Résistance des bactéries aux antibiotiques

L’antibiorésistance se produit lorsqu’un antibiotique ne parvient plus à tuer certaines bactéries ou à freiner leur croissance. Alors que des bactéries résistent naturellement à certains antibiotiques, d’autres peuvent devenir résistantes avec le temps.

Une bactérie peut résister à plus d’un antibiotique. On dit alors qu’elle est multirésistante. Une infection causée par une bactérie multirésistante est problématique. Les choix d’antibiotiques permettant de la traiter sont alors très limités.

De plus en plus, des souches bactériennes résistent à un ou à plusieurs antibiotiques. Cette situation peut se présenter autant dans le domaine de la médecine humaine que dans celui de la médecine vétérinaire.

Les propriétaires d’animaux de compagnie et les éleveurs ont alors avantage à consulter un médecin vétérinaire​. Ils doivent également privilégier des mesures de prévention pour minimiser la nécessité de recourir à des antibiotiques.

Conséquences de la résistance aux antibiotiques

L’augmentation de la résistance aux antibiotiques peut compliquer le traitement d’une infection chez les humains et les animaux. Cela peut causer :

  • ​une prolongation de la durée de la maladie;
  • un accroissement des risques de propagation de la bactérie;
  • une augmentation de la douleur et de la souffrance;
  • des soins plus coûteux;
  • un risque de mortalité plus élevé.

En production animale, des pertes financières peuvent aussi s’ensuivre.​

Antibiorésistance chez l’humain et l’animal

L’apparition de bactéries résistantes chez l’humain est le plus souvent liée à l’utilisation d’antibiotiques en médecine humaine. Une bactérie résistante chez l’animal pourrait toutefois occasionner des effets néfastes chez l’humain.

​Sur le plan de la résistance bactérienne aux antibiotiques, les humains et les animaux sont intimement liés par leur environnement, leur proximité et les habitudes alimentaires des humains. Ils le sont aussi parce que certaines familles d’antibiotiques sont parfois utilisées en médecine humaine et en médecine vétérinaire.

Il arrive donc que des bactéries résistantes chez l’animal se transmettent aux humains, et vice versa. Cette transmission peut se produire de diverses façons.

Contact direct avec les mains ou des sécrétions

La contamination peut se produire si on porte ses mains ou des aliments manipulés avec ses mains à sa bouche sans les avoir lavées et après avoir touché un animal.

Contact indirect avec un aliment contaminé

Si un aliment contaminé n’est pas manipulé, cuit ou lavé correctement, il existe un risque de contamination. Le lavage des mains et des surfaces ayant servi à préparer des aliments compte parmi les mesures de prévention efficaces.​ Ces mesures permettent également de réduire les risques d’intoxications alimentaires.

Contact indirect avec de l’eau ou des objets contaminés

Une contamination de l’environnement par des bactéries résistantes est possible, mais il existe des mesures qui permettent de réduire ce type de risques.

Par exemple, des bactéries résistantes peuvent se trouver dans l’eau potable. C’est pourquoi les traitements effectués dans les usines d’épuration des eaux s’avèrent nécessaires.

Des bactéries peuvent aussi se trouver dans les eaux de baignade. La surveillance et le testage des eaux récréatives permettent donc d’assurer une baignade sécuritaire.

Les objets, les instruments et les jouets contaminés peuvent également être nettoyés et désinfectés pour prévenir la transmission de bactéries.

Dernière mise à jour : 7 juin 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec