Le sujet « Alcool, drogues, jeux de hasard et d'argent » concerne l'usage de substances psychoactives (alcool et autres drogues) et la pratique de jeux de hasard et d'argent (JHA). Une substance psychoactive est une substance naturelle ou synthétique qui agit sur le système nerveux central en modifiant son fonctionnement, entraînant ainsi différents effets psychologiques et physiques. Les JHA impliquent une mise irréversible d'une somme d'argent ou d'un objet de valeur de la part du joueur. Leur issue est imprévisible. La consommation d'alcool et d'autres drogues, de même que la pratique de JHA, présentent des risques et peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé et la qualité de vie.

En contexte scolaire, les actions à privilégier devraient permettre aux jeunes de développer des facteurs de protection, comme l'engagement dans une activité ou un loisir, ainsi que la capacité de s'affirmer, de refuser et de résister à la pression des pairs. Les actions devraient aussi viser à retarder l'âge d'initiation à la consommation de substances et à la pratique de JHA et permettre aux jeunes de faire des choix éclairés en les informant sur les effets, les risques et les conséquences qui y sont associés.

Au primaire, les interventions éducatives devraient se limiter au développement de compétences personnelles et sociales en fonction d'autres sujets que celui de l'alcool, des drogues et des JHA. Au secondaire, pour être efficaces, des interventions éducatives structurées devraient combiner le développement de compétences personnelles et sociales et des éléments propres à ce sujet.

Mots-clés

  • Consommation
  • Dépendances
  • Substance psychoactive
  • Toxicomanie

Moments-clés pour la réalisation d'interventions éducatives structurées

  • 1re année du secondaire (Alcool et boissons énergisantes seulement. À partir de la 6e année du primaire seulement si les jeunes consomment déjà de l'alcool [surtout en milieux défavorisés et autochtones])
  • 2e année du secondaire (À partir de la 6e année du primaire seulement si les jeunes consomment déjà de l'alcool ou des drogues ou pratiquent déjà des jeux de hasard et d'argent [surtout en milieux défavorisés et autochtones])
  • 3e année du secondaire
  • 4e année du secondaire
  • 5e année du secondaire

Conseils spécifiques

Au primaire, s'abstenir de parler directement de l'usage d'alcool et de drogues ou de la pratique des jeux de hasard et d'argent. Limiter les interventions aux questions posées par les élèves; y répondre directement, succinctement et simplement. Exception : faire appel à des services de counseling préventif sur l'inhalation de produits dans les communautés où l'on s'adonne à cette pratique.

Chez les jeunes de 6e année des milieux défavorisés ou des milieux autochtones et pour les jeunes du secondaire

  • Tenter d'empêcher ou de retarder la première consommation d'alcool et de cannabis (l'âge de la première consommation se situant généralement entre 12 et 15 ans) par la promotion de facteurs de protection. Pour les jeunes qui ont déjà consommé de l'alcool ou de la drogue ou qui ont déjà pratiqué des jeux de hasard ou d'argent, fournir une information cohérente et crédible sur les effets et les risques liés à la consommation de psychotropes et à la pratique des jeux de hasard et d'argent. Aborder des façons d'éviter ou de réduire les risques (réduction des méfaits).
  • Parler surtout des risques à court et à moyen terme pour que les jeunes se sentent concernés.
  • Aborder les avantages que les jeunes avancent au sujet de la consommation ou des jeux de hasard et d'argent et les amener à trouver des stratégies de rechange, en misant sur les alternatives positives à la consommation.
  • Expliquer que la consommation de tout type de drogues, qu'elles soient légales ou non, accessibles ou non, comporte des effets ainsi que des risques et peut entraîner des conséquences négatives. Il ne faut pas banaliser la consommation de certaines drogues.
  • Discuter des différentes drogues de façon distincte pour éviter que certaines substances paraissent moins nocives que d'autres aux yeux des jeunes (ex. : l'alcool et le cannabis par rapport à l'héroïne).
  • Communiquer des messages valorisant le jugement critique et fournir une information objective afin que les jeunes puissent faire des choix éclairés relativement à la consommation d'alcool et de drogues et à la pratique de jeux de hasard et d'argent.
  • Favoriser, par ses interventions, la capacité de refuser une offre de consommation, de gérer adéquatement les émotions et le stress, et encourager l’engagement du jeune dans son milieu de vie.
  • Établir la composition des groupes de travail lors des activités éducatives pour éviter les effets non souhaités, comme l'incitation à la consommation.
    • Favoriser les petits groupes.
    • Former des groupes de jeunes du même âge ou qui ont vécu des expériences similaires.
    • Éviter des groupes composés uniquement d'élèves ayant des comportements déviants.