Appel à projets coopération bilatérale Québec-Jalisco

Terminé

L'appel à projets 2021-2023 est terminé. 

Objectifs

Les objectifs poursuivis par cet appel à projets sont les suivants :

  • appuyer la réalisation d’activités novatrices ou structurantes qui génèrent des retombées concrètes;
  • favoriser le développement économique, éducatif, culturel et scientifique du Québec et du Jalisco, avec une préoccupation particulière envers les jeunes, l’équité des genres et le développement durable;
  • encourager la mise en commun des expertises et le développement de partenariats institutionnels durables;
  • valoriser les résultats obtenus aux fins de diffusion des connaissances auprès de clientèles cibles et du grand public;
  • encourager le rayonnement du Québec et de ses secteurs d’expertise au Jalisco.

Secteurs ciblés

Les thèmes ciblés s’inscrivent au sein des trois grands secteurs de collaboration que sont la recherche et l’innovation, l’éducation et la culture. Une attention particulière sera portée aux enjeux touchant la jeunesse, l’égalité des sexes et les droits de la personne (peuples autochtones, minorités visibles, communautés LGBTQ).

Les thèmes ciblés pour le secteur de la recherche et de l’innovation sont les suivants :

  • développement de projets renforçant la coopération scientifique et technologique entre le Québec et le Jalisco, notamment dans les secteurs suivants (non exclusifs) :
    • environnement, développement durable et lutte contre les changements climatiques;
    • eau : gestion, traitement et nouvelles technologies;
    • santé et biotechnologie (avec un intérêt particulier pour la COVID-19);
    • intelligence artificielle (et éthique de l’IA);
    • manufacturier innovant (industries 4.0, Internet des objets, robotique, etc.);
    • technologies de l’information;
    • villes intelligentes;
    • innovation sociale et en santé (santé numérique, soins de santé primaires, soins à domicile, déterminants de la santé, etc.);
    • entrepreneuriat;
    • technologies financières (fintech);
    • technologies de l’agriculture (agritech);
    • technologies propres.
  • réalisation de projets favorisant la synergie entre les milieux industriel, éducatif et gouvernemental afin de mettre l’innovation au profit du développement socioéconomique;
  • production et publication d’articles scientifiques et d’autres outils de diffusion des résultats de la recherche;
  • projets visant à améliorer la compétitivité des petites et moyennes entreprises (PME) par le biais de la recherche et de l’innovation technologique de manière collaborative entre les secteurs économiques et de la recherche;
  • réalisation de projets développant la culture scientifique et technique chez les jeunes.

Les thèmes ciblés pour le secteur de l’éducation sont les suivants :

  • développement et amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage du français et de l’espagnol;
  • persévérance et réussite scolaires;
  • partage de bonnes pratiques en matière de formation professionnelle et technique;
  • nouvelle réalité de l’enseignement à distance (apprentissage hybride);
  • collaborations en matière de formation numérique et d’enseignement supérieur à distance;
  • scolarisation des groupes vulnérables et des communautés marginalisées;
  • approche interculturelle (« interculturalidad ») impliquant les communautés autochtones;
  • collaborations et échanges en matière d’enseignement autochtone, notamment par l’échange d’expertise, la réalisation de projets conjoints et la mobilité étudiante et professorale.

Les thèmes ciblés pour le secteur de la culture sont les suivants :

