Les 10 Premières Nations et la nation inuite représentent environ 1 % de la population du Québec. Elles sont réparties dans 55 communautés autochtones. Les Inuits résident dans 14 villages nordiques; chacun est dirigé par une mairesse ou un maire et un conseil, qui assument des responsabilités similaires à celles des élus des autres municipalités du Québec. Pour leur part, les membres des Premières Nations vivent généralement sur des réserves et des établissements administrés par un conseil de bande composé d’une ou un chef ainsi que de conseillères et conseillers.

Les nations autochtones sont différentes les unes des autres. De fait, à l’intérieur d’une nation, voire d’une communauté, le mode de vie, l’utilisation de la langue et la situation socioéconomique des membres peuvent varier beaucoup. La situation socioéconomique d’une nation ou d’une communauté change aussi en fonction de nombreux facteurs différents.

Où vivent les Autochtones?

La majorité des membres des Premières Nations du Québec (les Indiens inscrits) résident sur des réserves indiennes, des établissements et des terres conventionnées de catégorie I. Une proportion considérable habite toutefois à l’extérieur de ces communautés, en milieu urbain ou rural. Pour leur part, plus de 10 000 Inuites et Inuits vivent majoritairement dans les villages nordiques situés le long de la baie d’Ungava ainsi que du détroit et de la baie d’Hudson.

Les réserves indiennes sont des terres de compétence fédérale réservées à l’usage et au bénéfice exclusif des Premières Nations. Un conseil de bande peut y adopter des résolutions pour en contrôler l’usage. Les établissements sont des parcelles de terre sans statut, sur lesquelles sont installées des communautés autochtones. Mais un conseil de bande ne peut adopter de résolutions en vue d’en réglementer l’usage, car ces terres ne leur ont jamais été officiellement réservées. Le gouvernement fédéral administre les terres des réserves indiennes et offre des services aux communautés qui y résident ou qui vivent dans les établissements. Chez les Inuits, le régime est plutôt de type municipal et relève entièrement du Québec.

Les conventions du Nord accordent aux Cris, aux Inuits et aux Naskapis des droits particuliers sur de vastes territoires, classés par catégories afin d’en faciliter l’administration. Les terres de catégorie I sont à l’usage exclusif de ces nations; celles des catégories II et III sont publiques, mais ces nations détiennent certains droits à leur égard.

Au Québec, les terres réservées aux Autochtones totalisaient 14 786,5 km2 en 1998. Les terres conventionnées de catégorie I représentent 95 % de cette superficie. Les réserves et les établissements n’occupent que 5 % de l’ensemble du territoire, bien qu’ils regroupent 70 % de la population autochtone.