Arrangements préalables de services funéraires ou de sépulture Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
Information de l’Office de la protection du consommateur

Pour éviter des soucis aux proches d’une personne advenant son décès, il est possible de conclure un contrat d’arrangements préalables de services funéraires ou un contrat d’achat de sépulture.

Directives médicales anticipées Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Les directives médicales anticipées permettent à une personne de consentir à l’avance aux soins médicalement appropriés dans des situations où elle serait inapte à le faire à ce moment-là.

Don d'organes et de tissus Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Une personne qui désire faire un don d’organes et de tissus à son décès peut en informer ses proches. Le don d’organes représente un geste qui peut sauver des vies ou améliorer la santé de plusieurs personnes.

Don de son corps à la science Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Une personne peut, à certaines conditions, décider de donner son corps à un établissement d’enseignement qui pourra l’utiliser pour l’enseignement ou la recherche après son décès.

Procuration, mandat ou autres Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
Information du ministère de la Justice

Le décès d’une personne met fin aux mandats qu’elle a donnés, qu’il s’agisse d’un mandat de protection (auparavant appelé mandat en prévision de l’inaptitude) ou d’un autre type de mandat. Par conséquent, on ne peut plus utiliser une procuration, qu’elle soit bancaire ou autre, après le décès de la personne qui vous l’a remise.

Testament  Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
Information du ministère de la Justice

Le testament est le document officiel qui permet à une personne de choisir ses héritiers et la façon dont ses biens seront répartis entre eux après son décès.

Tutelle à l'enfant Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
Information du Curateur public du Québec

Les parents d’un enfant âgé de moins de 18 ans sont d’office ses tuteurs légaux. Le tuteur est responsable d’assurer sa protection, de veiller à son éducation et à son bien-être, d’administrer son patrimoine et d’exercer ses droits civils jusqu’à ce qu’il ait 18 ans.

Par mesure préventive, les parents peuvent nommer un tuteur pour leur enfant mineur, advenant leur décès.