Description

Le Clostridium difficile, aussi appelé le C. difficile, est une bactérie. Les spores de cette bactérie lui permettent de survivre pendant de longues périodes à l’extérieur du corps. Le C. difficile peut aussi être présent sur différentes surfaces ou dans l’eau du sol.

Un pourcentage variable de la population peut être porteur de la bactérie C. difficile :

  • Très fréquents chez les nouveau-nés et les enfants de 2 ans et moins;
  • 8 % des enfants de plus de 2 ans;
  • 2 à 5 % des adultes en bonne santé;
  • 10 à 20 % des aînés.

Bien que la bactérie soit présente dans leur intestin, les personnes porteuses n’ont pas de problème de santé et ne requièrent aucun traitement.

L’infection à C. difficile est causé par la bactérie C. difficile qui se multiplie et qui produit des toxines à l’origine de problèmes intestinaux. Certaines souches de C. difficile produisent plus de toxines que les autres. 

Le risque de développer une diarrhée à C. difficile est surtout présent chez les personnes âgées qui prennent des antibiotiques et qui reçoivent des soins à l'hôpital ou résident en CHSLD. 

Symptômes

L’infection à C. difficile se manifeste le plus souvent par les symptômes suivants :

  • diarrhée, contenant parfois du sang, du mucus ou du pus;
  • fièvre;
  • crampes abdominales.

Dès qu'une infection à C. difficile est soupçonnée, une analyse des selles est effectuée. L’analyse confirmera si la bactérie est présente et si elle est responsable de l’infection.

Traitements

L’infection à C. difficile se traite avec des antibiotiques. Le médecin évalue si un traitement est nécessaire et prescrit l’antibiotique approprié.

Si les symptômes de l’infection cessent avec le traitement, l’examen de contrôle n’est pas nécessaire. Si toutefois une diarrhée persiste ou recommence dans les semaines qui suivent, une consultation médicale est requise.

Les patients guérissent de cette infection dans la majorité des cas.

Complications

Chez les personnes vulnérables, l’infection à C. difficile peut entraîner des complications pouvant mettre leur vie en danger.

Les complications possibles sont les suivantes :

  • une déshydratation;
  • une inflammation grave de l'intestin exigeant, dans certains cas, une intervention chirurgicale pour retirer une partie du côlon.

Transmission

L’infection à C. difficile est transmissible. En effet, étant présente dans les selles de la personne infectée, la bactérie peut se retrouver sur des mains ou des objets.

Ainsi, la bactérie se transmet principalement par un contact direct avec des mains, des surfaces ou des objets contaminés. La poignée de la chasse d’eau, les robinets, les côtés de lit ou les poignées de porte sont des surfaces à risque d’être contaminées puisqu’elles sont souvent touchées par la personne malade.

Protection et prévention

Mesures d’hygiène à la maison

Afin de prévenir la transmission de l’infection à C. difficile à votre domicile, adoptez les mesures d’hygiène suivantes :

  • Lavez-vous souvent les mains avec de l’eau et du savon, c’est le moyen le plus efficace et le plus simple pour se protéger de l’infection. Si vous n’avez pas d’eau ou de savon, utilisez un produit antiseptique. Cette mesure doit être appliquée autant par la personne porteuse de l’infection que par les membres de sa famille;
  • Nettoyez fréquemment la chambre, la salle de bain, les surfaces et les objets qui pourraient être contaminés par la personne infectée. Utilisez un produit d’entretien ménager et suivez les indications du fabricant si vous optez pour un produit à base de chlore. Avant de procéder au nettoyage, assurez-vous que les traces visibles de matières fécales ont été enlevées;
  • Nettoyez les vêtements et la literie de la personne infectée dans une eau tiède ou chaude, avec un détergent à usage domestique.

Vous trouverez des mesures d’hygiène complémentaires dans la page Prévenir la transmission des virus et des bactéries.

Mesures mises en place dans les établissements de soins

Lorsqu’une infection à C. difficile survient dans un hôpital ou un centre d’hébergement, différentes mesures sont mises en place :

  • Isoler la personne infectée dans une chambre individuelle ou dans une chambre partagée avec d'autres patients infectés par le C. difficile, selon le milieu de soin et la condition du patient.
  • Nettoyer et désinfecter fréquemment la chambre et la salle de bain de la personne infectée.
  • Exiger le port de gants et de blouses à manches longues pour le personnel et les visiteurs, selon la situation.
  • Placer une affiche à la porte de la chambre de la personne infectée rappelant aux membres du personnel et aux visiteurs de se laver les mains et de respecter les mesures mises en place.

Ces mesures sont généralement maintenues au moins 72 heures après l’arrêt de la diarrhée.

Personnes à risque

Le risque d'être infecté par la bactérie C. difficile est très faible pour les personnes en bonne santé.

Dans la majorité des cas, la prise de certains antibiotiques constitue le facteur le plus important du développement de l'infection.

Les personnes âgées hospitalisées ou résidant dans un centre d’hébergement ont toutefois plus de risques de développer une infection à C. difficile, surtout si elles ont des problèmes de santé.

Particularités

Depuis 2004, la surveillance des diarrhées associées à C. difficile est obligatoire dans les hôpitaux du Québec. Ce programme de surveillance a été mis en place par le ministère de la Santé et des Services sociaux et fait partie du Programme de surveillance provinciale sur les infections nosocomiales, qui sont des infections acquises au cours d’un épisode de soins donnés par un professionnel du réseau de la santé, peu importe l’établissement dans lequel ces soins ont été administrés.