Réduire les GES en transport

Au Québec, 43 % de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) proviennent des transports, ce qui inclut le transport routier, aérien, maritime, ferroviaire et hors route. À lui seul, le transport routier représente la source la plus importante, soit 34 % des émissions totales de GES. Les transports contribuent également à la pollution atmosphérique.

Pour diminuer les émissions issues des transports, nous devons, lorsque cela est possible :

  • Réduire les distances parcourues et les déplacements motorisés, en aménageant nos villes et nos villages pour pouvoir le faire, tout en nous assurant d’offrir différents types de transport;
  • Utiliser, autant que possible, des moyens de transport actif (marche, vélo) et collectif (bus, métro, autopartage, covoiturage);
  • Choisir des véhicules plus petits, qui consomment peu ou pas de combustibles fossiles.

Se déplacer autrement qu’en automobile à essence peut présenter des défis. Pour favoriser l’utilisation d’autres modes de transport, le Programme d’aide aux nouvelles mobilités Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. offert par le gouvernement du Québec permet de financer des projets de mobilité durable en tirant profit des technologies numériques (ex. : une application pour encourager le covoiturage, un suivi GPS pour évaluer les besoins et l’utilisation des vélos à assistance électrique).

Le Programme d’aide financière au développement des transports actifs dans les périmètres urbains Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. soutient financièrement les municipalités pour qu’elles développent des réseaux piétonniers et cyclables plus sécuritaires.

Un autre moyen pour réduire les GES est d’électrifier nos transports (en roulant en voiture électrique, par exemple) grâce à l’électricité issue de sources renouvelables, comme l’hydroélectricité ou l’énergie solaire.

Pour nous assurer que la population du Québec puisse plus facilement faire l’acquisition de véhicules électriques, la norme véhicules zéro émission Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. (VZE) a été instaurée. Celle-ci oblige les fabricants automobiles à offrir plus de véhicules électriques sur le marché québécois. Les exigences de cette norme augmentent chaque année. À partir de 2035, il sera même interdit de vendre des véhicules légers neufs à essence dans la province.

De plus, les particuliers et les entreprises ont accès à l’aide financière du programme gouvernemental Roulez vert lors de l’acquisition d’un véhicule électrique ou d’une borne de recharge.

Les propriétaires de parcs de véhicules routiers peuvent aussi bénéficier du soutien financier du gouvernement pour électrifier leurs parcs par l’entremise de programmes tels qu’Écocamionnage Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., Écobus Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. et Transportez vert Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Pour réduire les émissions de GES du Québec, le gouvernement soutient également l’électrification des parcs de véhicules lourds qui circulent abondamment sur les routes. C’est le cas notamment des autobus urbains, qui seront électrifiés à 55 %, à l’échelle de la province, d’ici 2030. Il en va de même pour les autobus scolaires, dont 65 % du parc devra également être électrique d’ici 2030. Au Québec, les propriétaires d’autobus scolaires qui achètent de nouveaux autobus sont désormais obligés de choisir des modèles électriques. Les ambulances et les autres véhicules visant le transport des personnes, eux aussi, seront davantage électrifiés au cours des prochaines années.

L’installation de nouvelles infrastructures, telles que le réseau de bornes de recharge publiques Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., est aussi incontournable pour répondre aux besoins grandissants des électromobilistes du Québec. C’est pourquoi, le gouvernement travaille présentement à l’élaboration d’une offre de bornes de recharge structurée à travers la mise en œuvre de la Stratégie québécoise sur la recharge de véhicules électriques. 

Enfin, l’intégration progressive de carburant renouvelable dans l’essence et le diesel à partir de 2023 et le recours à l’hydrogène vert contribueront aussi à réduire l’usage des combustibles fossiles dans le secteur des transports au Québec.

Exemples de projets de réduction de GES en transport

Plusieurs initiatives en transport, dont des projets d’électrification, sont en cours au Québec. En voici quelques-uns :

Se déplacer en autobus scolaires 100 % électriques

Les entreprises Autobus Transco et Autobus Chambly font l’acquisition de plusieurs autobus scolaires 100 % électriques. Ce virage permettra de réduire considérablement les émissions de GES du territoire des centres de services scolaires concernés.

Ramasser les ordures en émettant moins de GES

Boivin Évolution conçoit et fabrique des bennes 100 % électriques pour la collecte des matières résiduelles Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.. En plus de réduire les émissions de GES des camions, cette nouvelle technologie contribue à réduire la consommation énergétique des véhicules et à offrir une plus grande capacité de chargement.

Fabriquer des autobus et des camions zéro émission

Lion Électrique est un manufacturier de véhicules lourds 100 % électriques. L’entreprise conçoit et fabrique des camions commerciaux urbains, des autobus et des minibus pour le transport scolaire. L’entreprise est un chef de file dans l’électrification des transports en Amérique du Nord.

Apprendre à conduire avec une voiture électrique

Le projet pilote e‑roule Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. de la Fondation d’éducation en sécurité routière Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. permet aux apprentis conducteurs de suivre leurs cours de conduite pratique sur des voitures 100 % électriques. Cette initiative permettra de réduire les émissions de GES des écoles de conduite tout en donnant l’occasion à la nouvelle génération de conducteurs et conductrices de découvrir les avantages des véhicules zéro émission.

Électrifier des autocars interurbains

L’entreprise Prévost développe un nouvel autocar 100 % électrique, de même qu’un système pouvant convertir des autocars diesel en autocars à propulsion électrique. En plus de contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, ce projet permettra la création de 115 emplois au Québec d’ici 2026 et il en consolidera 650 autres.

Partager des véhicules pour réduire ses émissions de GES

Le projet de l’Arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. permet aux gens du quartier de partager entre eux automobiles et vélos afin de réduire l’utilisation de l’automobile. Le projet permettra aussi, entre autres, de prolonger et d’améliorer les pistes cyclables.

Stimuler la culture du vélo par le développement des infrastructures cyclables

Le Mouvement Vélosympathique Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. encourage les organisations à soutenir la pratique du vélo pour se déplacer au quotidien. Aménager des pistes cyclables sécuritaires et installer des supports à vélos peut inciter la population à opter pour le vélo, plutôt que pour la voiture, dans ses déplacements.

Électrifier les camions basse vitesse

Kargo est une entreprise québécoise de camions électriques basse vitesse qui offre une solution de rechange aux véhicules polluants utilisés dans les secteurs industriels, récréotouristique et institutionnel. Les usages des véhicules électriques Kargo sont multiples. Ces véhicules peuvent notamment servir à la logistique en usine, à l’entretien de parcs et à la livraison de colis sur de courtes distances.

Dernière mise à jour : 19 juin 2024

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?
Avis général

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec