Lauréats 2018

La remise des Prix Hommage Aînés  2018 a eu lieu le 7 novembre à l’hôtel du Parlement. À cette occasion, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, madame Marguerite Blais, a souligné, en compagnie des représentant(e)s des Tables régionales de concertation des aînés du Québec, l’engagement bénévole exceptionnel de 18 personnes aînées provenant de toutes les régions du Québec. Découvrez ces lauréates et lauréats!

  1. Bas-Saint-Laurent - Marcel Lebel
  2. Saguenay–Lac-Saint-Jean - Thérèse Rochefort
  3. Capitale-Nationale - André Lafrance
  4. Mauricie - Maurice Dupont
  5. Estrie - Gemma Gauthier
  6. Montréal - Jean Lalonde
  7. Outaouais - Odette Simard
  8. Abitibi-Témiscamingue - Colette Cyrenne
  9. Côte-Nord - Louisette Doiron-Catto
  10. Nord-du-Québec - Normand St-Pierre
  11. Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine - Micheline Lapierre Vigneau
  12. Chaudière-Appalaches - Madeleine Nadeau
  13. Laval - Claudette LaHaye Lebeuf
  14. Lanaudière - Nicole Ouellet
  15. Laurentides - Margaret Hourston
  16. Montérégie - Jean-Pierre Reinesch
  17. Centre-du-Québec - Jean Lavoie
  18. Nunavik - Joseph A. Qisiiq

1 – Bas-Saint-Laurent – Marcel Lebel

Parallèlement à sa carrière en éducation comme enseignant et directeur d’école, Marcel Lebel a toujours été engagé au sein d’organismes communautaires. Dès le début de sa retraite, son action bénévole s’intensifie auprès des aînés. Son but ultime : améliorer la qualité de vie des personnes vieillissantes.

Depuis 19 ans, il préside l’Association québécoise des directeurs et directrices d’établissement d’enseignement retraités – Bas-Saint-Laurent. Par ailleurs, pendant 10 ans, il préside le « Forum de la population » organisé par l’Agence régionale de santé et des services sociaux de sa région. Cet engagement lui donne des occasions privilégiées d’échanger avec ses concitoyens sur les questions intergénérationnelles.  

En 2001, Marcel Lebel participe à la fondation de la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent. Il y siège 15 ans d’abord au poste de vice-président, puis à celui de président pour les 6 dernières années, soit jusqu'en 2016. Il assure le développement de l’organisme et collabore de façon constante et intense aux différents dossiers, entre autres comme représentant de la Table régionale aux trois premières années des visites d’appréciation en CHSLD, au programme « Vieillir en santé » et à titre de rédacteur du bulletin d’information.

Pendant six ans, Marcel Lebel s’est aussi impliqué à la Conférence des Tables régionales de concertation des aînés du Québec. Parmi bon nombre de mandats, il a été associé à la préparation et à la présentation de mémoires soumis en commission parlementaire concernant les aînés vivant en résidences privées et en CHSLD et le soutien aux proches aidants.

Grand collaborateur au programme Municipalité amie des aînés (MADA) et à l’Entente spécifique pour les aînés du Secrétariat aux aînés et de la Conférence régionale des élus du Bas-Saint-Laurent, il milite en faveur de la participation sociale des aînés et de l’amélioration de leurs conditions de vie.

Ses multiples engagements comme proche aidant auprès de trois tantes de même que ses 10 années de bénévolat à la Popote roulante sont autant d’exemples du dévouement sans borne de Marcel Lebel pour le bien-être des personnes aînées de sa région.

2 – Saguenay–Lac-Saint-Jean – Thérèse Rochefort

Depuis plus de trente ans, l’engagement bénévole de Thérèse Rochefort dans sa communauté est exemplaire. Ses réalisations multiples ont eu des répercussions indéniables sur la participation et l’intégration sociale de tous, la défense des droits des aînés, la lutte contre la maltraitance et le soutien aux personnes vulnérables.

Elle a participé à la création de diverses associations et projets dans son milieu, dont le Festival des camionneurs, le Moulin des pionniers et l’organisme Services et qualité de vie – La Doré. Au sein du Comité des usagers du Domaine-du-Roy, elle veillait à ce que les droits des usagers soient respectés dans le processus de plaintes et effectuait l’accompagnement des personnes qui en avait le plus besoin. 

Un des plus importants engagements citoyens de Thérèse Rochefort se trouve sans aucun doute au cœur de tout ce qu’elle a fait dans l’organisme Services et qualité de vie - La Doré, une référence dans le milieu pour toutes les personnes qui ont besoin de soutien, où elle a été active pendant plus de 15 ans.

