Priorités

1 – Instituer le « Réflexe Montréal » dans tous les programmes et politiques du gouvernement du Québec ayant un impact sur la métropole

Réponse

  • Le Ministère et la Ville de Montréal ont élaboré un plan économique commun afin de se doter d'une vision consensuelle quant au développement économique du territoire et de faire converger leurs interventions sur le territoire de la métropole. Ce plan a été soumis pour approbation aux instances de la Ville et du gouvernement du Québec.
  • Le Ministère poursuivra les démarches entreprises avec la Ville de Montréal afin de mettre en œuvre l'entente Réflexe Montréal.

3 – Favoriser l'essor des entreprises montréalaises

Soutenir les entreprises pour accroître leur compétitivité, notamment par :

  • l'innovation;
  • l'internationalisation;
  • l'intégration des chaînes de valeur.

Réponse

  • L'ensemble des intervenants du Ministère ont été consultés dans le cadre des travaux pour l'élaboration d'un plan économique commun afin de se doter d'une vision consensuelle quant au développement des entreprises de Montréal et d'établir un mode d'action concerté pour favoriser l'essor de celles-ci. Le Ministère participera donc à la mise en œuvre de ces orientations communes au cours des prochaines années, au profit des entreprises montréalaises.
  • Le Ministère a invité, à l'automne 2017, les acteurs s'intéressant à la croissance et aux technologies propres à proposer des pistes de réflexion en vue de l'élaboration d'un plan d'action. La consultation est désormais terminée. Le Plan d'action pour la croissance et les technologies propres pourra inclure des initiatives encourageant :
    • l'innovation,
    • la commercialisation et l'adoption de technologies propres (y compris les services),
    • l'adoption de bonnes pratiques appuyant la croissance propre.
  • En ce qui concerne l'Est de Montréal, l'élaboration d'un plan de développement des zones industrialo-portuaires (zone IP) de Montréal et de Montréal-Est est en cours de réalisation; il s'exécute en concertation avec les intervenants régionaux. Le gouvernement finance jusqu'à 70 % des dépenses associées à la réalisation de ces plans de développement, et ce, jusqu'à concurrence de 125 000 $. La direction régionale coordonne et soutient la réalisation des travaux des comités locaux.
  • Le Ministère apporte également un soutien financier à des organismes québécois qui offrent des services en développement de marchés, notamment les ORPEX. Ainsi, à Montréal, la Chambre de commerce de l'Est de Montréal, Export Montréal Ouest et les experts d'ACCLR de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) ont pour mandat :
    • de sensibiliser,
    • de former,
    • de préparer à l'exportation les entreprises de leur territoire.
  • En plus des actions en occupation et en vitalité des territoires qu'il déploie déjà dans la région, le Ministère, par l'entremise de sa direction régionale, veillera, au cours des deux prochaines années, à clarifier, à bonifier – le cas échéant – et à faciliter la mise en œuvre de cette priorité. Il y parviendra avec la collaboration de la CAR ainsi qu'avec celle de la Ville de Montréal et de nombreux partenaires locaux.

7 – Assurer la croissance durable et sobre en carbone

Miser sur les technologies propres et l'application des principes de l'économie circulaire dans la région de Montréal.

Réponse

  • Le Ministère accompagnera la Ville de Montréal dans la mise en œuvre de son projet Parcours innovation PME MTL, axé sur développement durable, et collaborera à ses initiatives en synergie industrielle et en économie circulaire.