L'alimentation renvoie à l'ensemble des aliments et des boissons que consomme une personne ou un groupe de la population. En fonction de leur valeur nutritive, les aliments et les boissons peuvent faire partie de l'alimentation de manière quotidienne, occasionnelle ou exceptionnelle. Une alimentation saine comprend :

  • la consommation quotidienne d’une variété d’aliments et de boissons de haute valeur nutritive et d’eau;
  • une consommation occasionnelle ou exceptionnelle d’aliments ou de boissons de faible valeur nutritive.

L'alimentation comporte d'autres dimensions qui vont au-delà de la valeur nutritive des aliments. En effet, les aliments véhiculent une valeur gastronomique, culturelle ou affective.

En contexte scolaire, les actions à privilégier devraient permettre aux jeunes de faire des choix alimentaires sains et de développer une relation saine avec les aliments. Les aliments et les boissons de haute valeur nutritive devraient être offerts en quantité et en variété suffisantes et être accessibles économiquement. L’eau devrait être facilement accessible et ce, en tout temps.

Mots-clés

  • Boissons
  • Collations
  • Comportements alimentaires
  • Eau, hydratation
  • Guide alimentaire canadien
  • Hygiène et salubrité
  • Image corporelle
  • Offre alimentaire
  • Repas
  • Routine
  • Signaux de faim et de satiété
  • Valeur nutritive

Moments-clés pour la réalisation d'interventions éducatives structurées sur le sujet

  • Préscolaire
  • 2e année du primaire
  • 5e année du primaire
  • 2e année du secondaire

Conseils spécifiques

  • Favoriser le plaisir, l'expérimentation et la découverte : manipuler, sentir, préparer et goûter différents aliments.
  • Encourager l’écoute et le respect des signaux de faim et de satiété.
  • Pour récompenser ou punir les jeunes, utiliser d'autres moyens que les aliments (ex. : activité spéciale). Les aliments ne devraient pas être un levier de négociation avec les jeunes.
  • Insister sur le fait qu'une alimentation saine est constituée d'une variété d'aliments et privilégie la consommation d’eau. Les aliments de valeur nutritive élevée doivent y occuper une place importante tant sur le plan de la fréquence que de la quantité.
  • Qualifier les aliments de façon positive. La dichotomisation des aliments, en utilisant des termes comme « bon », « mauvais », « permis » ou « interdit » devraient être évités.
  • S'assurer que les notions liées à l'alimentation sont basées sur des faits et non sur des expériences personnelles ou des mythes (ex. : le sucre rend les enfants hyperactifs).
  • Axer les interventions sur l'adoption et le maintien de saines habitudes de vie et non sur le poids.
  • Éviter le recours à des témoignages de personnes ou de personnalités publiques ayant souffert de désordres alimentaires en raison du risque d'effets négatifs, comme la banalisation des régimes amaigrissants et des comportements alimentaires néfastes.
  • Ne pas faire de commentaires positifs ou négatifs sur le poids, la taille et l'apparence physique, que ces commentaires concernent soi‑même ou s'adressent aux autres.
  • Les discussions initiées ou animées en lien avec l'alimentation devraient être positives. Ne pas faire la promotion de régimes amaigrissants, de comportements alimentaires néfastes ou de toute autre méthode de perte de poids nuisible à la santé et favoriser le développement du jugement critique des élèves sur les risques pour la santé à ce propos.
  • Favoriser le développement du jugement critique des élèves sur les conséquences négatives de la consommation de boissons sucrées et les effets du marketing de ces boissons sur leur niveau de consommation.