  • réalisation de coproductions, de cocréations, d’échanges et de résidences artistiques entre le Québec et le Jalisco dans divers champs d’activités culturelles, soit la littérature et l’édition (notamment dans le cadre de la nomination de Guadalajara comme capitale mondiale du livre de l'UNESCO pour l’année 2022), du cinéma, des arts de la scène (virtuels et présentiels), de la revalorisation et la revitalisation culturelle autochtone, des arts numériques, des arts visuels, de la muséologie, du développement culturel numérique, etc.
  • réalisation de projets intégrant la culture à une démarche de développement durable, conformément aux principes énoncés par l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) dans la Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles (1982) et de la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005);
  • projets en développement culturel numérique visant à améliorer la visibilité des contenus culturels numériques, à appuyer de nouvelles initiatives de diffusion ou de codiffusion de contenus culturels numériques, à favoriser le développement des compétences numériques des artistes et des organismes culturels ou à développer de nouvelles méthodes ou de nouveaux outils contribuant au développement culturel numérique;
  • promotion et diffusion de manifestations culturelles autochtones, notamment en matière de langues autochtones;
  • échanges entre industries créatives et initiatives de développement de marchés;
  • organisation de festivals, d’expositions ou d’autres événements culturels sur les deux territoires ou participation à ces derniers;
  • projets culturels et d’action sociale favorisant une plus grande accessibilité culturelle pour les différents groupes sociaux, notamment avec un accent sur l’équité des genres, les droits humains, la jeunesse et les communautés autochtones.

Critères d'admissibilité

Relatifs au projet

Pour être admissibles, les projets doivent :

  • être réalisés sur une période maximale de deux ans, soit jusqu’au 31 décembre 2023;
  • impliquer au moins un partenaire québécois et un partenaire du Jalisco;
  • s’inscrire dans un des secteurs ciblés;
  • faire l’objet d’un dossier complet lors du dépôt;
  • s’assurer de ne pas avoir reçu de financement dans le cadre d’un appel à projets du Groupe de travail Québec-Jalisco pour lequel le rapport final n’a pas encore été soumis;
  • être déposés par les partenaires du Québec et du Jalisco et être de formulation similaire;
  • être soumis avant la date limite de dépôt des demandes (tout dossier reçu après le 14 novembre ne sera pas considéré).

Relatifs au demandeur

Pour obtenir un soutien financier du ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF), les projets doivent être présentés par des citoyens canadiens ou des résidents permanents du Canada vivant au Québec.

Pour être admissible, le demandeur doit :

  • être une personne morale dont le siège social ou l’établissement est établi au Québec;
  • être légalement constitué et enregistré et ne pas être en défaut en vertu des lois qui le régissent.

    Cet appel à projets s’adresse aux organismes à but lucratif, aux organismes sans but lucratif, aux organismes spécialisés dans la recherche et l’innovation, aux entreprises, aux institutions publiques (y compris les établissements d’enseignement et les centres hospitaliers), aux centres de recherche, aux entreprises et organismes culturels ainsi qu’aux associations, fédérations et autres regroupements.

Directives pour le financement

Le montant demandé doit être utilisé conformément aux dépenses admissibles telles que décrites à la section Dépenses admissibles et non admissibles. La subvention du MRIF pour un projet retenu ne pourra excéder 3 000 $ CA par année de réalisation du projet. Il est donc possible de demander un maximum de 3 000 $ pour l’année 2021-2022 ainsi qu’un maximum de 3 000 $ pour l’année 2022-2023, pour un total maximal de 6 000 $.

L’aide financière fera l’objet d’une lettre d’entente entre le MRIF et le coordonnateur québécois.

La subvention sera effectuée en versements annuels, à raison d’un versement par année financière. Les organisations dont les projets auront été sélectionnés s’engagent à produire un rapport financier et narratif sur le projet financé faisant notamment état des retombées escomptées au terme du projet.

Source de financement

Au Québec, le MRIF octroie un soutien financier aux coordonnateurs québécois des projets retenus

Au Jalisco, selon les disponibilités budgétaires, l’unité des Relations fédérales et des Affaires internationales du gouvernement du Jalisco accorde un soutien financier aux coordonnateurs du Jalisco des projets retenus.

