Le Québec est en confinement du 9 janvier au 8 février 2021. Un couvre-feu (entre 20 h et 5 h) et d’autres mesures spécifiques s’appliquent durant cette période. Pour connaitre ces mesures, visitez la page Confinement du Québec.

Préscolaire et primaire

Les élèves du préscolaire et du primaire sont accueillis dans leur école, selon les rapports élèves-enseignant habituels, sur la base de groupes-classes stables (c’est-à-dire que les mêmes élèves restent toujours ensemble), dans le respect des consignes de distanciation déterminées par les autorités de santé publique. 

L’ensemble des matières est enseigné (y compris les programmes du domaine des arts ainsi que l’éducation physique et à la santé). 

Aucune distanciation physique n’est requise entre les élèves faisant partie d’un même groupe-classe stable, tous niveaux confondus. Une distance de 1 mètre doit néanmoins être maintenue entre les élèves des différentes classes qui circulent dans les aires communes, incluant les corridors. 

Le port du couvre-visage n’est pas obligatoire en classe pour les élèves de l’éducation préscolaire jusqu’à la 4e année inclusivement, mais il est toutefois recommandé. Il est requis en zone rouge pour tous les élèves, à l’exception du préscolaire, lors des déplacements à l’intérieur de l’école, dans toutes les aires communes, en présence d’élèves d’autres groupes-classes et dans le transport scolaire. Consultez le feuillet explicatif (PDF 246 Ko) concernant le port du couvre-visage dans divers contextes.

Secondaire

L’organisation scolaire pour le secondaire se fait sur le même principe que pour les élèves du primaire, c’est-à-dire que les horaires des cours et des projets particuliers sont réaménagés sur la base des groupes-classes stables. Ainsi, aucune distanciation physique n’est requise entre les élèves faisant partie d’un même groupe-classe stable. L’ensemble des matières est enseigné (y compris les programmes du domaine des arts ainsi que l’éducation physique et à la santé). Les enseignants se déplacent selon les matières à enseigner, alors que les élèves restent toujours dans le même local.  

Pour les élèves de 4e et 5e secondaire, les centres de services scolaires (CSS), les commissions scolaires (anglophones et à statut particulier) et les établissements d’enseignement privé bénéficient d’une solution alternative si le réaménagement de l’horaire des cours (dont les cours à option et les projets particuliers) est impossible pour respecter le principe des groupes-classes stables. Selon les besoins identifiés dans leurs milieux respectifs, les organisations scolaires peuvent favoriser une formule en alternance, avec un seuil minimal de 50 % du temps habituellement prescrit pour chacune des matières, complété par des apprentissages en ligne et des travaux à faire à la maison. 

En zone rouge, la formule en alternance est obligatoire pour les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire.

Pour plus d'information sur le port du couvre-visage et du masque, consultez le feuillet explicatif (PDF 246 Ko) concernant le port du couvre-visage et du masque dans divers contextes.

Par ailleurs, les élèves présentant une condition significative qui les empêche de porter le couvre-visage ou le masque de procédure de façon sécuritaire sont exemptés de cette obligation. Consultez la page Port du masque ou du couvre-visage dans les lieux publics en contexte de la pandémie de COVID-19 pour en savoir plus sur les exemptions autorisées.

Mesures visant à assurer la réussite des élèves

Lors de la rentrée scolaire 2020, le gouvernement du Québec a ajouté des ressources supplémentaires dans le réseau de l’éducation dans le but de favoriser la réussite éducative des élèves. Plus précisément, un investissement de près de 100 millions de dollars a permis de soutenir leur retour en classe et la consolidation de leurs apprentissages. 

Les différentes mesures offertes permettent entre autres : 

  • de nouvelles activités de rattrapage, de récupération et d’aide aux devoirs; 
  • des centaines de milliers d’heures de services directs supplémentaires offerts aux élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage;
  • de nouveaux outils complémentaires pour apprendre à distance;
  • plus de ressources et plus de temps pour les élèves;
  • la création de 75 nouvelles classes spéciales;
  • un soutien pour favoriser la persévérance scolaire;
  • un accès favorisé aux activités parascolaires et à l’aide aux devoirs;
  • la consolidation des apprentissages. 

