Priorités

1 – Agir pour l'attractivité de la région

Poursuivre les efforts visant à mieux faire connaître le Bas-Saint-Laurent comme endroit pour vivre, étudier, travailler et investir.

Réponse

  • En lien avec cette priorité, le Ministère appuie dans la région trois créneaux d'excellence de la démarche ACCORD, soit les créneaux Écoconstruction, Tourbe et agroenvironnement, et Ressources, sciences et technologies marines. Cette démarche s'appuie sur les forces régionales, sur la mobilisation et sur le dynamisme des gens d'affaires en région ainsi que sur la recherche de l'excellence dans les secteurs clés du Québec.
  • En plus des actions en occupation et en vitalité des territoires qu'il déploie déjà dans la région, le MESI, par l'entremise de sa direction régionale, veillera, au cours des deux prochaines années, à clarifier, à bonifier – le cas échéant – et à faciliter la mise en œuvre de cette priorité. Il y parviendra avec la collaboration de la CAR ainsi qu'avec celle des villes, des municipalités, des MRC et de nombreux partenaires locaux et régionaux.

4 – Agir pour un entrepreneuriat et une main-d'œuvre dynamiques et diversifiés

  • Accroître les retombées économiques locales liées aux richesses naturelles, intellectuelles et culturelles, et améliorer la mise en marché des produits et services.
  • Améliorer la mise en marché des produits et services bas-laurentiens.
  • Accroître la compétitivité ainsi que la responsabilité environnementale et sociale en privilégiant le recours à l'offre de service des nombreux centres d'expertise de la région.
  • Valoriser le potentiel humain bas-laurentien et sa contribution à l'économie régionale.

Réponse

  • Afin de soutenir de façon plus ciblée le secteur des produits du bois dans le contexte du conflit du bois d'œuvre, le Ministère a mis en place un volet spécial du Programme Exportation (PEX), qui permet de traiter rapidement les demandes des entreprises du secteur portant exclusivement sur les déplacements à l'étranger et visant le développement de leurs marchés hors Québec.
  • Le Ministère apporte également un soutien financier à des organismes québécois qui offrent des services en développement de marchés, notamment les ORPEX. Ainsi, Innov & Export PME a pour mandat de sensibiliser, de former et de préparer à l'exportation les entreprises de la région.
  • Dans le cadre du PAGES 2015-2020, le Ministère soutient financièrement les pôles régionaux d'économie sociale et la CDRQ pour qu'ils promeuvent et soutiennent le développement de l'entrepreneuriat collectif. Le Pôle d'économie sociale du Bas-Saint-Laurent et le point de service régional de la CDRQ pourront donc, en collaboration avec la direction régionale du Ministère, aider la région dans cette priorité.

En plus des actions en occupation et en vitalité des territoires qu'il déploie déjà dans la région, le Ministère, par l'entremise de sa direction régionale, veillera, au cours des deux prochaines années, à clarifier, à bonifier – le cas échéant – et à faciliter la mise en œuvre de cette priorité.

Il y parviendra avec la collaboration de la CAR ainsi qu'avec celle des villes, des municipalités, des MRC et de nombreux partenaires locaux et régionaux.

6 – Agir pour faire du Bas-Saint-Laurent un leader innovant dans ses domaines identitaires tels que le bioalimentaire, le forestier, le maritime et l'eau, la tourbe, l'environnement et les énergies vertes et renouvelables

  • Assurer la croissance des secteurs caractéristiques du territoire tels que l'agriculture, la forêt, le maritime, la tourbe, l'environnement et les énergies vertes et renouvelables par des filières porteuses.
  • Tirer profit de la position géographique de la région, située aux abords du Saint-Laurent, pour devenir une référence dans le domaine de l'eau.

Réponse

  • En lien avec cette priorité, le Ministère appuie dans la région trois créneaux d'excellence de la démarche ACCORD, soit les créneaux :
    • Écoconstruction,
    • Tourbe et agroenvironnement,
    • Ressources, sciences et technologies marines.
  • L'élaboration des plans de développement des zones industrialo-portuaires (zones IP) de Rimouski et de Matane se fait en concertation avec les intervenants régionaux. Le gouvernement finance jusqu'à 70 % des dépenses associées à la réalisation de ces plans de développement, et ce, jusqu'à concurrence de 125 000 $. La direction régionale coordonne et soutient la réalisation des travaux des comités locaux.
  • Le Ministère est également représenté à la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent et accompagne, en ce sens, la réalisation de projets régionaux.

En plus des actions en occupation et en vitalité des territoires qu'il déploie déjà dans la région, le Ministère, par l'entremise de sa direction régionale, veillera, au cours des deux prochaines années, à clarifier, à bonifier – le cas échéant – et à faciliter la mise en œuvre de cette priorité.

Il y parviendra avec la collaboration de la CAR ainsi qu'avec celle des villes, des municipalités, des MRC et de nombreux partenaires locaux et régionaux.