Évaluation de mi-parcours

Considérant que le projet devra être finalisé pour le 31 décembre 2023, les projets retenus feront l'objet d'une évaluation de mi-parcours. Une fiche de bilan à la mi-parcours sera transmise par le MRIF aux coordonnateurs québécois et par l’unité des Relations fédérales et des Affaires internationales aux coordonnateurs du Jalisco. Les fiches de bilan devront être remplies et acheminées au plus tard le 31 décembre 2022. Le financement de la deuxième année de réalisation ne sera pas renouvelé automatiquement. Il sera octroyé sur la base d’une évaluation positive de l’état d’avancement du projet et de l’utilisation budgétaire et sous réserve des disponibilités budgétaires.

Dépenses admissibles et non admissibles

Les dépenses admissibles sont les suivantes :

  • coûts d’achat ou de location de matériel, d’équipement ou de logiciels pour le partenaire québécois ou mexicain, ainsi que les frais d’envoi;
  • frais d’organisation de visioconférence ou autre événement virtuel;
  • coûts liés à l’enregistrement, à la réalisation et au montage de vidéos promotionnelles, de capsules d’information, de cours en ligne ou d’autre contenu audiovisuel en lien avec le projet;
  • frais d’expertise-conseil, de contrat de recherche ou d’étude de marché;
  • frais de traduction et d’interprétation;
  • frais de publication et de diffusion des résultats du projet.

Lorsque possible, et dans le respect des mesures sanitaires imposées par la pandémie de COVID-19 :

  • frais de déplacement aller-retour Québec-Jalisco en classe économique et frais de transport local sur ces territoires (pour le partenaire québécois);
  • indemnités quotidiennes de séjour (hébergement et repas) pour un maximum de sept jours et de 250 $ par jour (pour le partenaire québécois);
  • allocations mensuelles pour les stages de recherche pour un maximum de trois mois et de 1 000 $ par mois (pour le partenaire québécois);
  • frais pour l’organisation d’un colloque, d’une conférence, d’un séminaire, d’un festival ou d’autres activités semblables ou pour la participation à de telles activités.

Les dépenses non admissibles sont les suivantes :

  • toute dépense relative au financement habituel d’un organisme et à la rémunération de son personnel (y compris les cachets d’artistes);
  • toute dépense relative au déplacement du partenaire mexicain sur le territoire québécois;
    • Sauf exception, les sommes allouées par le MRIF doivent être utilisées pour couvrir les dépenses du partenaire québécois. Ce dernier doit obtenir l’approbation du MRIF avant d’utiliser des fonds alloués pour couvrir des dépenses du partenaire mexicain. Vous pouvez contacter la personne-ressource du MRIF, dont les coordonnées apparaissent à la fin de ce document, pour plus de précisions.
  • toute dépense ayant déjà fait l’objet d’une aide provenant d’un autre programme gouvernemental;
  • frais de voyage en première classe;
  • frais de déplacement et allocations forfaitaires quotidiennes pour des séjours à l’extérieur du Mexique ou du Québec.

Critères d'évaluation

Les projets soumis seront évalués selon ces critères :

  • pertinence du projet au regard des objectifs, des secteurs ciblés et des priorités gouvernementales;
  • contribution aux efforts de relance de l’après-COVID-19;
  • caractère novateur et structurant du projet ainsi que sa valeur ajoutée;
  • potentiel de retombées scientifiques, sociales, culturelles et économiques du projet;
  • perspectives du projet au-delà du financement octroyé par le MRIF;
  • prise en compte des principes de développement durable;
  • cohésion et qualité de la formulation du projet, de l’échéancier et du montage financier;
  • valeur ajoutée, complémentarité et durabilité du partenariat;
  • mise en valeur des résultats du projet et contribution au rayonnement du Québec au Jalisco, et vice versa.

Le processus d’évaluation des projets est coordonné par le MRIF en étroite collaboration avec les ministères sectoriels québécois concernés. Les renseignements soumis dans le cadre du présent appel à projets pourraient donc être communiqués à ces ministères. Le MRIF conserve cependant la responsabilité de la sélection définitive des projets et de la détermination des sommes qui leur seront accordées.