Afin de prêter main forte au personnel scolaire, le gouvernement du Québec déploiera progressivement dès janvier 2021 plusieurs actions pour accompagner les élèves qui éprouvent des difficultés en lien avec la pandémie, tant sur les plans de la pédagogie que du bien-être psychologique (santé mentale).

Ces actions incluent entre autres: 

  • la mise en place d’un programme de tutorat; 
  • la création d’une banque de tuteurs;
  • la mise en place de nouveaux services d’accompagnement et de soutien par des organismes partenaires;
  • davantage de soutien psychosocial, notamment par l’entremise d’une application mobile permettant aux jeunes d’avoir accès à de nombreuses ressources ou témoignages sous la forme de vidéos; 

Des solutions de rattrapage seront notamment envisagées pour offrir plus de soutien aux élèves en difficulté. Si vous constatez que votre enfant a cumulé des retards d’apprentissage importants, n’hésitez pas à communiquer avec son enseignant.  

Tous les élèves qui fréquentent le réseau public et qui ont besoin de matériel informatique pour poursuivre leur parcours scolaire le recevront. Les centres de services scolaires (CSS) et les commissions scolaires (CS) ont le nécessaire pour fournir l’équipement informatique requis à l’ensemble des établissements.  

Finalement, dans le contexte actuel et pour favoriser la réussite scolaire des élèves, des documents résumant les savoirs essentiels à enseigner aux élèves seront préparés par le Ministère et transmis aux enseignants. Dans ces conditions, les épreuves ministérielles pour le primaire et le secondaire sont annulées pour l’année scolaire en cours.

Mesures pour un environnement scolaire sain

Plusieurs actions sont également mises en œuvres dans le but d’assurer un environnement scolaire sain pour tous les élèves.

Entretien et désinfection dans les écoles et le transport scolaire

L’entretien des établissements scolaires a été rehaussé grâce à l'ajout de personnel d’entretien, permettant ainsi d’intensifier le nettoyage et la désinfection quotidienne. 

Il en va de même dans le transport scolaire, où la désinfection des surfaces fréquemment touchées doit être appliquée, en zone rouge, entre chaque trajet. Il est également recommandé de laisser des fenêtres ouvertes pendant le transport, dans la mesure du possible.

Lorsqu’il lui est possible de le faire, rappelons que le parent est invité à favoriser le transport individuel.

Qualité de l’air dans les écoles

Dans le but de favoriser un contrôle rigoureux de la qualité de l’air dans les écoles du Québec, des tests de qualité de l’air ont été réalisé par les centres de services scolaires en décembre pour mesurer le taux de dioxyde de carbone (CO2) dans 330 bâtiments scolaires. Ces tests permettent de s’assurer que l’air des écoles répond aux standards de qualité attendu.

Les résultats obtenus montrent qu’en moyenne le taux de CO2 est plus bas que les taux maximaux recommandés dans la vaste majorité des classes testées. Pour plus d’informations, consultez la fiche synthèse (PDF 426 Ko) sur la qualité de l’air dans les écoles.

Les centres de services scolaires et les commissions scolaires sont invités à mettre en place un programme de surveillance des principaux paramètres de la qualité de l’air à l’intérieur de leurs bâtiments. Ils devront effectuer des tests de qualité de l’air dans l’ensemble des établissements du réseau scolaire, dès maintenant et tous les ans, pour s’assurer de leur conformité. Des interventions rapides seront faites lorsque nécessaire, conformément aux nouvelles recommandations émises par les autorités de santé publique à la suite du rapport du groupe d’experts scientifiques et techniques, coordonné par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Sport-études, Arts-études, projets pédagogiques particuliers et activités parascolaires

Les projets pédagogiques particuliers (Sport-études, Arts-études, concentrations, etc.) peuvent être maintenus dans la mesure où ils sont réalisés dans le respect du concept de groupe-classe stable. Si ce n’est pas possible, ils peuvent être réalisés à la condition qu'une distanciation de 2 mètres soit maintenue en tout temps entre les élèves ne provenant pas du même groupe-classe stable et que les règles sanitaires soient rigoureusement observées.

Au secondaire, un élève peut retirer son masque de procédure (ou chirurgical) pour effectuer une activité qui le nécessite (activité physique, instrument à vent, etc.) à la condition qu’une distance de 2 mètres entre les élèves soit respectée, y compris pour les élèves faisant partie d’un même groupe-classe.

Les services professionnels offerts aux élèves vulnérables restent accessibles en formule individuelle ou à deux mètres de distance en groupe de 6 au maximum.

Les services de garde sont offerts pour les élèves d'un même groupe-classe stable ; il est aussi possible de créer des sous-groupes avec une distanciation de 2 mètres entre chacun ou séparés par des barrières physiques, en évitant toutefois d’isoler des enfants. Pour les cours à option, une distanciation de 2 mètres doit être maintenue en tout temps entre les élèves, avec port du couvre-visage. Ces cours peuvent aussi être offerts à distance

Rappelons que ces directives s’appuient sur trois prémisses importantes, soit réduire les risques d’éclosion, faciliter les enquêtes épidémiologiques lorsque des cas de COVID-19 se déclarent et éviter la fermeture complète d’écoles. Les écoles doivent s’assurer de permettre en tout temps la traçabilité des cas de contamination.

Personnel scolaire

La distance de 2 mètres entre les élèves et le personnel doit être respectée en tout temps, sauf pour le préscolaire (maternelle 4 et 5 ans), où la distanciation physique n’est pas requise entre l’élève et l’enseignant. Le port des équipements de protection individuelle est toutefois obligatoire pour ce dernier. Il en va de même pour les enseignants et les intervenants de certaines classes spécialisées, où le maintien d’une distance de 2 mètres avec les élèves est impossible.

Les membres du personnel doivent toutefois le porter en tout temps lors de leurs déplacements dans l’école. Dans toutes les zones, le masque n’est pas obligatoire en classe pour le personnel des autres niveaux scolaires si la distance de 2 mètres est respectée avec les élèves. Dans les écoles situées en zone rouge, le masque est obligatoire pour tout le personnel scolaire, en tout temps, dans les espaces communs, dans les salles à l’usage du personnel et sur le terrain de l’école. 
 
La direction et le personnel doivent s’assurer de respecter la hiérarchie des mesures de contrôle Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour les milieux de travail.

Par ailleurs, en cas de fermeture ponctuelle de classes, des seuils minimaux de service ont été prévus dans le but de garantir la qualité des services éducatifs  à distance pour tous les élèves. Ceux-ci favoriseront l’équité entre les services offerts et assureront la disponibilité des enseignants et des professionnels pour répondre aux différents besoins particuliers des élèves, en plus de jeter les bases pour les travaux à fournir aux élèves. Le plancher du nombre d’heures de cours offerts à distance variera selon le niveau scolaire. 

Formation générale des adultes et formation professionnelle

Consultez la page Mesures en vigueur pour connaître les mesures qui s’appliquent selon le palier d’alerte.

Protocole d’urgence

Depuis la rentrée, les centres de services scolaires, les commissions scolaires (anglophones et à statut particulier) et les établissements d’enseignement privés ont un protocole d’urgence actualisé en fonction de leur réalité et des besoins de leurs élèves.

Le protocole d’urgence a pour objectif de permettre à l’ensemble des acteurs de l’éducation de disposer d’une liste d’éléments à considérer en vue de faire face rapidement aux changements qui pourraient découler de la fermeture d’un ou de plusieurs établissements. Il permet de planifier les actions à réaliser pour assurer le déploiement des services éducatifs, en plus des mesures déjà mises en place pour respecter les consignes sanitaires de santé publique.

Les éléments à mettre en place concernent notamment l’accès à des appareils numériques, l’adaptation des modalités d’apprentissage ainsi que la planification des communications et de la collaboration entre l’école et les familles.