Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a obtenu, le 19 février dernier, la confirmation que des données personnelles touchant des enseignants peuvent avoir été dérobées.

Tous les moyens sont mis en place pour que les personnes concernées soient accompagnées adéquatement. Ces dernières recevront une lettre les informant des mesures à prendre et des ressources disponibles. Elles pourront bénéficier des services d’une société de surveillance de dossiers de crédit qui leur offrira une protection dont le coût sera assumé par le gouvernement.

Toutes les personnes pouvant être concernées sont invitées à faire preuve de vigilance.

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur collabore avec la Sûreté du Québec, qui poursuit son enquête.

Questions fréquentes

Combien d’enseignants ont vu leurs données dérobées en lien avec ce vol d’identité ?

Selon la plus récente information obtenue, 51 400 personnes sont touchées. Une enquête est toutefois toujours en cours.

Comment une personne peut-elle savoir si elle se retrouve sur la base de données ?

Toute personne qui a enseigné ou qui enseigne présentement au Québec est concernée.

Est-ce que les enseignants suppléants sont également touchés par la situation ?

Tout enseignant suppléant qui a conclu un contrat de 20 jours et plus est compris dans les 360 000 individus et, par conséquent, peut être touché par la situation.

Combien d’enseignants à la suite de ce vol ont été victimes d’un vol d’identité ?

Environ 400 enseignants auraient porté plainte et dénoncé un vol d’identité si on se fie aux faits rapportés à ce jour.

Si une personne croit avoir été victime de fraude et qu’elle souhaite porter plainte pour déclarer une fraude, à qui doit-elle s’adresser ?

Toute personne qui croit avoir été victime d’une fraude doit s’adresser à son corps de police municipal.

À qui doit s’adresser une personne qui souhaite porter plainte à propos de la protection de ses renseignements personnels?

Si une personne souhaite porter plainte à propos de la protection de ses renseignements personnels, elle peut le faire en écrivant au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, à l’aide du formulaire Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. ou encore téléphoner au numéro suivant : 1 866 6434806.

Quelles sont les informations volées ?

La base de données contient les informations suivantes sur l’enseignant : NAS, nom, prénom, date de naissance.

Comment les données ont-elles été volées ?

Le vol aurait été réalisé à partir d’une utilisation frauduleuse d’un mot de passe et d’un code d’accès. La fiabilité des systèmes informatiques du Ministère n’est pas remise en cause.

Avons-nous l'assurance que ce sont les seules données volées ?

Une seule banque de données est concernée. Pour le moment, il ne peut toutefois pas être confirmé que seuls 51 400 enseignants sont touchés. C’est pour cette raison que le gouvernement souhaite informer l’ensemble des personnes concernées par cette banque de données. L’enquête suit son cours.

Que fera le gouvernement pour assurer la sécurité de l’identité des enseignants ?

Les 360 000 individus inscrits sur la base de données concernée recevront une lettre pour leur indiquer la marche à suivre pour contacter une société offrant des services de surveillance de dossier de crédit. Le gouvernement s’engage à assumer les coûts liés à la protection pour les personnes qui ne sont pas déjà couvertes.

Quelle est la marche à suivre pour les gens qui ne sont pas déjà protégés par une société offrant des services de surveillance de dossier de crédit ?

Ces personnes auront droit à une protection et le gouvernement en assumera les coûts. Elles recevront, d’ici les prochaines semaines, une lettre précisant notamment la démarche.

À noter que ces personnes ont la liberté de s’inscrire dès maintenant, mais à leurs frais. Elles pourront alors modifier leur compte lorsqu’elles recevront leur lettre et le gouvernement assumera le coût de la protection.

Que doit faire la personne pour s’assurer que la lettre sera envoyée à la bonne adresse?

Le MEES travaillera en étroite collaboration avec Revenu Québec pour que l’ensemble des personnes concernées soient jointes. Toute personne désirant effectuer un changement d’adresse peut le faire par l’intermédiaire du Service québécois de changement d’adresse Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., tout en s’assurant de cocher Revenu Québec dans la liste des services gouvernementaux présentés à l’étape 1.

Quelle sera la marche à suivre pour une personne qui ne recevrait pas de lettre après le moment ciblé pour l’envoi?

Le MEES est confiant d’obtenir les adresses de la majorité des personnes concernées. Une marche à suivre sera élaborée, le cas échéant, pour les personnes qui n’auraient pu être jointes.

Quelles seront la couverture et la durée de la protection offerte?

Le MEES est actuellement en discussion avec un éventuel fournisseur offrant des services de surveillance de crédit en vue d’établir le niveau de protection qui sera offert. 

Les 360 000 personnes inscrites dans la base de données concernée recevront une lettre leur indiquant la marche à suivre pour contacter une société offrant des services de surveillance de dossier de crédit.

Est-ce que la personne est déjà protégée si elle bénéficie du service de protection offert par Desjardins?

La personne qui bénéficie du service de protection offert par Desjardins est déjà protégée.

Les victimes de fraude seront-elles dédommagées ? Quels sont leurs recours ?

Les personnes concernées pourraient souhaiter avoir recours aux tribunaux de droit commun.

Par ailleurs, des ressources gouvernementales sont disponibles pour les personnes concernées par un vol d’identité. La Commission d’accès à l’information du Québec guide les citoyens en situation de perte ou de vol de renseignements personnels.

Un aide-mémoire Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. est disponible sur le sujet. Il précise les principaux éléments à retenir en cas de soupçon de vol d’identité, notamment en mentionnant les mesures qui devraient être prises par les citoyens ainsi que les entreprises et organismes publics à contacter (par exemple : conserver des copies de tous les documents pertinents et officiels, communiquer avec certaines organisations, telles que les institutions financières, les fournisseurs de services, le Centre antifraude du Canada, Revenu Québec, etc.).