Contexte

Les relations internationales ont subi de profondes mutations au cours des derniers mois en raison de la crise sanitaire causée par la COVID-19 et des restrictions de déplacements internationaux. Cependant, la collaboration internationale n’est pas moins primordiale et pourra contribuer à la relance post-COVID-19. Prenant acte de cette nouvelle réalité, une attention particulière sera portée aux projets qui contribuent aux efforts de relance dans les secteurs ciblés. De plus, les porteurs de projets sont encouragés à faire preuve de créativité dans l’adaptation du projet aux circonstances actuelles. À cet égard, le MRIF accordera une plus grande flexibilité quant aux dépenses admissibles.

En raison du contexte de pandémie lié à la COVID-19, des restrictions demeurent à l’entrée de plusieurs pays, dont le Mexique. Pour cette raison, les déplacements internationaux non essentiels demeurent fortement découragés. Si vous décidez de donner suite à votre intention de déplacement, nous vous informons que le Ministère n’assumera aucun dépassement de coûts associés à la situation sanitaire de votre destination ou à votre retour au pays, et que les dépenses admissibles ne pourront inclure les frais supplémentaires reliés aux tests de dépistage et à toute quarantaine.

Projets retenus 2021-2023

L'art de la marionnette sans frontière, projet de collaboration entre La Tortue Noire et Luna Morena

Projet de collaboration artistique et d’échange culturel visant à traduire une œuvre théâtrale de la compagnie québécoise La Tortue Noire, intitulée Ainsi passe la chair, et à en faire la présentation lors du festival international Festín de los Muñecos à Guadalajara, en 2023. Dans un premier temps, l’artiste mexicain Miguel Angel Guttiérez, directeur artistique de Luna Morena et du Festín de los Muñecos, se déplacera au Québec pour collaborer avec quatre artistes québécois de La Tortue Noire à la traduction, à la direction d’acteur et à l’enregistrement vocal du texte traduit en espagnol. Deux artistes québécoises se déplaceront ensuite à Guadalajara, en 2023, pour faire la présentation du spectacle traduit et participer à des rencontres de médiation avec la communauté.

Ce projet est financé par le ministère de la Culture et des Communications.

Partenaire du Québec : Sara Moisan, La Tortue Noire
Partenaire du Jalisco : Miguel Angel Gutiérrez, Luna Morena, Festín de los Muñecos
Secteur : Culture
Étude du potentiel de collecte d’eau de brouillard à Talpa

Permalution est une entreprise québécoise dirigée par des femmes, spécialisée dans la technologie de collecte d’eau de brouillard et des nuages. Dans ce projet, une stratégie de surveillance sera élaborée pour atténuer les incendies de forêt dans la forêt d’Arce à Talpa de Allende, au Jalisco (Mexique). Il est prévu de réaliser une enquête complète en collaboration avec la municipalité, qui comprend l’évaluation des différents aspects du projet, sur la base des données recueillies avec des instruments de mesure environnementale et des systèmes d’information géographique. L’objectif est de livrer une étude qui décrit le cycle du brouillard et le potentiel attendu pour un projet de collecte dans la zone en question.

Partenaire du Québec : Tatiana Estevez, Permalution
Partenaire du Jalisco : Hector Manuel Ruelas Langarica, Municipalité de Talpa de Allende
Secteur : Recherche et innovation
Conception d’un réseau de « nanocliniques » pour le dépistage et la vaccination de populations éloignées

Inspiré par les défis vécus lors de la pandémie de COVID-19, ce projet vise à développer un modèle géospatial intégré pour la localisation et l’opération de points de service fournissant des conseils médicaux. Parmi ces services figurent le dépistage et la vaccination de populations isolées ou vulnérables. Ces points de service reprennent le rôle que les « nanostores » assurent dans les réseaux de distribution commerciale émergents, garantissant la flexibilité, l’efficience et, surtout, un service de proximité là où les infrastructures du système de santé sont moins présentes. Le projet envisage la formulation d’un modèle mathématique de localisation-couverture pour assurer les services à la population de manière hybride combinant la présence de structures fixes et mobiles ainsi que la simulation sur des scénarios réalistes pour estimer la viabilité d’un réseau de « nanocliniques ».

Partenaire du Québec : Angel Ruiz, Université Laval
Partenaire du Jalisco : Jaime Mora Vargas, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Monterrey (ITESM)
Secteur : Recherche et innovation
Intelligence artificielle pour une agriculture de précision

L’adoption de nouvelles technologies, dont l’intelligence artificielle et la robotique, peut contribuer à améliorer la productivité dans des secteurs clés pour nos sociétés, particulièrement le secteur agricole. Ce projet vise l’étude des méthodes d’intelligence artificielle pour l’agriculture de précision. Le projet cible des systèmes d’agriculture verticale où l’automatisation (mesurage et contrôle) et la robotique jouent des rôles primordiaux. Il comprend deux phases : une première sur l’aspect de l’automatisation en vue de contrôler des paramètres fondamentaux pour la croissance, et une deuxième sur la navigation intelligente des robots devant intervenir dans le milieu de l’agriculture verticale pour l’inspection ou l’intervention. Des stagiaires seront formés et acquerront une expertise théorique et pratique sur les techniques d’apprentissage machine et de traitement de données ainsi que sur des méthodes de commandes avancées appliquées au secteur agricole. Le projet permettra de faire des communications et publications scientifiques conjointes.

Partenaire du Québec : Alben Cardenas, Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)
Partenaire du Jalisco : Héctor Ulises Cabrera, Universidad Tecnológica de Jalisco
Secteur : Recherche et innovation
Utilisation d’un agent conversationnel d’intelligence artificielle pour diagnostiquer les maladies rares : considérations éthiques

Ardita México et l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) ont mis en place un programme de collaboration afin d’examiner les implications éthiques, sociales, légales et politiques d’un système basé sur l’intelligence artificielle. Connu sous le nom de « Dr Rachael », ce système fait des suggestions sur l’état de santé de l’utilisateur ou d’un membre de sa famille, en se basant sur l’utilisation du langage naturel pour la description des symptômes concernés. Les travaux en cours comprennent la mise en œuvre d’un site Internet et d’une application sur les systèmes iOS et Android, auxquels l’UQAR aura accès. Cette dernière contribuera à enrichir et à améliorer ces outils avec de la documentation pertinente et utile. L’équipe envisage également d’organiser un atelier et de publier au moins deux articles révisés mettant en valeur ses travaux.

Partenaire du Québec : Hazar Haidar, Université du Québec à Rimouski
Partenaire du Jalisco : Marcelo Funes-Gallanzi, Ardita México
Secteur : Recherche et innovation
InventIA – Forum sur l’éthique et l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est une innovation qui s’intègre de plus en plus dans nos vies quotidiennes. Bien que la plupart des développements se soient concentrés sur les produits et services du secteur privé, il est nécessaire de réfléchir aux cadres réglementaires pouvant régir ce domaine dans le but de garantir le respect des droits humains. C’est pourquoi InventIA cherche à faire de la sensibilisation à propos de l’utilisation de l’intelligence artificielle en alliant l’éthique et le droit. InventIA se veut un espace de dialogue entre le monde universitaire, le gouvernement et le secteur privé afin de discuter et d’échanger sur les meilleures pratiques, de renforcer les capacités des décideurs et de créer un espace de consensus pour promouvoir les changements juridiques et administratifs nécessaires en matière d’intelligence artificielle.

Partenaire du Québec : Marc-Antoine Dilhac, Université de Montréal
Partenaire du Jalisco : Enrique Cortés Rello, Centre en intelligence artificielle Tecnológico de Monterrey, campus Guadalajara
Secteur : Recherche et innovation

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour être informés des nouveaux appels à projets.

M'abonner à l'infolettre

Dernière mise à jour : 8 mars 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec