Le territoire

Le Québec est une des provinces canadiennes qui se situe entre le 45o et le 62o34’ de latitude Nord. Il occupe une vaste péninsule continentale donnant sur l’Atlantique Nord.

Le Québec se caractérise par :

  • L’immensité de son territoire avec une superficie de 1,7 million de kilomètres carrés et plus de 12 000 kilomètres de frontières. De cette superficie, 92 % fait partie du domaine de l’État.
  • La qualité exceptionnelle du milieu naturel de son territoire public. Un lieu privilégié pour les activités liées aux ressources naturelles, à la faune et au plein air.
  • L’omniprésence de ses forêts qui s’étendent sur près de la moitié de son territoire, y jouant un rôle de premier plan tant du point de vue économique et social qu’environnemental.
  • Ses zones d’habitation concentrées le long du fleuve Saint-Laurent. Des 8 millions de Québécois, 80 % vivent dans la partie sud, principalement le long du fleuve. C’est dans ces zones qu’on trouve les meilleures terres agricoles et que s’effectue la majorité des activités économiques.
  • Ses nombreux lacs et cours d’eau. Environ 3,6 millions de plans d’eau douce couvrent une superficie de près de 207 500 kilomètres carrés, en plus de dizaines de milliers de ruisseaux et de rivières qui s’étendent sur des millions de kilomètres. Le fleuve Saint-Laurent s’étend à lui seul sur près de 1 200 kilomètres, ce qui en fait l’une des plus grandes voies navigables au monde.
  • Un sous-sol regorgeant de ressources minérales, ce qui en fait un acteur mondial important en exploitation minière. On y dénombre pas moins de 25 mines actives et 26 projets miniers. Parmi les principales substances exploitées, on trouve notamment l’or, le fer, le nickel, le zinc, le diamant et le graphite.

Les frontières du Québec

Les frontières du Québec ont une importance capitale, puisqu'elles définissent son territoire et déterminent ainsi l'étendue territoriale de l'exercice de ses compétences.

La mise en place d'une frontière comporte deux volets :

  • la délimitation : définition d’une frontière à partir de textes juridiques. Pour le Québec, ce sont des lois britanniques, canadiennes et québécoises qui définissent les frontières. La plupart de ces lois ont été promulguées au XIXe siècle.
  • la démarcation : établissement du tracé de la frontière sur le terrain, généralement au moyen de bornes ou autres signes visibles.

Le Québec partage plus de 12 000 kilomètres de frontières terrestres, fluviales et maritimes avec l'Ontario, l’État fédéral, le Nunavut, Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick et les États-Unis (Maine, New Hampshire, Vermont, New York). Environ 50 % des frontières du Québec sont terrestres, 12 % sont fluviales et 38 % sont maritimes.

Carte interactive sur les frontières

Une carte interactive illustre chacun des segments des frontières du Québec et permet de consulter de l’information concernant la délimitation de ceux-ci.

Voir la carte des frontières

Pour plus d'information sur les frontières

La géométrie des frontières est compilée par le Bureau de l’arpenteur général du Québec et est disponible au Registre du domaine de l’État (RDE). Les documents d’arpentage des frontières sont disponibles au Greffe de l’arpenteur général du Québec (GAGQ).

Expertise québecoise en matière territoriale

Au Québec, parler du territoire, c’est parler d’immensité. En effet, le territoire québécois s’étend sur près de 1,7 million de kilomètres carrés. C’est pourquoi bien connaître et mettre en valeur un tel territoire pose un défi de taille.

En tant que gestionnaire du territoire public et responsable du développement de la connaissance du territoire et de ses ressources, le Gouvernement du Québec a su développer un savoir-faire et une expertise à la fine pointe de la technologie pour acquérir, produire et diffuser cette information :

  • Images satellitaires
  • Images aéroportées
  • Données lidar
  • Cartographie de base et thématique
  • Données foncières
  • Réseau géodésique
  • Etc.

Ce savoir-faire en matière de données géospatiales permet au Québec de gérer adéquatement son territoire, d’en accroître les retombées économiques et de mieux répondre aux préoccupations sociales et environnementales de la population.