Par ailleurs, Thérèse Rochefort a posé différents gestes pour sortir les aînés de leur isolement. Mentionnons notamment la recherche de bénévoles pour accomplir des activités sociales et éducatives pour les résidents du CHSLD de Roberval ainsi que la mise en place, en partenariat avec la Maison des jeunes de La Doré, de cours d’informatique pour les aînés. 

Soulignons, en terminant, sa longue action bénévole au sein du Comité des résidents de la ressource intermédiaire de La Doré et de Saint-Félicien. Organisation d’activités, accompagnement des résidents pour les sortir de leur isolement ne sont que quelques-uns de ses accomplissements.

3 – Capitale-Nationale – André Lafrance

Depuis sa retraite en 1994, André Lafrance se consacre à temps plein aux personnes aînées vulnérables.

Membre du Conseil des Chevaliers de Colomb de L’Ancienne-Lorette depuis 56 ans, il rend d’innombrables services afin d’améliorer la qualité de vie des gens dans le besoin.

Il est aussi membre du conseil d’administration de la FADOQ  ̶  Régions de Québec et Chaudière-Appalaches depuis 2001, en plus d’avoir siégé au conseil d’administration de la Table de concertation des personnes aînées de la Capitale-Nationale.

Il a également été bénévole pour le mouvement Les Aînés Solidaires de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches ainsi que pour le Comité du troisième âge de Lotbinière.

André Lafrance a participé à la fondation du Club de l’Âge d’or de Cap-Rouge et a été responsable de la journée annuelle des aînés de 65 ans et plus. Grâce à ses démarches auprès de plusieurs organismes, il a obtenu le financement nécessaire pour offrir gratuitement le repas et les activités récréatives aux participants.

En tant que membre du comité de l’Association québécoise de gérontologie, il s’est consacré à la problématique de l’âgisme. 

Il a aussi été membre du conseil d’administration du CLSC de la Basse-ville où il a travaillé à combattre l’isolement et la pauvreté chez les personnes aînées.

Avec l’aide du CLSC de Laurier-Station, il s’est occupé du service de maintien à domicile afin que les personnes aînées puissent disposer des moyens de transport adéquats pour se rendre à l’hôpital ou à une clinique médicale.

4 – Mauricie – Maurice Dupont

Avant de prendre sa retraite en 2004, Maurice Dupont a travaillé pendant 34 ans dans le domaine de l’éducation, notamment comme enseignant, conseiller pédagogique et à la direction d’établissements scolaires.

Maurice Dupont s’est aussi engagé dans son milieu comme bénévole dans différentes organisations. Il a commencé en accompagnant des familles endeuillées lorsqu’il occupait le poste de secrétaire de la paroisse de son village. Il s’est ensuite consacré à la cause du mieux-être des aînés en joignant le Club FADOQ Hervey-Jonction; il y a organisé régulièrement des activités de loisirs pour que les aînés puissent se divertir et contrer leur isolement. 

Il a aussi joint la FADOQ région Mauricie, où il a occupé successivement les postes d’administrateur, de secrétaire et de président. Dans le cadre de ses fonctions, il a effectué une tournée des clubs de la région afin de faire connaître l’outil « Cartable des clubs » pour soutenir les aînés dans la gestion de leur club. Il a aussi participé à la mise en oeuvre de programmes tels que LOGIS Être, Aîné-Avisé et Qualité-Vie dont l’objectif est d’aider les aînés à faire des choix qui contribuent à l’amélioration de leur qualité de vie. 

Par la suite, Maurice Dupont est devenu administrateur provincial du réseau FADOQ, avant d’être promu 2e vice-président puis président à compter de 2013. Son engagement sans faille s’appuie sur son expérience pour faire avancer la cause du mieux-être des personnes de 50 ans et plus. Il a notamment présenté neuf mémoires sur différents sujets en commission parlementaire, en plus de lancer l’invitation à l’ensemble de  la société civile de signer un contrat social et de porter le bouton argenté.

Homme d’action et de convictions, Maurice Dupont est doté d’un leardership, d’un professionnalisme et d’un sens de l’éthique qui sont grandement appréciés par tous ceux qui le côtoient.

5 – Estrie – Gemma Gauthier

Dotée d’un sens de l’initiative hors du commun, Gemma Gauthier est aussi généreuse, altruiste et très active.

Dès sa retraite en 1993, elle s’est jointe à l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ), secteur de Sherbrooke. Elle a fondé ensuite le secteur Magog dont elle a assumé la présidence. Parmi ses nombreuses réalisations, notons sa participation à l’élaboration du bulletin Au pied d’Orford et la création d’un comité de solidarité qui rend visite aux membres malades. L’AREQ Magog lui a d’ailleurs rendu hommage lors du vingtième anniversaire de l’Association.

Gemma Gauthier a également occupé des fonctions de trésorière et de représentante du Comité des femmes au sein de l’AREQ régionale, où elle a notamment participé à l’organisation du congrès national.

Elle a également été membre de plusieurs autres organisations de la région telles que la Table de concertation des aînés Memphrémagog, la Table régionale de concertation des aînés de l’Estrie, une coalition d’association de retraités de l’Estrie, et le Comité contre la maltraitance des aînés Memphrémagog.

Ayant agi comme proche aidante auprès de son père puis auprès de son frère, elle connaît bien les situations vécues par les personnes malades et celles qui les soutiennent. Aussi, Gemma Gauthier s’est impliquée au sein du comité des résidents du CHSLD de Magog et elle a été membre du Conseil pour la protection des malades. Elle a contribué à la réalisation de sondages de satisfaction et à la préparation d’un document sur les droits des résidents.

La justice et l’équité ont toujours été les valeurs motrices de son engagement bénévole. Toute sa vie, elle s’est investie de multiples façons pour améliorer les conditions de vie des personnes de son milieu, en favorisant entre autres les liens intergénérationnels. Gemma Gauthier est une femme de parole et un modèle d’engagement citoyen.

6 – Montréal – Jean Lalonde

Né en 1950, Jean Lalonde grandit en Saskatchewan dans un milieu où il lui est impossible de vivre son homosexualité au grand jour en raison des tabous et des préjugés.

À l’âge adulte,  il travaille principalement dans les domaines de l’éducation et de l’édition. Dans la cinquantaine, sa quête d’authenticité l’incite à « sortir du placard », malgré les défis que cela représente. Aujourd’hui, il sait combien sont grandes les souffrances d’une homosexualité refoulée et combien les préjugés ont la vie dure dans les milieux de vie des aînés. De là sa volonté de s’investir bénévolement pour lutter contre l’homophobie et la transphobie dont les personnes aînées lesbiennes, gaies, bisexuelles ou transgenres (LGBT) peuvent être victimes. Plusieurs d’entre elles souffrent en silence en cachant leur orientation sexuelle par peur du jugement des autres, notamment dans les résidences pour aînés.

L’action bénévole de Jean Lalonde se traduit entre autres par son engagement au sein de l’association Aînés et retraités de la communauté de Montréal, seul groupe visant à favoriser la participation sociale des hommes aînés au Québec et où il occupe successivement les postes de vice-président et de président en 2015-2016.

De plus, à titre de représentant de la Fondation Émergence, il participe activement au comité de mobilisation des connaissances pour le programme « Des savoirs sur l’inclusion et l’exclusion des personnes LGBTQ » (SAVIE), instauré par la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’Université du Québec à Montréal. 

Plus récemment, son engagement se concrétise par sa participation au programme de soutien aux aînés « Pour que vieillir soit gai » de la Fondation Émergence, première initiative du genre au Québec. Jean Lalonde est d’ailleurs le premier homme aîné gai à livrer publiquement son témoignage lors de conférences et d’ateliers qui lui ont permis de rejoindre plus de 500 intervenants des milieux aînés et 2 000 personnes aînées. C’est ainsi que son sens de l’engagement et de l’entraide contribue à la reconnaissance pleine et entière des droits des personnes aînées LGBT.

7 – Outaouais – Odette Simard

Odette Simard est une personne d’exception. Depuis 40 ans, elle contribue au respect des droits des citoyens de la région de l’Outaouais ainsi qu’à l’amélioration de leur qualité de vie. Elle poursuit son action bénévole en siégeant à des conseils d’administration d’organismes professionnels, philanthropiques et de bienfaisance.

Riche d’une expérience de plusieurs années au sein de la fonction publique fédérale et d’une connaissance approfondie du milieu communautaire de sa région, elle n’hésite jamais à partager ses compétences. Son dynamisme et son enthousiasme motivent ses collègues de tous les âges et de tous les milieux dans la réalisation de projets qui profitent à l’ensemble de la société gatinoise et qui ont pu voir le jour grâce à l’établissement de partenariats fructueux. 

Ainsi, comme ex-présidente du club FADOQ St-Luc (secteur Buckingham), Odette Simard fait preuve d’un leadership inspirant. Elle sait mobiliser les ressources nécessaires pour l’organisation de collectes de fonds au bénéfice de projets communautaires à vocation sociale, dont la Maison de la famille, la Résidence Le Monarque, le Relais pour la vie à Gatineau et le Club Lion (de Buckingham). Elle a aussi mis en place le service aux membres à la FADOQ St-Luc (secteur Buckingham), lequel offre aux aînés vulnérables un accès rapide aux personnes-ressources et aux services répondant à leurs besoins.

De plus, Odette Simard exerce la fonction de première vice-présidente de l’Association nationale des retraités fédéraux, section Outaouais, où elle est aussi responsable du programme « Tarifs préférentiels » qui offre de nombreux avantages à ses membres. Plusieurs sections de Retraités fédéraux à travers le Canada démontrent un intérêt marqué pour ses pratiques exemplaires et s’en inspirent pour développer des programmes similaires. 

En somme, les compétences et la contribution d’Odette Simard sont reconnues et appréciées en raison de leurs effets positifs non seulement chez les aînés, mais aussi dans l’ensemble de la communauté.

8 – Abitibi-Témiscamingue – Colette Cyrenne

Le bénévolat est devenu un mode de vie et une passion pour Colette Cyrenne, et ce, dès son plus jeune âge.

Entre autres, Colette Cyrenne s’est impliquée pendant de nombreuses années dans plusieurs comités de bénévoles de sa localité, Nédélec, dont le Cercle de Fermières. Elle s’est aussi engagée, à titre de secrétaire-trésorière, au sein du club de l’Âge d’or. 

En travaillant à Postes Canada, elle a connu tous les résidents de sa paroisse. Elle s’est particulièrement intéressée aux besoins des personnes aînées, qu’elle a côtoyées de près, lors des tournées effectuées pour la poste rurale. Plusieurs personnes s’adressaient à elle pour discuter.

Pendant plus de 24 ans, Colette Cyrenne a représenté le secteur nord du Témiscamingue au conseil d’administration de la Table locale de concertation pour personnes âgées du Témiscamingue.

Au nombre des actions réalisées par la Table du Témiscamingue, notons l’élaboration du protocole de la Rose d’Or, précurseur de la certification des résidences pour aînés, à laquelle Colette Cyrenne a participé. Elle a aussi pris part aux tournées annuelles des comités locaux. Sa grande connaissance des aînés a fortement contribué au succès de ces rencontres. Elle a également coopéré au développement du volet aide à domicile de la Table de concertation du Témiscamingue, notamment lors de la construction des résidences Lucien-Gaudet et Marguerite d’Youville.

Son engagement en matière de concertation a grandi lors de la création de la Table régionale de concertation des personnes aînées de l’Abitibi-Témiscamingue. Ainsi, elle est devenue administratrice au sein de cette instance régionale et elle y a représenté les intérêts des aînés du Témiscamingue durant 14 ans. 

Enfin, elle a fait partie du comité du Réseau libre savoir de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue qui permet aux aînés d’effectuer un retour sur les bancs d’école. Cette formule d’université du troisième âge vise à favoriser l’épanouissement et à améliorer la qualité de vie des aînés, des objectifs qui sont au cœur de l’engagement bénévole de Colette Cyrenne.

9 – Côte-Nord – Louisette Doiron-Catto

Louisette Doiron-Catto s’est toujours engagée auprès de sa communauté. Pendant 35 ans, elle a travaillé dans le domaine de l’éducation comme enseignante et animatrice de vie étudiante. Par la suite, elle fait le saut en politique comme conseillère municipale avant de terminer sa carrière comme directrice de l’Institut d’enseignement de Sept-Îles.

Désormais retraitée, elle s’implique pour améliorer la qualité de vie de « ses aînés », comme elle le dit si bien. Elle a siégé comme présidente de l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ) pour la région de l’est de la Côte-Nord et comme responsable des aînés en tant que conseillère municipale. Parmi ses réalisations, notons ses démarches pour faire de Sept-Îles une municipalité amie des aînés et sa participation à la formation des comités de résidents dans les différentes résidences pour aînés. Aussi, elle met en place un comité avec l’AREQ pour venir en aide aux aînés vivant des abus, et elle enregistre des capsules radio pour informer les aînés de la multitude de services qui existent localement. Avec L’Envol, une Maison de la famille de Sept-Îles, elle organise aussi des soupers intergénérationnels et des activités dans les résidences. Mentionnons aussi sa participation à la mise sur pied de la Maison des organismes communautaires de Sept-Îles qui héberge plusieurs organismes venant en aide aux aînés.

De plus, Louisette Doiron-Catto ne ménage pas les heures pour faire avancer les droits des aînés, pour lutter contre les stéréotypes et pour apporter un appui aux aînés vulnérables. D’ailleurs, pour son engagement bénévole soutenu et pour avoir contribué au mieux-être de son milieu, elle s’est vu décerner la « Médaille du Lieutenant-gouverneur pour les aînés » en 2012.

Louisette Doiron-Catto est une femme qui a travaillé et qui continue de travailler pour aider son prochain. Ce sont sa fougue et son désir de maintenir de bonnes relations intergénérationnelles qui font d’elle une inspiration pour tous.

10 – Nord-du-Québec – Normand St-Pierre

La qualité de vie des familles et des aînés compte parmi les priorités de Normand St-Pierre. Quel que soit le groupe dans lequel il s’investit, il oriente toujours ses actions en ce sens. Par son apport aux organismes dans son milieu, il témoigne par l’exemple de l’importance de la participation sociale dans sa communauté. 

Dès son entrée sur le marché du travail en 1960, il s’implique au sein de différentes associations. Tout d’abord à Barraute, où il est successivement membre du comité du club de hockey local, président du club de hockey Bantam et président de la Chambre de commerce. En 1966, son engagement communautaire se poursuit de multiples façons à Lebel-sur-Quévillon, notamment comme membre du comité des loisirs pendant 4 ans, comme ambulancier et pompier volontaire pendant 9 ans ainsi que comme bénévole au Service de la protection civile et des mesures d’urgence durant 30 ans.

Parmi ses engagements bénévoles récents, mentionnons sa participation, depuis 2011, au Club de l’Âge d’or « Les Amants du Bel Âge », dont il assume la présidence de 2013 à 2018. Il siège également à la Table régionale de concertation des aînés du Nord-du-Québec de 2012 à 2018, représentant l’organisme au sein de trois comités régionaux.

La disponibilité, l’expérience et le dévouement de Normand St-Pierre sont très appréciés dans la population de Lebel-sur-Quévillon. Par son engagement hors du commun, il met en lumière l’apport essentiel des personnes aînées à la communauté et il représente une source d’inspiration pour plusieurs qui ont suivi son exemple en s’engageant à leur tour dans leur milieu. 

En transmettant ses connaissances aux plus jeunes, Normand St-Pierre sait entretenir de précieux liens intergénérationnels et placer ses valeurs d’entraide et de solidarité au service de la défense des aînés les plus vulnérables.

11 – Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine – Micheline Lapierre-Vigneau

Micheline Lapierre-Vigneau s’implique bénévolement dans sa communauté depuis plus de 30 ans.

Elle a occupé plusieurs postes dans le mouvement scout et a été commissaire à la Commission scolaire des Îles-de-la-Madeleine. Elle a aussi présidé le conseil d’administration des loisirs à Havre-Aubert et a fait partie de diverses instances en lien avec les personnes aînées.

Elle a également présidé le secteur des Îles-de-la-Madeleine du Carrefour 50 + du Québec. Elle a notamment participé à l'organisation du congrès annuel qui comptait 550 participants en 2010.

Micheline Lapierre-Vigneau a aussi fait partie de l’organisation, en 2012, des Jeux des 50 ans et plus aux Îles-de-la-Madeleine, où 600 participants ont été accueillis.

De plus, elle a été promue à la présidence provinciale du Carrefour 50 + du Québec, une fonction qu’elle a exercée de 2013 à 2015.

Micheline Lapierre-Vigneau a aussi participé à la mise en place d’une politique familiale à la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine. L’an dernier, elle a fait partie du comité travaillant à l’instauration de la politique Municipalité amie des aînés (MADA) et elle œuvre actuellement au comité consultatif de cette politique à la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine.

En ce moment, elle siège à la Table du réseau intégré des aînés du CISSS pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées.

Depuis cinq ans, elle travaille également dans une maison d’hébergement pour personnes aînées.

Enfin, en plus de s’occuper d’aînés vivant toujours dans leur maison, elle est aussi animatrice d’un projet dans le cadre du programme Québec ami des aînés (QADA), ce qui lui demande de planifier et de mener des activités dans les quatre résidences pour personnes aînées de l’île du Havre-Aubert, soit deux HLM, le Foyer du Lien et le logis communautaire l’Harmonie. L’objectif du programme aux Îles est de diminuer l’isolement des aînés qui vivent seuls dans leur logement en les visitant et en voyant à ce dont ils ont besoin, et de maintenir l’autonomie des gens hébergés en résidences communautaires.

La diversité des organismes où Micheline Lapierre-Vigneau s’est engagée témoigne de son intérêt et de son désir d’action dans tous les domaines touchant le mieux-être des personnes aînées.

12 – Chaudière-Appalaches – Madeleine Nadeau

Depuis 14 ans, Madeleine Nadeau se consacre pleinement à l’amélioration de la qualité de vie des aînés de sa communauté. Depuis 2004, elle occupe la présidence du Comité des bénévoles de Saint-Méthode, un sous-comité de l’Association de l’action volontaire Appalaches. 

Dans ce contexte, elle a mis en place plusieurs activités sociales ainsi que des services de soutien aux plus vulnérables, dont un service d’accompagnement-transport. Elle y reçoit les appels et assure la répartition des transports auprès d’une équipe de bénévoles, effectuant elle-même certains trajets. 

Afin de contrer l’isolement des aînés, elle organise un dîner communautaire entièrement préparé par des aînés bénévoles, auquel assistent une centaine d’aînés. Pour que personne ne soit oublié, elle s’assure qu’un repas soit livré à celles et à ceux dans l’incapacité d’y assister, en plus de faire des visites et des téléphones d’amitié auprès des aînés.

Parallèlement, Madeleine Nadeau s’est engagée, en 2004, au sein de l'Association de l’action volontaire Appalaches (AAVA) à titre d’administratrice de cet organisme qui regroupe 300 bénévoles aînés . Outre ses fonctions, elle occupe la présidence du Comité des bénévoles de Saint-Méthode, un sous-comité de l’AAVA. Depuis 10 ans, elle y agit comme secrétaire du conseil d’administration. 

Tout au long des années, les projets de Madeleine Nadeau en faveur des aînés se succèdent sans cesse. Par exemple, avec l’appui d’une institution scolaire engagée dans la formation des adultes, elle organise à l’automne 2009 les cours Cerveaux-actifs. Ils se donnent en 2010 et 2011 et sont suivis par une vingtaine de personnes par année. De plus, en 2011 et en 2012, elle organise des cours d’informatique pour briser l’isolement des aînés tout en les initiant aux nouvelles technologies.

Sa collaboration est très appréciée de plusieurs organismes dont les Chevaliers de Colomb, le groupe d’Animation locale et les Œuvres communautaires font appel à ses connaissances pour la rédaction et la diffusion d’information sur leurs activités dans la communauté.

13 – Laval – Claudette Lahaye Lebeuf

Claudette Lahaye Lebeuf est une femme engagée et dévouée. Elle a commencé à faire du bénévolat au centre de bénévolat de la ville de Laval. Elle s’implique maintenant depuis près de 30 ans au sein du Service bénévole d'entraide de Vimont-Auteuil (SBEVA), un organisme qui a pour mission d’offrir des services de maintien à domicile aux personnes en perte d’autonomie. Elle occupe différentes fonctions au fil des ans, notamment celle de vice-présidente du conseil d’administration, en plus de s’investir dans le service de la popote roulante de l’organisme. 

Par son engagement dans ce service offrant des repas chauds et nutritifs, Claudette Lahaye Lebeuf contribue de façon significative au bien-être des aînés. Elle veille également au bonheur et à la reconnaissance des aînés bénévoles en maintenant une ambiance de travail chaleureuse et en contribuant à la création d’une activité de reconnaissance à leur intention. En tant que directrice de la popote, elle assure l’amélioration continue des opérations courantes en convoquant régulièrement les bénévoles de la cuisine, les chauffeurs et les baladeurs pour connaître leurs points de vue et pour leur permettre de tisser des liens. 

Consciente que le temps des fêtes est une période où la solitude est plus difficile à vivre, Claudette Lahaye Lebeuf prend l’initiative d’organiser un dîner de Noël, une tradition qui se perpétue encore aujourd’hui. Afin de briser l’isolement des personnes seules, elle organise également des dîners communautaires hebdomadaires auxquels s’ajoutent des activités comme le chant. De plus, elle a instauré, avec l’aide d’une nutritionniste, des ateliers intitulés « Bien se nourrir pour bien vieillir », en plus de participer à la fondation de l’Association des popotes roulantes de Laval.

Durant toutes ces années et encore aujourd’hui, son sourire et son dynamisme sont de puissants atouts pour le bon fonctionnement de l’organisme. En hommage à son grand dévouement et à sa générosité, la cuisine de la popote est nommée « La cuisine à Claudette ».

14 – Lanaudière – Nicole Ouellet

Le partage des connaissances des personnes aînées et la nécessité de briser leur isolement sont au cœur du parcours bénévole de Nicole Ouellet. Au cours des années, son engagement en ce sens s’exprime de maintes façons. 

Cuisinière bénévole pour la Maison des aînés de Chertsey durant 18 ans, pour les repas du mardi et du mercredi, elle supervise la confection de 30 à 60 repas hebdomadaires. C’est une activité qui permet de combattre  l’isolement social des aînés en les réunissant autour d’une grande table et dans une ambiance propice aux échanges. Membre du conseil d’administration de cet organisme durant dix ans, Nicole Ouellet occupe les fonctions de secrétaire et de vice-présidente depuis six ans. 

Chaque année, elle participe à l’arrêt routier tenu pour la collecte de fonds, à l’organisation de parties de cartes ainsi qu’au bazar annuel et, bien sûr, elle s’implique à l’occasion de la Journée internationale des aînés. Très engagée dans sa communauté, elle œuvre comme bénévole à la Croix-Rouge de la MRC de la Matawinie durant 13 ans et en assume la présidence pendant quatre ans.

De plus, Nicole Ouellet est élue présidente du Cercle de Fermières de Chertsey pour deux mandats de huit ans. Dans le cadre des activités de cet organisme, les aînées poursuivent la tradition et la transmission des arts textiles, dont le tissage, le crochet, le tricot, la broderie et la couture, sous le signe de la créativité, de l’affirmation de soi et de l’amour du patrimoine. 

Enfin, soulignons que Nicole Ouellet sait également concrétiser son profond désir de transmettre ses valeurs et ses connaissances aux plus jeunes générations, en enseignant l’expertise des fermières aux élèves de l’école primaire Saint-Théodore de Chertsey, une autre initiative témoignant de son désir de bâtir des passerelles entre ses concitoyens de tous les âges.

15 – Laurentides – Margaret Hourston

Femme active et engagée, Margaret Hourston compte 48 ans d’engagement bénévole, qu’elle a su concilier avec ses responsabilités de mère de 6 enfants et avec sa profession de comptable. Entre autres, elle siège au sein de nombreux conseils d’administration,  dont celui du CLSC du Vieux-Lachine, du Centre de santé et des services sociaux des Pays d’en-Haut et de l’Église protestante de Sainte-Adèle.

Elle participe également à un comité anglophone visant l’offre de services en anglais à l’Hôpital Laurentien de Sainte-Agathe-des-Monts, afin de répondre aux besoins des aînés anglophones. Son expérience dans le secteur de la santé l’incite aussi à s’engager auprès de l’organisme Palliaco où elle accompagne les personnes endeuillées. Depuis 2003, elle siège au conseil d’administration de la Fondation médicale des Laurentides et des Pays-d’en-Haut. Son réseau de connaissances est mis à contribution et facilite grandement les campagnes de financement.

Elle est aussi nommée présidente du conseil d’administration de Prévoyance envers les aînés des Laurentides, afin de donner un second souffle à l’organisme qui vivait alors des difficultés. Elle participe notamment au développement d’un réseau d’aide et de soutien aux aînés vulnérables, maltraités ou abusés.

Qui plus est, son bénévolat dans les écoles primaires lui donne l’occasion de développer et de maintenir des liens intergénérationnels, grâce à l’aide aux devoirs. À 82 ans, soucieuse de développer ses connaissances, Margaret Hourston fréquente l’Université du troisième âge et s’occupe toujours de sa sœur aux prises avec des difficultés cognitives.

Quand nous rencontrons cette femme vivante et radieuse, nous sommes inspirés par son charme, son sourire moqueur et sa motivation. Cette femme de cœur contribue de façon exceptionnelle à l’amélioration de la qualité de vie de sa communauté.

16 – Montérégie – Jean-Pierre Reinesch

Pour Jean-Pierre Reinesch, le bénévolat est une seconde carrière et un mode de vie. Il siège notamment au conseil d’administration du Club de la Gerbe dorée de Saint Basile le Grand depuis 2001, et a agi pendant 17 ans comme trésorier. Doyen et principale personne-ressource du Club, il participe activement à tous les grands événements. 

De plus, il occupe le poste de président du conseil d’administration du Centre de bénévolat de Saint Basile le Grand. Il y est un pilier et une référence incontournable. Il veille à la qualité des services offerts, que ce soit à la confection des paniers de vivres, au maintien du bâtiment, à la gestion de la friperie ou à l’organisation des journées d’animation. Il est à l’écoute des besoins et des problèmes des aînés et apporte son soutien s’il constate qu’ils sont victimes d’abus.

Il s’implique également auprès d’autres organismes du milieu tels les clubs sportifs, la Fabrique et l’unité pastorale de sa paroisse, mettant à profit ses aptitudes d’animateur, d’instructeur et de solliciteur.

Conscient de l’importance des liens entre les jeunes et les aînés dans une communauté, il recrute des bénévoles au sein de la Maison des jeunes La Butte. Il s’est également investi auprès du Mouvement scout de Saint Basile le-Grand et a contribué à la construction de la maison scoute Le Castor dévoué. Jean-Pierre Reinesch a toujours eu à cœur le maintien des relations intergénérationnelles et le transfert des connaissances et de l’expertise des aînés aux plus jeunes générations. Donner au prochain est sa philosophie de vie.

Motiver les bénévoles et s’assurer de leur bonheur est pour lui la clé du succès pour offrir un mieux-être aux aînés. Depuis plus de 35 ans, Jean-Pierre Reinesch est l’instigateur de plusieurs projets novateurs facilitant la vie des bénévoles et contribuant à rendre les organismes plus transparents et fonctionnels. Il encourage et stimule constamment l’esprit de partage et la solidarité. Ces valeurs, pour lui, constituent une richesse inestimable au sein de la communauté, et il sait contribuer à les propager grâce à son action concrète en faveur de ses concitoyens.

17 – Centre-du-Québec – Jean Lavoie

La santé des aînés et leur pleine participation à la société sont des priorités pour Jean Lavoie.

Infirmier de formation, il a travaillé comme infirmier-chef dans un CHSLD pendant près de vingt ans. En 1999, il prend sa retraite officieuse pour se consacrer au soutien médical des communautés autochtones en régions isolées. Dans ce contexte, il a notamment effectué plusieurs séjours d’une durée d’une semaine à deux mois dans des communautés inuites de la Baie d’Hudson, chez les Cris de la Baie-James ainsi que chez les Atikamekw à Wemotaci, où il a été chargé de projet pour la construction d’une résidence pour les aînés. Dans toutes ces régions, son travail a été grandement apprécié.

Outre ses différentes activités en faveur du bien-être des aînés, Jean Lavoie est très engagé socialement. Ainsi, il a été membre du conseil d’administration de l’Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic pendant trois ans. Il a d’ailleurs représenté l’organisme à la Table de concertation pour les personnes aînées de la MRC de Drummond, qu’il a présidée de 2016 à 2018. Par son travail inlassable, il a su rallier les aînés autour de mandats favorisant leur participation active à la société. De plus, à titre de vice-président de la FADOQ de Saint-Bonaventure, il s’est consacré à l’amélioration de leur qualité de vie, sur tous les plans. 

Voué cœur et âme à la défense des droits des aînés, Jean Lavoie est responsable, depuis 2002, du Comité des résidents des Jardins de la Cité, à Drummondville. Il veille à ce que les 350 aînés y soient traités avec respect et dignité. Ayant une préoccupation particulière envers les clientèles les plus vulnérables, il a pris part, notamment, à la mise en œuvre du Programme de gestion des rapports de forces de la résidence afin de promouvoir un milieu de vie sain, sécuritaire et sans intimidation.

18 – Nunavik – Joseph A. Qisiiq

Depuis de nombreuses années, Joseph Qisiiq se dévoue entièrement au mieux-être de sa communauté et à l’amélioration de la qualité de vie des aînés du Nunavik.

Très estimé dans l’ensemble de la communauté, il a participé à de nombreux projets visant l’intégration sociale des personnes aînées vulnérables, redoublant d’efforts et de créativité pour contrer l’isolement de certains aînés que l’immensité du territoire rend encore plus palpable.

En plus de participer activement aux initiatives de la table régionale de concertation de sa région, Joseph Qisiiq rend régulièrement visite aux personnes âgées démunies, et c’est le cœur sur la main qu’il rend service à ceux et celles qui en ont besoin.

Avec d’autres aînés de sa région, il donne beaucoup de temps à la transmission du savoir traditionnel aux plus jeunes. Les techniques de survie et de recherche dans les vastes étendues du Nord québécois font aussi partie des connaissances qu’il transmet aux jeunes. Il leur enseigne aussi les techniques de pêche traditionnelles à bord de son bateau.

Sommité des courses de traîneaux à chien, c’est lui qui, depuis de nombreuses années, trace le parcours de rallye de chiens de traîneaux Ivakkak. Sa connaissance profonde du territoire lui permet de faire des recommandations pour déterminer l’organisation des étapes de la course.

Cette même connaissance du territoire fait de lui une des figures de proue des expéditions de recherche et de sauvetage lorsque des gens de la communauté sont portés disparus par mauvais temps ou dans d’autres circonstances. Les battues qu’il a menées ont plusieurs fois connu des dénouements heureux, ramenant à la maison de nombreux voyageurs égarés.

Respecté en tant que sage, Joseph Qisiiq a consacré sa vie à l’amélioration de la qualité de vie de tous les habitants de sa communauté, avec un souci marqué et un respect profond pour les personnes aînées.