Choix professionnels

Femmes et marché du travail au Québec

Depuis les trente dernières années, de plus en plus de femmes sont présentes sur le marché du travail et accèdent à des métiers majoritairement masculins. 

Malgré ces progrès importants, la majorité des femmes restent confinées dans un nombre plus limité de métiers et de professions que les hommes. En effet, elles se concentrent surtout en travail de bureau, en sciences infirmières, en enseignement, en soutien à domicile et en garde d'enfants. (Source : Conseil du statut de la femme, Portrait des Québécoises, 2018) Les hommes, quant à eux, se trouvent en plus grand nombre en administration à titre de cadres supérieurs, en génie, en informatique ainsi que dans différents métiers comme la plomberie, l’électricité et la menuiserie.  

En formation professionnelle (DEP), près de 70  % des filles se concentrent dans deux domaines d’études, soit Administration, commerce et informatique et Santé, alors que les garçons se répartissent dans une plus grande variété de domaines.  

Malheureusement, les emplois dits féminins sont moins bien rémunérés que ceux dits masculins. En effet, les données démontrent que quel que soit leur niveau d'études, les femmes reçoivent à leur entrée sur le marché du travail, un salaire moyen inférieur à celui des hommes. Cet écart persiste tout au long de leur carrière. 

Plusieurs facteurs expliquent cette réalité au Québec. Par exemple, ces emplois ont longtemps été considérés comme des vocations, et les compétences nécessaires pour les exercer étaient perçues comme des traits naturels présents chez les femmes. On minimisait donc la complexité et l’importance sociale de ces emplois, ce qui nuit encore aujourd’hui à leur rémunération. 

Plusieurs facteurs expliquent les choix individuels des jeunes : l’éducation, les traditions, les aptitudes de chaque individu, les modèles de métiers dans la famille et l'entourage, et surtout les stéréotypes sexuels très persistants.

Causes des choix professionnels stéréotypés

Dès l'âge de 3 ans, un enfant fait déjà une distinction entre les métiers assignés aux femmes et aux hommes, comme s’il y avait des « emplois féminins » et des « emplois masculins ».  

Il intègre inconsciemment ces stéréotypes sexuels qui lui sont transmis par son entourage, autant que par les livres et les jouets. En effet, les livres, les films et les jouets pour enfants véhiculent encore aujourd’hui des représentations stéréotypées des femmes et des hommes dans le marché du travail : les hommes sont associés aux travaux manuels, à l'automobile, au monde des affaires et à la vie politique, et les femmes, au domaine de la santé, des services sociaux, des arts et de l'esthétisme. 

Cette exposition à des modèles peu variés influence l’opinion des jeunes sur les domaines dans lesquels ils se projettent et, ultimement sur leurs choix scolaires et professionnels. En effet, en 2018, les femmes représentaient seulement 24,8 % des travailleuses du domaine des sciences naturelles et appliquées et des professions apparentées, 6,3 % des professionnelles liées aux métiers du transport et de la machinerie, et 2,1 % des personnes travaillant dans le secteur de la construction. D’un autre côté, elles composent 82,2 % du personnel du secteur de la santé.   

Non seulement ces modèles stéréotypés nuisent à l’atteinte de l’égalité économique entre les femmes et les hommes, mais ils ont également des conséquences importantes sur la réussite scolaire et les choix professionnels des jeunes : ils ne leur permettent pas de se projeter dans un emploi associé au sexe opposé, même si cet emploi correspond en tout point à leurs intérêts personnels. 

Conseils pour guider les jeunes

Le moment venu de choisir un domaine d’études, il est important de poser des questions pour mieux connaître les motivations du jeune adulte et alimenter sa réflexion. Qu'est-ce qui l’amène à faire ce choix : le salaire, les avantages sociaux, la nature du travail, les tâches à réaliser? L’ordre d’importance de ces critères varie d'une personne à l'autre, et chacune a ses priorités pour choisir un métier ou une profession. Cela dit, la conciliation travail-famille serait un élément d'influence pris sérieusement en compte par les filles lorsque vient le temps d’accepter un emploi.  

Selon un sondage réalisé par le SCF en 2019, les femmes étaient quatre fois plus nombreuses que les hommes à mentionner que l'absence de mesures de conciliation travail-famille avaient influencé leur choix de ne pas choisir un métier généralement associé à l'autre sexe.  

Tous les niveaux d'études représentent des choix possibles et intéressants pour votre enfant, peu importe son sexe, qu'il s'agisse d'un diplôme d'études professionnelles, d'un diplôme d'études collégiales générales, d’une technique ou d'un diplôme universitaire. Certains jeunes choisissent en fonction de ce qui leur semble le plus valorisé comme niveau d’études dans la société. 

Voici quelques conseils pratiques pour guider les jeunes vers un choix éclairé 

  • Montrez des exemples de personnes qui exercent des professions et métiers diversifiés, par exemple une camionneuse, une technicienne en mécanique du bâtiment, un infirmier ou un adjoint administratif. Les jeunes pourront ainsi se projeter dans n'importe quel travail en fonction de leurs propres intérêts et non des stéréotypes sexuels. 
  • Rappelez l’importance de choisir une carrière qui la ou le passionne. Filles et garçons doivent savoir que tout est permis et possible. 
  • Faites découvrir des métiers et des professions qui ne sont pas connus pour élargir les possibilités de choix pour les jeunes. 
  • Proposez à votre enfant des activités concrètes : un stage d'observation dans un corps de métier qui l'intéresse ou du bénévolat dans un milieu qui l’intéresse. 
  • Invitez les jeunes à utiliser les ressources à leur disposition (site Web, service-conseil en orientation à l'école, répertoires de programmes, etc.).