse est robuste et n’est pas fusionnée avec la nageoire caudale. Sa nageoire caudale est fourchue.

Distinction

Contrairement aux barbottes et aux chats-fous qui ont la nageoire caudale carrée ou arrondie, celle de la barbue de rivière est fourchue.

Espèces similaires

Barbotte jaune

Barbotte brune

Répartition

La barbue de rivière est très répandue aux ÉtatsUnis et est également présente dans le sud de certaines provinces canadiennes. Au Québec, elle est présente dans le sud de la province, surtout dans le SaintLaurent et ses tributaires. 

Présence au Québec

Origine

Indigène

Statut de résidence des populations

Cette espèce vit au Québec toute l’année. 

État de la situation

Au Québec, la barbue de rivière est considérée comme abondante, particulièrement dans le fleuve SaintLaurent. L’espèce est exploitée de façon commerciale.

Rang de précarité

Le rang de précarité provincial (rang S) pour cette espèce est S5.

Suivi

Dans le fleuve SaintLaurent et ses lacs fluviaux, la barbue de rivière est suivie par le Réseau de suivi ichtyologique qui est déployé entre le lac SaintFrançois et Batiscan et par le Réseau d’inventaire des poissons de l’estuaire entre CapSanté et SaintIrénée.

Habitat

La barbue de rivière est adaptée aux milieux d’eau courante. Elle fréquente surtout les fosses profondes de grands cours d’eau clairs ou turbides, où le fond est rocheux et graveleux. Elle peut également être trouvée en lac.

Alimentation

La barbue de rivière se nourrit de larves aquatiques d’insectes, de crustacés, de mollusques, de vers, de poissons et de végétaux.

Elle peut se nourrir de jour comme de nuit, principalement au fond, mais aussi entre deux eaux et en surface, surtout les jeunes.

Reproduction

La barbue de rivière fraie habituellement à partir du mois de juin. Elle se reproduit dans les secteurs tranquilles de rivières ou en lac, dans un nid aménagé par le mâle dans un endroit à proximité d’abris naturels qui fournissent de l’ombre.

Les œufs sont ventilés, nettoyés et surveillés par le mâle et éclosent en 5 à 10 jours. Le mâle s’occupe aussi des alevins pendant un certain temps.

En période de reproduction, des excroissances (tubercules nuptiaux) blanches peuvent être présentes sur les rayons de la nageoire caudale et des nageoires pectorales.

Menaces pour l’espèce

Au Québec, la barbue de rivière ne semble pas être particulièrement affectée par les menaces qui affectent d’autres espèces de poissons en eau douce.

Maladies

Comme les autres espèces de poissons, la barbue de rivière peut être atteinte par certaines maladies. Elle peut notamment être affectée par la septicémie hémorragique virale. De plus, elle peut être potentiellement parasitée par de petits crustacés (copépodes).

Prévention et contrôle de son introduction

Toute introduction d’espèce non présente naturellement dans un plan d’eau représente un risque pour les écosystèmes. Certaines méthodes de prévention doivent être appliquées pour éviter leur introduction en dehors de leur plan d’eau habituel.

Ne transportez pas de poissons vivants d’un plan d’eau à un autre. Le transport de poissons vivants et l’ensemencement de plans d’eau nécessitent un permis délivré par le gouvernement.  

Si vous capturez ou observez une barbue de rivière dans un plan d’eau où elle n’est pas présente naturellement, veuillez le signaler au service à la clientèle.

Recommandations concernant la consommation

La consommation de poissons sauvages peut représenter un risque pour la santé humaine. Certaines précautions doivent être prises afin de les consommer de manière sécuritaire.

Pour en savoir plus

BERNATCHEZ, L., et M. GIROUX (2000). Les poissons d’eau douce du Québec et leur répartition dans l’est du Canada, Éditions Broquet, Saint-Constant, Québec. 350 p.

DESROCHES, J.-F., et I. PICARD (2013). Poissons d’eau douce du Québec et des Maritimes, Éditions Michel Quintin, Waterloo, Québec. 471 p.

L’HÉRAULT, L. (2021). Poissons du nord-est de l’Amérique du Nord : sud-est du Nunavut, est de l’Ontario, nord-est de la Nouvelle-Angleterre, Québec et provinces maritimes du Canada. Québec. 551 p.

Dernière mise à jour : 29 février 2024

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?
Avis général

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec