Appel à projets coopération bilatérale Québec-Côte d'Ivoire

Avis général

Terminé

L’appel à projets est terminé.

Le Québec entretient des relations à plusieurs niveaux, notamment sur le plan politique, avec la République de Côte d’Ivoire. Ces relations s’approfondissent depuis 2017, notamment grâce à l’ouverture du Bureau du Québec à Abidjan, dont le mandat est de développer les collaborations dans un large éventail de domaines de l’action internationale du Québec. C’est dans ce contexte que le ministère des Relations internationales et de la Francophonie et le Bureau du Québec à Abidjan, en collaboration avec les ministères sectoriels concernés, lancent un appel à projets de coopération entre le Québec et la Côte d’Ivoire.

Objectifs

Les objectifs poursuivis par cet appel à projets sont les suivants :

  • Resserrer les liens de coopération entre le Québec et la Côte d’Ivoire.
  • Favoriser l’établissement de partenariats durables et le partage d’expertise entre les organismes québécois et ivoiriens.
  • Augmenter les échanges bilatéraux entre les diverses sphères des sociétés québécoises et ivoiriennes.

Secteurs ciblés

Cet appel à projets vise ces secteurs :

  • Agriculture, bioalimentaire et sécurité alimentaire
  • Culture
  • Éducation, formation professionnelle et enseignement supérieur
  • Environnement, lutte contre les changements climatiques et énergie verte
  • Santé
  • Technologies de l’information et numériques

Critères d'admissibilité

Relatifs au projet

Pour être admissibles, les projets doivent :

  • impliquer au moins un coordonnateur québécois et un coordonnateur ivoirien;
  • s’inscrire dans au moins l’un des secteurs ciblés (l’approche multisectorielle est encouragée);
  • produire des retombées tangibles mutuellement bénéfiques pour les partenaires;
  • se dérouler sur le territoire québécois et/ou ivoirien;
  • représenter un maximum de 50 % du budget total prévu et ne pas excéder 7 000 $ CA;
  • être réalisés, en totalité, au plus tard le 31 mars 2024;
  • être accompagnés d’un rapport final, lequel devra être remis à la fin du projet, au plus tard le 1er mai 2024.

Relatifs au demandeur

Pour être admissibles à un soutien financier du ministère des Relations internationales et de la Francophonie, les projets doivent :

  • être présentés par des citoyens canadiens ou des résidents permanents du Canada vivant au Québec;
  • avoir un lien d’affiliation avec l’organisation qu’ils représentent, laquelle doit être une personne morale ayant son siège social au Québec;
  • être soumis par une organisation légalement constituée et immatriculée au Registre des entreprises depuis au moins deux ans et ne pas être en défaut en vertu des lois en vigueur.

Directives pour le financement

La subvention du ministère des Relations internationales et de la Francophonie pour un projet retenu ne pourra excéder 7 000$ CA par année.

L’engagement financier du ministère des Relations internationales et de la Francophonie, sous réserve des prérogatives de l’Assemblée nationale au regard de l’adoption des crédits annuels, porte sur une ou deux années financières débutant le 1er avril 2022 et se terminant le 31 mars 2023.

Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie accordera un appui financier au partenaire québécois du projet exclusivement.

Les organisations dont les projets auront été sélectionnés s’engagent à produire un rapport financier et narratif sur le projet financé, faisant notamment état des retombées escomptées.

Dépenses admissibles et non admissibles

Les dépenses admissibles sont les suivantes :

  • Frais de déplacement internationaux et de déplacements locaux au Québec et en Côte d’Ivoire, tout en respectant les consignes de sécurité et les restrictions émises par les autorités de santé publique;
  • Allocations forfaitaires quotidiennes des participants (hébergement, repas);
  • Frais de délivrance de visas (pour des situations spécifiques) ou d’autres documents d’entrée et de séjour qui pourraient être exigés, frais d’assurance voyage et de dédouanement (jusqu’à concurrence de 500 $);
  • Frais liés à la prise de vaccins et à l’achat de médicaments prescrits par un médecin en prévision d’un séjour dans le pays concerné;
  • Frais pour l’organisation d’un colloque, d’une conférence, d’un séminaire, d’un festival ou d’autres activités similaires ou pour la participation à de telles activités;
  • Frais reliés à des collaborations virtuelles;
  • Frais pour la création d’œuvres d’art ou pour des projets artistiques;
  • Frais pour l’organisation d’activités de formation ou de partage d’expertise;
  • Frais pour la publication et la diffusion de données relatives aux résultats du projet.

Les dépenses non admissibles sont les suivantes :

  • Toute dépense relative au financement courant d’un organisme et à la rémunération de son personnel;
  • Toute dépense ayant déjà fait l’objet d’une aide provenant d’un autre programme gouvernemental portant sur la même dépense;
  • Frais de voyage en première classe ou en classe affaires (ou l’équivalent) et frais de bagages excédentaires.

Critères d'évaluation

Les projets soumis seront évalués selon ces critères :

  • Pertinence au regard des objectifs de la coopération et des secteurs ciblés;
  • Caractère novateur et bien-fondé du projet;
  • Réalisme des objectifs poursuivis et des résultats attendus en fonction du plan de travail, de l’échéancier et du montage financier présentés;
  • Qualité, rigueur et diversité du montage financier;
  • Qualité du partenariat envisagé et contribution à la création ou à la consolidation de réseaux;
  • Potentiel des retombées concrètes du projet pour le Québec et la Côte d'Ivoire dans les secteurs ciblés;
  • Prise en considération des orientations de la Politique internationale du Québec, des principes québécois de développement durable et, pour les projets dans le secteur de la culture, des principes de la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Le processus d’évaluation des projets est coordonné par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie et le ministère de la Culture et des Communications, en étroite collaboration avec les ministères sectoriels québécois concernés. Les renseignements soumis dans le cadre du présent appel à projets pourraient donc être communiqués à ces ministères. Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie et le ministère de la Culture et des Communications conservent cependant la responsabilité de la sélection définitive des projets et de la détermination des sommes qui leur seront accordées.

Projets retenus 2021-2022

Femmes artistes en action

Ce projet est une initiative de mobilité artistique qui permettra à des Québécoises de se faire connaître par des artistes d’ailleurs à Abidjan, et ainsi partager leurs expériences et intensifier des collaborations de création innovantes. Femmes artistes en action prévoit trois activités majeures du 17 au 19 mars 2022 :

  • Une première journée sera consacrée à une rencontre professionnelle sur le thème très attrayant « La mobilité artistique sur l’axe Québec-Côte d’Ivoire, défis et perspectives avec des discussions en atelier »;
  • Une deuxième journée sera consacrée à l’organisation de spectacles;
  • Une troisième journée sera réservée à des rencontres de création entre les artistes.

Cette participation de Québécoises permettra de favoriser le renforcement de leurs capacités par l’entremise des trois journées d’ateliers prévues.

Ce projet est financé par le ministère de la Culture et des Communications.

Partenaire du Québec : Festival mondial de musique
Partenaire de la Côte d'Ivoire : PMAF (Productions mondiales des arts de femmes)
Secteur : Culture
Livres techniques à proximité

Le présent projet consiste à acquérir des ouvrages québécois dans les différentes spécialités de formation technique et professionnelle, puis à en faire la promotion dans les établissements et lors d’expositions sur une période définie. Il aura les retombées suivantes :

  • Équiper les bibliothèques ivoiriennes d’ouvrages québécois afin de permettre aux élèves d’approfondir les contenus de leurs cours en classe;
  • Mettre à la disposition des enseignants des ouvrages de référence de grande qualité pour améliorer le contenu des supports pédagogiques;
  • Améliorer le niveau technique et moderniser les connaissances des apprenants pour une adéquation formation-emploi;
  • Contribuer au rayonnement de l’expertise québécoise en matière d’enseignement technique et professionnel. En effet, les maisons d’édition québécoises se feront connaître par l’exposition et l’utilisation de leurs ouvrages, ce qui pourrait avoir des retombées à long terme pour elles.

Partenaire du Québec : Association nationale des éditeurs de livres (ANEL)/Québec Édition
Partenaire de la Côte d'Ivoire : Centre ivoirien pour le développement de la formation professionnelle (CIDFOR)
Secteur : Culture, éducation et formation professionnelle
Promotion du biochar auprès des femmes de la coopérative SCOOP AZITCHE de Doké (Bloléquin)

Ce projet a pour objectif de renforcer les capacités de 50 femmes de la coopérative SCOOP AZITCHE de Doké, dans le département de Bloléquin, au processus artisanal de transformation des cabosses de cacao vides (déchets) en biochar, un charbon qui améliore la structure des sols et le rendement des cultures, à travers un partenariat entre l’Action Afrique pour le développement durable (A2D) et l’Université McGill.

Le projet sera structuré en trois grandes activités :

  1. Étudier les défis et les enjeux socioéconomiques, écologiques, technologiques et culturels liés à l’appropriation, par les femmes rurales, d’une technologie écoénergétique pour assurer une agriculture rentable et respectueuse de l’environnement;
  2. Former 50 femmes d’une zone rurale à la technologie de production de biochar afin de renforcer leurs capacités pour contribuer à la durabilité de l’agriculture ivoirienne;
  3. Évaluer l’appropriation de la technologie de production de biochar par les 50 femmes formées.

Partenaire du Québec : Université McGill
Partenaires de la Côte d'Ivoire : Afrique Développement Durable (ADD)
Secteurs : Agriculture, bioalimentaire et sécurité alimentaire, environnement, lutte contre les changements climatiques et énergie verte
Libérer le potentiel des sols acides de la Côte d’Ivoire par les technologies de diagnostic spectral

Ce projet vise à implanter la spectroscopie pour prédire l’acidité neutralisante, la fertilité des sols et les indicateurs de valorisation des amendements. Cette implantation permettrait de s’attaquer au problème de l’acidité des sols en Côte d’Ivoire. En effet, cette technique est rapide et peu coûteuse.

Au terme de ce projet, les agronomes et les producteurs agricoles de la sous-région seront capables de procéder à un diagnostic rapide des sols, des amendements (chaux, gypse, effluents d’élevage) et des produits de recyclage (boues municipales, agroalimentaires et industrielles) ainsi que de faire un choix éclairé de l'amendement et de l'épandage (taux, moment, fréquence et méthode d’application). Les indicateurs de qualité agronomiques et la disponibilité locale des amendements seront connus. Les industriels québécois et ivoiriens auront une source d’informations pour de nouvelles occasions d’affaires.

Par ailleurs, un guide pratique sera développé et il pourra être réutilisé dans plusieurs autres régions d’Afrique subsaharienne par les agronomes praticiens, les agriculteurs et l’industrie.

Partenaire du Québec : Université Laval
Partenaire de la Côte d'Ivoire : Université Péléforo Gon Coulibaly (UPGC)
Secteur : Agriculture, bioalimentaire et sécurité alimentaire
Paramètres. Laboratoire des métiers : outils de développement professionnel continu des formateurs

Le baccalauréat spécialisé en enseignement professionnel de l’UQAR, offert entièrement en ligne, vise à former des enseignants de l’IPNETP en utilisant le laboratoire numérique Paramètres. Ce projet, mis en œuvre dans un environnement numérique d’apprentissage, vise à développer un environnement numérique d’apprentissage pour les formateurs au service du développement durable en formation professionnelle, ainsi qu’à préparer un projet de formation et de recherche. Voici les principales étapes du projet :

  1. Détermination et validation de thématiques à développer;
  2. Médiatisation des contenus d’apprentissage;
  3. Production des manuels numériques (guides de cheminement et portfolio d’activités pédagogiques;
  4. Accompagnement en groupe et individuel des personnes formatrices des métiers.

Par ailleurs, un nouveau partenariat en formation et recherche entre l’UQAR et l’IPNETP émergera de ce projet sous la forme d’une publication collective (livre) sur l’enseignement numérique à l’international en formation professionnelle. Elle prendra appui sur les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être issus du baccalauréat en enseignement professionnel de l’UQAR, des ressources du laboratoire Paramètres ainsi que des échanges avec les formateurs de métier de l’IPNETP.

Partenaire du Québec : Université du Québec à Rimouski (UQAR)
Partenaire de la Côte d'Ivoire : Institut pédagogique national de l’enseignement technique et professionnel (IPNETP)
Secteur : Éducation, formation professionnelle et enseignement supérieur
Formation sur les technologies aérospatiales pour caractériser les systèmes agroforestiers ivoiriens

La cacaoculture est l’un des principaux facteurs de déforestation en Côte d’Ivoire. Les systèmes agroforestiers apparaissent comme une alternative crédible pour concilier les arbres aux cacaoyers. Mais la détermination du système agroforestier écologiquement acceptable et économiquement bénéfique pour les exploitants se heurte à des difficultés méthodologiques de détermination exhaustive de la composition des exploitations cacaoyères. L’utilisation de l’imagerie aérospatiale à partir d’un drone devrait permettre de corriger cette lacune puisqu’elle offre l’avantage, en un survol, de repérer l’ensemble des composantes de l’exploitation cacaoyère. L’objectif de cette proposition est d’offrir une formation sur l’utilisation des nouvelles technologies aérospatiales afin de caractériser les exploitations cacaoyères à partir d’un drone en vue de trouver les systèmes agroforestiers les plus durables en Côte d’Ivoire. Ce projet vise à :

  • renforcer les capacités des chercheurs de l’Université Jean Lorougnon Guédé, les rendant opérationnels sur le terrain tout en les formant sur le pilotage du drone;
  • réaliser les couvertures aériennes des exploitations cacaoyères à partir de plans de vol bien maitrisés;
  • assurer la maîtrise, par les utilisateurs, des techniques de traitement des images issues de drones, lesquelles permettent de déterminer la composition et la structure des exploitations cacaoyères;
  • déterminer/cibler les systèmes agroforestiers à base de cacaoyers les plus durables et transmettre cette information aux structures d’encadrement en Côte d’Ivoire.

Le projet sera réalisé dans 200 plantations et pourrait être étendu à l’ensemble des plantations ivoiriennes dans le futur. Cette expertise pourra aussi s’appliquer à d’autres secteurs agricoles (cultures traditionnelles de caféiers et d’anacardiers associées aux arbres) qui contribuent à la déforestation et pour lesquelles l’agroforesterie pourrait être une alternative.

Partenaire du Québec : Centre d’enseignement et de recherche en foresterie (CERFO) de Sainte-Foy
Partenaire de la Côte d'Ivoire : Unité de formation et de recherche en environnement / GRIEPE de l’Université Jean Lorougnon Guédé
Secteurs : Environnement, lutte contre les changements climatiques et énergie verte, agriculture, bioalimentaire et sécurité alimentaire
Expérience d’agroécologie : soutien à la coopérative Namné des femmes de Tchébloguhé (Dalao)

Le modèle de production agricole conventionnel montre des limites en matière de conservation et de valorisation de la fertilité des sols. Face à cette réalité, plusieurs associations locales veulent promouvoir un autre modèle de production. Le présent projet vise donc à mettre en place un cadre pour augmenter les capacités des femmes dans le processus de transition agroécologique. La coopérative Namané sera appuyée par les promoteurs du projet dans sa transition vers un modèle de production agroécologique, modèle qui est plus durable et mieux à même d’assurer une alimentation saine des populations.

Ce projet permettra, d’une part, de mettre en place un cadre qui vise à augmenter les capacités, les rôles des femmes, des jeunes paysannes et les responsabilités des communautés locales dans le processus de transition agroécologique et, d’autre part, d’améliorer la production agricole à travers le développement de l’agroécologie. Voici les objectifs principaux du projet :

  • Les femmes recevront la formation pratique en agroécologie lors du boot camp de 2022;
  • Cinq plantations agroécologiques seront instaurées;
  • L’autonomie des femmes dans cette zone sera renforcée;
  • Les techniques et les pratiques durables seront reproduites et appliquées;
  • Les savoirs locaux pour construire de nouvelles connaissances seront valorisés.

Partenaire du Québec : SUCO
Partenaire de la Côte d'Ivoire : Jeunes volontaires pour l’environnement Côte d’Ivoire
Secteur : Environnement, lutte contre les changements climatiques et énergie verte, agriculture, bioalimentaire et sécurité alimentaire
Développement de l’action bénévole et lutte contre la solitude et l’isolement social des personnes âgées

L’objectif de ce projet est de mettre en place une politique d’intégration des bénévoles (informer, recruter, accueillir, intégrer, administrer, encadrer, évaluer, former et perfectionner, retenir, valoriser et récompenser, etc.) impliquant des jeunes (favoriser les dynamiques intergénérationnelles), mais aussi des jeunes retraités (pour ces derniers, l’implication dans une démarche de bénévolat les inscrit d’emblée dans une logique de vieillissement actif et de vieillissement réussi). Cette politique permettra à la Fondation Internationale Bien Vieillir en Afrique de recruter une première cohorte de bénévoles qui œuvreront dans la lutte contre la solitude et l’isolement social des personnes plus âgées. Ils seront déployés dans certains milieux sur le terrain à Abidjan.

Partenaire du Québec : Groupe Ésorg inc.
Partenaires de la Côte d'Ivoire : Fondation Internationale Bien Vieillir en Afrique (FIBVA)
Secteur : Santé
Projet de renforcement technique et de gestion du Cluster TIC de l’Agence Côte d’Ivoire PME

Ce projet vise à développer une grappe (cluster) des technologies de l’information (TI) à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Une équipe de gestion sera formée afin d’opérationnaliser la grappe, de recruter des adhérents et de les faire participer à son développement. Cette grappe permettra le développement de synergies entre divers acteurs du monde des TI, ce qui favorisera l’établissement de partenariats qui permettront l’essor de ce secteur économique d’importance. De plus, cette grappe permettra aux adhérents de se rapprocher des centres de recherche et des écoles de formation, des fournisseurs, des acheteurs potentiels et des partenaires financiers, pour développer des liens de collaboration et créer des conditions d’innovation individuelle et collective. Ce sont principalement les PME et les entreprises émergentes disposant de peu de moyens qui profiteront de cette nouvelle structure.

Partenaire du Québec : Arche Innovation inc.
Partenaire de la Côte d'Ivoire : Agence Côte d’Ivoire PME
Secteur : Technologies de l’information et numériques

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour être informés des nouveaux appels à projets.
M'abonner à l'infolettre

Dernière mise à jour : 22 novembre 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec