Données ouvertes

Les données ouvertes sont brutes, structurées et diffusées en format ouvert sous forme de fichiers numériques auxquels est associée une licence qui en garantit le libre accès et qui en précise les conditions d’utilisation. Au Québec, elles sont diffusées sur le site Données Québec Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. .

La ligne du temps illustre les principales étapes réalisées, depuis 2012, pour diffuser les données ouvertes de l’administration publique québécoise et pour en encourager l’utilisation.

Ligne du temps

2012

Engagement à devenir un gouvernement ouvert Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Mise en ligne du premier site Web gouvernemental de données ouvertes, pour regrouper les données ouvertes de l’ensemble des ministères et des organismes publics.

2014

Adoption de la licence Creative Commons 4.0 pour la diffusion de données ouvertes Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., afin de s’appuyer sur une licence internationale.

2015

Mise en place de fondations qui visaient à diffuser des données de qualité et à en encourager l’utilisation (Stratégie gouvernementale en TI – rénover l’État par les technologies de l’information Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., axe 4).

2016

Mise en ligne du site Données Québec Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., pour regrouper les données de municipalités et du gouvernement du Québec, ce qui en facilite la recherche.

Publication des Lignes directrices sur la diffusion de données ouvertes Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., pour faciliter l’utilisation de données ouvertes et augmenter l’interopérabilité.

2017

Lancement des compétitions de codage annuelles HackQC Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., pour promouvoir les données  offertes sur Données Québec et en soutenir l’utilisation.

2018

Accélération de l’ouverture par la publication du Plan d’action pour l’accessibilité et le partage des données ouvertes (PDF 1,43 Mo) des ministères et des organismes publics.

Approbation des Orientations pour les données ouvertes (PDF 321 Ko), pour adopter l’ouverture par défaut et prioriser les données à haut potentiel de réutilisation, suivie de la publication du Guide de mise en œuvre des orientations pour les données ouvertes (PDF 689 Ko) et du Guide de priorisation et de diffusion des données ouvertes (PDF 0,97 Mo).

Mise en place du pôle d’expertise pour les données ouvertes, afin d’accompagner les ministères et les organismes publics dans la mise en œuvre des orientations.

Orientations pour la diffusion de données ouvertes

L’État québécois s’est engagé dans un changement de culture important qui encourage le principe d’ouverture par défaut des données publiques, comme proposé par la Charte internationale sur les données ouvertes Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.. À cet effet, le Conseil du trésor a approuvé, en juillet 2018, les orientations pour les données ouvertes (PDF 321 Ko) dont les six énoncés sont les suivants :

  • Les données sont ouvertes par défaut;   
  • La diffusion de données ouvertes est priorisée et planifiée;
  • Les données ouvertes sont privilégiées comme données en intrant et en extrant des systèmes d’information;
  • Les données ouvertes diffusées sont de qualité;
  • Le pôle d’expertise en données ouvertes agit comme catalyseur des initiatives gouvernementales;
  • Les données ouvertes diffusées sont conformes aux pratiques communes.

L’application de ces orientations permet, à terme :

  • de cibler les enjeux socioéconomiques et environnementaux. Par exemple, la cartographie des inondations majeures du printemps 2017 Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., publiée par le ministère de la Sécurité publique, a été utilisée de façon marquée par les journalistes, par la population et par les ministères qui ont eu recours à ces données pour mener à bien leur mission. Au total, près de 8 000 consultations de ces données ont été observées depuis la publication de ce jeu.
  • d’offrir une meilleure prestation de services. Par exemple, le fichier horaire des données de la situation à l’urgence Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., publié par le ministère de la Santé et des Services sociaux, a permis la création de l’application Doctr en 2015. Cette initiative québécoise couvre maintenant trois autres provinces canadiennes, avec plus de 250 000 utilisatrices et utilisateurs.
  • d’encourager l’innovation et une croissance économique durable. Par exemple, HackQC Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. est une compétition annuelle où 150 participantes et participants s’affrontent pour développer une application à partir de données ouvertes. Pour connaître les détails de la prochaine compétition, rendez-vous sur Twitter Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..
  • d’augmenter la transparence gouvernementale et le flux d’information. Par exemple, les données du Système électronique d’appel d’offres Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. assurent la transparence dans la gestion des contrats publics.
  • de répondre à une demande de la communauté. Par exemple, la Banque de prénoms – garçons Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. et filles Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. – permet aux futurs parents de connaître les prénoms les plus populaires au Québec.

Diffuser des données ouvertes

Le gouvernement et les municipalités du Québec ont créé le partenariat Données Québec Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour regrouper, sur un même site, les données ouvertes de leur administration. Le partenariat permet également à toute organisation qui aurait des données ouvertes d’intérêt pour le public de les offrir. En plus de rendre accessibles les données ouvertes à l’ensemble de la population, le site en facilite la réutilisation par les développeurs.

Données Québec s’inscrit dans le principe du gouvernement ouvert et vise à :

  • offrir un meilleur accès aux données ouvertes d’intérêt public;
  • accorder aux citoyens la possibilité d’interagir avec les organisations diffusant les données;
  • simplifier l’utilisation et le croisement des données;
  • faciliter la participation citoyenne dans l’élaboration de solutions innovantes;
  • accroître la transparence des administrations publiques.