Appel à projets coopération bilatérale Québec-Sénégal

Date limite

Les dossiers doivent être transmis au plus tard le 19 juin 2022 à 23 h 59.

La coopération Québec-Sénégal a progressé autour d’enjeux liés à l’agriculture et à la sécurité alimentaire, à l’entrepreneuriat féminin, à l’insertion socioéconomique des jeunes ainsi qu’à l’environnement, à l’énergie et à la culture, et ce, grâce à notre attachement commun à la langue française et au désir d’affirmation de nos identités distinctes. Des secteurs stratégiques comme l’économie, l’éducation et la recherche ainsi que la santé et les services sociaux se sont greffés. Pour le présent appel à projets, des thèmes liés à la gouvernance tels que la décentralisation gouvernementale et la gouvernance foncière ont été ajoutés.

La coopération Québec-Sénégal est appelée à constituer un vecteur central et plus varié de l’engagement du Québec, afin que nous soyons des partenaires essentiels de développement économique durable et d’inclusion.

Objectifs

Les objectifs poursuivis par cet appel à projets sont les suivants :

  • Soutenir l’accomplissement d’initiatives structurantes, innovantes et solidaires portées par des acteurs québécois et leurs partenaires sénégalais afin d’encourager les efforts de relance de l’après-pandémie.
  • Resserrer les liens de coopération et les échanges institutionnels entre le Québec et le Sénégal afin de relever ensemble les défis liés à l’après-pandémie.
  • Encourager le partage d’expériences et d’expertises ainsi que le développement de partenariats durables, mutuellement profitables. La perspective de pouvoir maintenir les liens au-delà de la réalisation du projet est recherchée.
  • Encourager des projets multiacteurs visant à créer une synergie de différentes expertises (entreprises privées, établissements d’enseignement et de recherche, organismes de coopération internationale, etc.) pour la réalisation à terme de projets d’envergure.
  • Appuyer un certain nombre de projets de nature plus exploratoire, dans la perspective d’une amélioration des connaissances du Québec de l’environnement d’affaires sénégalais.
  • Promouvoir, en parallèle, des principes liés à la saine gouvernance, l’État de droit, la démocratie, l’égalité des genres ainsi que les droits et libertés de la personne.
  • Valoriser les résultats et donner une visibilité accrue aux réalisations concrètes aux fins de diffusion des connaissances aux clientèles cibles et aux populations de part et d’autre.
  • Favoriser une connaissance et une compréhension plus fines des deux sociétés.

Secteurs ciblés

Cet appel à projets vise les secteurs suivants :

Économie

  • Agriculture et agroalimentaire
  • Innovation industrielle et transfert technologique
  • Transport multimodal de marchandises
  • Chaînes de production locales, de l’approvisionnement à la commercialisation des produits
  • Nouveaux outils numériques
  • Entrepreneuriat et incubation d’entreprises
  • Microfinance et moyens de transition de l'économie informelle vers l'économie formelle

Santé et services sociaux

  • Déterminants de la santé et promotion de la santé
  • Soins de santé primaires
  • Santé maternelle, de périnatalité, des nourrissons et des enfants
  • Santé des personnes en situation de vulnérabilité (aînés, femmes, personnes handicapées, etc.)

Environnement

  • Lutte contre les changements climatiques (atténuation et adaptation)
  • Transition et efficacité énergétique
  • Eau et assainissement
  • Gestion des matières et déchets dangereux (médicaux et chimiques)
  • Réutilisation et recyclage des matériaux et des matières résiduelles

Éducation et recherche

  • Élaboration de programmes d’enseignement et de formation en ligne
  • Développement d’outils didactiques, notamment numériques
  • Recherche appliquée ou à des fins pédagogiques dans des domaines se rapportant aux sciences de la vie et ses applications dans l'environnement (p. ex. agriculture, alimentation, médecine, produits pharmaceutiques, etc.)

