Dévoilée en mai 2017, la Stratégie québécoise des sciences de la vie 2017-2027 propose des actions pour valoriser cette industrie clé de l’économie du Québec et en favoriser l’essor.

Mis au défi par la COVID-19, les intervenants du secteur se sont mobilisés et adaptés pour répondre à la crise sanitaire. Les répercussions de la pandémie sur l’ensemble de l’écosystème des sciences de la vie ont ainsi modifié la prestation des soins de santé, les processus de développement des innovations et d’entrée sur le marché, de même que l’accès aux capitaux et aux chaînes d’approvisionnement.

Quatre ans après son lancement, la Stratégie québécoise des sciences de la vie doit être mise à jour pour prendre en considération le chemin parcouru dans le contexte actuel. Des chantiers de travail ont donc été entrepris afin de déterminer les avenues les plus porteuses pour la relance et de proposer des solutions novatrices face aux défis rencontrés par les entreprises du secteur. Les réflexions seront alimentées par des mémoires et des contenus provenant d’entretiens particuliers ainsi que par les connaissances expérientielles des participants. 

Quatre chantiers sont en cours :

Chantier 1 – Accroître les investissements en recherche et en innovation dans les sciences de la vie

Ce chantier vise à faire de l’innovation un levier économique. Les propositions issues des travaux permettront d’exploiter et de valoriser les forces de l’écosystème québécois de la recherche et de l’innovation. Les solutions mises de l’avant serviront à le rendre plus compétitif et attrayant pour les investisseurs privés.

Chantier 2 – Favoriser la création et la croissance d’entreprises innovantes

L’objectif global de ce chantier est de développer une industrie locale des sciences de la vie forte en stimulant son développement et en soutenant sa croissance. Le groupe de travail élaborera des propositions afin de répondre aux principaux enjeux de financement et d’accès au marché local, d’attirer des investissements privés et de favoriser l’essor des PME.

Chantier 3 – Attirer de nouveaux investissements privés

Les travaux de ce chantier consistent à améliorer le positionnement du secteur québécois des sciences de la vie dans le monde, notamment par la promotion des attraits du Québec, afin d’attirer des investissements étrangers et de grandes entreprises internationales. Le groupe de travail soumettra des propositions en vue non seulement d’accroître les investissements étrangers, mais aussi de répondre à des défis tels que l’augmentation de la production locale de produits médicaux essentiels, le développement de la main-d’œuvre et la modernisation de l’industrie.

Chantier 4 – Intégrer davantage d’innovations au sein du réseau de la santé et des services sociaux

Favoriser l’intégration des technologies québécoises innovantes dans le réseau de la santé et des services sociaux représente l’objectif premier de ce chantier. Cette intégration pourrait non seulement bénéficier au réseau, grâce à l’amélioration des soins et à l’augmentation de leur efficience, mais également contribuer à l’essor des entreprises du Québec en leur permettant d’accéder au marché local. Le groupe de travail ciblera des solutions qui accéléreront l’intégration de nouvelles technologies et faciliteront l’approvisionnement local et innovant.

Dans le cadre de cet exercice, le ministère de l’Économie et de l’Innovation mise sur la collaboration et la participation de tous les acteurs de l’industrie, dont les différents ministères, organismes de recherche et de financement publics et parapublics, les fonds d’investissement privés, les établissements d’enseignement et les différentes associations industrielles (pharmaceutiques, technologies médicales, etc.) afin que les propositions élaborées soient le fruit de tous les horizons du secteur québécois des sciences de la vie.

Pour plus d’information

sciences.vie@economie.gouv.qc.ca