Culture

  • Musique, audio-visuel, arts visuels et appliqués
  • Action culturelle pour la cohésion sociale
  • Art contemporain, art numérique
  • Muséologie et mise en valeur du patrimoine
  • Protection et promotion de la diversité des expressions culturelles
  • Valorisation de l’artisanat local
  • Francophonie, langue française

Gouvernance

  • Décentralisation gouvernementale
  • Gouvernance foncière

Critères d'admissibilité

Relatifs au projet

Pour être admissibles, les projets doivent :

  • impliquer, au minimum, un coordonnateur québécois et un coordonnateur sénégalais, mais peuvent inclure l’assistance d’appoint de partenaires tiers;
  • se dérouler prioritairement sur le territoire québécois et/ou sénégalais. Les projets à portée régionale (réalisés au sein de plusieurs pays) sont permis s’ils concernent le territoire de compétence de la Délégation générale du Québec à Dakar Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.;
  • s’inscrire dans au moins l’un des secteurs privilégiés (l’approche multisectorielle est encouragée);
  • être réalisés, en totalité, au plus tard le 1er septembre 2023;
  • être accompagnés d’un rapport définitif remis à la fin du projet et au plus tard le 30 septembre 2023. Les responsables de projets n’ayant pas transmis les rapports requis dans les délais prescrits ne pourront plus recevoir de financement de la part du gouvernement du Québec.

Relatifs au demandeur

Pour obtenir un soutien financier, les projets doivent être présentés par des citoyens canadiens ou des résidents permanents du Canada vivant au Québec.

Pour être admissible, le demandeur doit :

  • avoir un lien d’affiliation avec l’organisation qu’il représente, laquelle doit être une personne morale ayant son siège social au Québec. Chaque organisation doit être légalement constituée et immatriculée au Registre des entreprises Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. depuis au moins deux ans et ne devra pas être en défaut en vertu des lois en vigueur.

Directives pour le financement

La subvention demandée pour un projet retenu ne pourra excéder 10 000 $ CA par année.

L’engagement financier du gouvernement du Québec, sous réserve des prérogatives de l’Assemblée nationale au regard de l’adoption des crédits annuels, porte sur une ou deux années financières débutant le 1er avril 2022 et se terminant le 31 mars 2023.

L’appui financier sera accordé au partenaire québécois du projet exclusivement.

Les organisations dont les projets auront été sélectionnés s’engagent à produire un rapport financier et narratif sur le projet financé faisant notamment état des retombées escomptées.

Dépenses admissibles et non admissibles

Les dépenses admissibles sont les suivantes :

  • titre de transport international aller-retour (aux conditions inhérentes à la classe économique et jusqu’à un maximum de 2 500 $ CA par personne), tout en respectant les consignes de sécurité et les restrictions sanitaires émises par les autorités canadiennes et sénégalaises;
  • frais de transport local au Québec;
  • frais de transport local au Sénégal;
  • frais de transport d'œuvres et d'équipements techniques liés à l’exécution du projet (incluant les assurances pour le transport intérieur et international);
  • compensation pour l'émission de gaz à effet de serre;
  • frais de délivrance de visa (pour des situations spécifiques) ou autres documents d'entrée et de séjour exigés;
  • frais de dédouanement (jusqu’à concurrence de 500 $ CA);
  • frais d'assurance voyage;
  • frais de vaccination;
  • frais pour l’achat de médicaments prescrits par un médecin pour un séjour au Sénégal;
  • allocations forfaitaires quotidiennes (jusqu’à concurrence de 250 $ CA par jour, par personne);
  • frais pour des activités en présentiel;
  • frais pour des activités virtuelles;
  • frais pour la création d’œuvres d’art ou pour de projets artistiques;
  • frais de formation;
  • frais de publication et de diffusion liés au projet.

Au minimum, 75 % de la subvention accordée par le MRIF doit couvrir les frais admissibles énumérés ci-dessus (autorisant ainsi une attribution maximale de 25 % du montant demandé à d’autres dépenses). Les projets doivent pouvoir disposer au besoin d’autres sources de financement pour compléter les postes budgétaires non couverts par l’actuel appel à projets.

Les dépenses non admissibles sont les suivantes :

  • dépenses relatives au fonctionnement habituel d’une institution ou d’un organisme et à la rémunération courante de son personnel;
  • cachet accordé aux artistes, s’ils sont les porteurs ou les partenaires associés du projet (la prestation d’artistes locaux associée à l’organisation d’un événement publique est permise);
  • dépenses ayant déjà fait l’objet d’une aide provenant d’un autre programme de financement gouvernemental ou de tout autre type de bailleurs de fonds portant sur des dépenses assimilables;
  • suppléments pour voyager dans une classe supérieure à la classe économique et coûts additionnels applicables à la surcharge de bagages personnels;
  • frais de déplacement et allocations forfaitaires quotidiennes pour des séjours à l’extérieur du Québec et du Sénégal;
  • dépenses engagées avant la confirmation de l’aide financière accordée;
  • dépenses visant à combler un déficit accumulé;
  • dépenses qui ne correspondent pas à l’objectif et aux orientations de l’appel à projets;
  • dépenses relatives à l’aménagement d’infrastructures et l’acquisition de terrain, d’immobilisation ou de véhicules de transport.

Le soutien accordé dans le cadre des programmes de coopération n’est pas considéré comme un financement direct à la recherche. Par conséquent, les frais indirects de recherche ne peuvent pas être remboursés. Le MRIF se réserve le droit de refuser toute dépense qu’il considère non pertinente pour l’atteinte des objectifs de l’appel à projets.

Critères d'évaluation

Les projets soumis seront évalués selon ces critères :

La légitimité

  • Cohérence entre la thématique et contexte territorial perturbé par la pandémie de COVID-19.
  • Prise en compte des priorités et des contraintes locales.

L’originalité

Nature novatrice du projet.

La cohérence

  • Arrimage entre les activités planifiées, l’objectif poursuivi par l’appel à projets, les orientations spécifiées et les secteurs privilégiés.
  • Caractère écoresponsable du projet.

Le bien-fondé et la faisabilité

  • Précision et pragmatisme des activités planifiées au regard de la capacité du ou des partenaires locaux à pouvoir réaliser le projet dans son entièreté en respectant le cadre financier présenté ainsi que l’échéancier fixé.
  • Propension à atténuer les écueils pressentis et capacité d’adaptation au contexte évolutif.

Les retombées réelles et mesurables

Réalisme des résultats attendus et appréciation des suivis suggérés.

La portée

Potentiel d’impacts directs du projet et son enracinement à l’échelle locale.

La rigueur

Viabilité du financement versé : détail des dépenses prévues, diversité des revenus.

La reconnaissance et l’implication réciproque

  • Qualité du coordonnateur québécois, des collaborateurs locaux et des autres partenaires associés au regard de leurs expériences et expertises.
  • Répartition équitable des tâches dans l’exécution du travail.

Les perspectives d’avenir et la durabilité du partenariat

Liens collaboratifs créés à plus long terme.

Le référencement

Le processus d’évaluation des projets est coordonné par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie le ministère de la Culture et des Communications en étroite collaboration avec les ministères sectoriels québécois concernés. Les renseignements soumis dans le cadre du présent appel à projets pourraient donc être communiqués à ces ministères. Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie le ministère de la Culture et des Communications conservent cependant la responsabilité de la sélection définitive des projets et de la détermination des sommes qui leur seront accordées.

Présentation de la demande

À propos du formulaire

Veuillez enregistrer le formulaire sur votre ordinateur avant de le remplir avec Adobe Reader (version 8.0 ou plus). Ne pas remplir le formulaire dans un navigateur Web. Ne pas modifier le PDF dans aucune circonstance.

Les dossiers de demande de financement doivent être transmis par courriel et composés des documents suivants :

Dépôt de votre demande et questions sur le processus

Projets retenus 2021-2022

Culture et économie sociale et solidaire pour une perspective d'avenir

Le projet vise à jumeler des artistes avec des partenaires et un groupe d'étudiants pour réaliser une création originale (un dessin, un poème ou un flash mob). Les résultats seront ensuite captés en images, sons, vidéos, capsules vidéos ou cartes virtuelles, et diffusés grâce aux outils issus des nouvelles technologies.

Partenaire du Québec : Clowns Sans Frontières
Partenaire du Sénégal : Sencrik
Secteur : Culture
Conférence vivre de son art à l’ère d’internet

Le projet outillera les artistes/professionnels des industries culturelles et créatives du Sénégal à l’utilisation de méthodes, de stratégies et d’outils innovants leur permettant de faire fructifier les revenus de leurs œuvres musicales à l’ère du numérique. Le projet permettra de les sensibiliser sur les enjeux de promotion, de découvrabilité et de commercialisation en ligne de leurs œuvres et de leurs créations.

Partenaire du Québec : Jouzik
Partenaire du Sénégal : Bois Sakré
Secteur : Culture
Renforcement de compétences en santé et sécurité au travail et gestion de projets

Le projet vise à renforcer les compétences en santé et sécurité au travail et en gestion de projet du personnel enseignant du certificat spécialisé en soudage au Lycée technique Seydina Limamou Laye. Cela aura un impact direct sur la qualité de l'enseignement et des compétences professionnelles des jeunes qui entreront sur le marché du travail par la suite.

Partenaire du Québec : Cégep de Jonquière
Partenaire du Sénégal : Lycée technique Seydina Limamou laye
Secteur : Éducation
Création d’un certificat préparatoire à la recherche entre l’Université de Montréal et l’Université Cheikh Anta Diop

Les partenaires souhaitent cocréer le tout premier certificat entièrement en ligne afin de préparer les jeunes doctorants d'Afrique à la recherche. Ce programme de formation permettra aux universités d'Afrique de rehausser leur formation de base au 3e cycle et de mieux préparer leurs étudiants et étudiantes au marché de l’emploi et à la carrière en recherche.

Partenaire du Québec : Université de Montréal
Partenaire du Sénégal : Université Cheikh Anta Diop à Dakar
Secteur : Éducation
École d’été sur les outils théoriques et pratiques de mesure d’efficience économique et de productivité

Les récentes crises alimentaires dans les pays en développement et la pandémie de la COVID-19 ont mis l’accroissement de la productivité agricole au cœur de l’agenda pour la réduction de la pauvreté et l’amélioration de la sécurité alimentaire. Le projet vise à enseigner sur le fait que les potentialités de la production et des chaînes d’approvisionnement agroalimentaires sont limitées par l’efficience économique et la productivité totale des facteurs.

Partenaire du Québec : Université Laval
Partenaire du Sénégal : Université Cheikh Anta Diop à Dakar
Secteur : Éducation
La communauté d’apprentissage professionnelle comme levier pour une évaluation plus inclusive

L’Université de Montréal, par l’entremise de son Laboratoire de recherche en évaluation des apprentissages et des compétences, accompagne le ministère de l’Enseignement sénégalais dans la mise en place d’un tel laboratoire dans un esprit de recherche collaborative. Le projet prend sa source dans les orientations du Programme d'amélioration de la qualité, de l'équité et de la transparence du secteur de l'éducation et de la formation.

Partenaire du Québec : Université de Montréal
Partenaire du Sénégal : Université Cheikh Anta Diop
Secteur : Éducation
La jeunesse fait des vagues au 9e Forum mondial de l’eau de Dakar

Le projet permettra à deux jeunes du Québec et à trois du Sénégal de participer à l’événement d’envergure qu’est le Forum mondial de l’Eau ainsi qu'à l'Assemblée du Parlement mondial de la jeunesse pour l'eau. En plus de plaider pour la participation des jeunes aux processus décisionnels dans le secteur de l’eau, les participants pourront acquérir de nouvelles connaissances et discuter sur la vision des jeunes pour l’eau au Sénégal en amont du Forum dans le cadre de l'espace jeunesse.

Partenaire du Québec : Secrétariat international de l’eau
Partenaire du Sénégal : Association des Jeunes Professionnels de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal
Secteur : Environnement
Consolider la gestion des états hydrologiques extrêmes en incluant les populations locales

Le but de la démarche est de fournir des indicateurs statistiques qui permettent de caractériser l’état de faible débit des eaux et de proposer des cadres réglementaires de gestion et de prévision d’états extrêmes. La prise en compte de la perception de la population dans le processus de gestion permettant d’améliorer la compréhension du phénomène, l’objectif est de proposer un outil de gestion et de prévision des situations critiques à partir d’indicateurs statistiques et d’indicateurs de perception.

Partenaire du Québec : Université Laval
Partenaire du Sénégal : Université Gaston Berger de St-Louis
Secteur : Environnement
Mise en œuvre du cours hybride d’intervention en traumatologie et de catastrophe en équipe

Le projet vise l’amélioration des capacités chirurgicales au Sénégal grâce au déploiement du cours Intervention de traumatologie et de catastrophe en équipe. Le cours a pour but de former des groupes multidisciplinaires (médecins, infirmières, auxiliaires médicaux et autres travailleurs paramédicaux) à la prise en charge des patients blessés, selon une approche efficace et fondée sur des preuves.

Partenaire du Québec : Université McGill
Partenaire du Sénégal : Université Gaston Berger de St-Louis
Secteur : Santé
Favoriser les soins de l’épilepsie au Sénégal

Le projet vise l’amélioration des soins de l’épilepsie au Sénégal en optimisant la formation des médecins, et en offrant des services de neurologie aux régions du Sénégal moins bien desservies. En profitant des outils modernes de télécommunication, le projet offre une approche novatrice de soins à distance. La collaboration entre l’Université de Montréal et l’Université Cheikh Anta Diop alliera la connaissance des réalités du terrain des professionnels sénégalais à celle de l’expertise québécoise en épilepsie.

Partenaire du Québec : Département de neuroscience de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
Partenaire du Sénégal : Université Cheikh Anta Diop de Dakar
Secteur : Santé
Renforcement de capacités des jeunes dans le secteur de l’énergie solaire au Sénégal

Ce projet vise la préparation des jeunes aux métiers des énergies renouvelables, secteur florissant et prometteur. Il contribuera à former, par la théorie et la pratique, un groupe de jeunes sénégalais sur la commercialisation, la vente et l’opération des systèmes à énergie renouvelable. Le transfert technologique et de connaissance se fera grâce à un système pilote basé sur la technologie GreenCube développée par Audace Technologies, et qui sera installé dans une institution d’enseignement secondaire.

Partenaire du Québec : Audace Technologies
Partenaire du Sénégal : Association Afrique et Développement
Secteur : Économie
Compagnon Mobile pour la Promotion de l’Agriculture au Sénégal (COMPAS)

COMPAS est une plateforme numérique visant à promouvoir le développement agricole au Sénégal. La plateforme s'attaque à la problématique du déficit de relation agronome-agriculteur, malgré la formation de générations d'agronomes au Sénégal, à travers un outil d'interaction entre producteurs et agronomes assignés à des zones précises. L’outil permet aux producteurs d'avoir accès au marché régional et national à l'aide d'un marché virtuel de produits agricoles locaux.

Partenaire du Québec : Groupe GETTA
Partenaire du Sénégal : École Nationale Supérieure d’Agriculture
Secteur : Économie
Les Fermes Mamy Kaya – Groupe Mamy Kaya CEED Concordia – Conseil départemental de Bambey

Ce projet des Fermes Mamy Kaya est un incubateur pour d’autres projets de fermes durables similaires dans tout le département de Bambey au Sénégal. La Ferme principale sert à faire de la formation en agriculture, permaculture, compostage, entrepreneuriat et innovation. Celle-ci sera équipée d’une unité hydro-agricole et d’un réseau d’irrigation basé sur une station de pompage prélevant l’eau des nappes phréatiques par un puit hydraulique avec un système goutte à goutte.

Partenaire du Québec : Groupe Mamy Kaya
Partenaire du Sénégal : Les fermes Mamy Kaya
Secteur : Économie
Jardin intégré de la résilience

Le projet, qui s'appuie sur celui de 2019, vise le renforcement de l’accès des femmes au crédit communautaire, lequel est plus adapté à leur réalité, à travers des cellules de crédit d’épargne communautaire gérées par les femmes. Le système implanté offrira la possibilité aux femmes d’échanger des produits maraîchers pour contribuer à l’amélioration de l’autonomie alimentaire et renforcer l’accès des produits maraîchers aux marchés.

Partenaire du Québec : Centre d’étude et de coopération internationale (CECI)
Partenaire du Sénégal : CECI-Sénégal
Secteur : Coopération
Étude sur la sécurisation de l’accès aux ressources productives pour les femmes rurales

Le projet vise à développer une approche novatrice pour la mise en place d’un plan d’action pragmatique pour la promotion de l’égalité femmes-hommes. L’étude réalisée permettra de déterminer si la formalisation des exploitations agricoles dans le bassin arachidier du Sénégal peut constituer un facteur favorable à une répartition plus équitable des ressources productives entre les femmes et les hommes.

Partenaire du Québec : ID Territoires
Partenaire du Sénégal : Cadre de concertation des producteurs d’arachide
Secteur : Coopération

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour être informés des nouveaux appels à projets.

M'abonner à l'infolettre

Dernière mise à jour : 2 juin 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec