Vous chassez cet automne le cerf de Virginie ou l’orignal dans le sud de l’Outaouais, le sud des Laurentides ou l’ouest de la Montérégie? Vous avez gagné un permis de chasse au cerf sans bois applicable à la zone 9 ouest-ZSR ou à la zone 10 est-ZSR? Voici des mises en situation qui vous aideront à mieux comprendre les mesures de surveillance et de contrôle de la MDC en vigueur dans ces secteurs.

Gros plan sur un cervidé faisant partie d’un troupeau pour la surveillance et contrôle de la MDC

Depuis la détection de cas de maladie débilitante chronique des cervidés dans un élevage des Laurentides en 2018, les efforts se poursuivent dans ce secteur afin d’éviter la transmission de la maladie en milieu naturel et sa propagation ailleurs au Québec. Les mesures, qui comptent entre autres le prélèvement obligatoire d’échantillons et des restrictions de déplacement de pièces anatomiques de cervidés, sont temporaires. Votre collaboration est donc essentielle pour maintenir une faible densité de cerfs et obtenir un nombre suffisant d’échantillons pour une surveillance efficace. 

Les mises en situation suivantes illustrent certaines infractions commises par des chasseurs au cours des dernières années. Ces exemples vous permettront de mieux comprendre les différentes zones d’intervention ainsi que les mesures règlementaires qui y sont associées.

Situation 1 - Restrictions de déplacements dans le rayon de 45 km

Charlotte a abattu un cerf adulte sur les terres d’un ami, à Lac-des-Seize-Îles, dans les Laurentides. Elle se présente à la station d’enregistrement Coopérative de solidarité Laurel-Station pour enregistrer sa bête et permettre les prélèvements nécessaires à l’analyse pour la MDC. Le résultat du test est rapidement disponible sur Québec.ca : la MDC n’est pas détectée. Charlotte se rend dans une boucherie près de chez elle, à Saint-Jérôme pour faire débiter son gibier.

Infraction commise

Charlotte a transporté la carcasse entière de son gibier à l’extérieur de la zone de restrictions de déplacements du rayon de 45 km. 

Or, lorsqu’un cerf de Virginie ou un orignal est abattu dans cette zone, certaines pièces anatomiques, notamment la tête et la colonne vertébrale, ne doivent pas en sortir. Cette règlementation s’applique même si le gibier a été analysé pour la MDC et que le résultat s’est avéré négatif. En effet, le test pour la MDC ne parvient généralement pas à détecter la maladie si l’animal est infecté depuis moins d’un an. Le transport de certaines pièces anatomiques de l’animal risque malgré tout de propager la maladie. Pour respecter la règlementation, Charlotte aurait dû se rendre chez un boucher situé à l’intérieur de la zone de restrictions de déplacements. La viande préparée par le boucher aurait ensuite pu être transportée en toute légalité vers Saint-Jérôme. 

Règlementation respectée

Charlotte a respecté la règlementation en se présentant dans une station d’enregistrement désignée pour que les prélèvements soient effectués sur son gibier. En effet, tous les chasseurs qui récoltent un cerf de Virginie ou un orignal âgé de plus de 12 mois dans la zone de restrictions de déplacements de 45 km sont obligés de le faire analyser.

Situation 2 - Prélèvement d’échantillons obligatoire

Pour la première fois, Isabelle a abattu un cerf de Virginie avec un gros panache, dans la forêt derrière son chalet, à Barkmere, dans les Laurentides. Elle enregistre son gibier en ligne et se rend à la boucherie Débitage des Laurentides, à Sainte-Agathe, pour faire préparer la viande. Elle conserve la tête et se rend chez un taxidermiste situé à Mont-Tremblant pour faire naturaliser son trophée de chasse.

Infraction commise

Isabelle ne s’est pas présentée dans une des stations d’enregistrement désignées pour que les prélèvements requis soient effectués sur son gibier. 

Or, tous les chasseurs qui récoltent un cerf de Virginie ou un orignal âgé de plus de 12 mois dans la zone de restrictions de déplacements du rayon de 45 km sont obligés de le faire analyser. Isabelle aurait dû se rendre à la station d’enregistrement Dépanneur Telmosse pour convenir avec le personnel du Ministère de la manière dont seraient récupérés les échantillons à analyser. Dans certaines situations, les prélèvements peuvent être réalisés à la station, sans compromettre la taxidermie. Dans d’autres situations, le chasseur doit s’engager à faire analyser son gibier après sa visite chez le taxidermiste.

Règlementation respectée

Isabelle a respecté la règlementation en faisant débiter son gibier chez un boucher autorisé dans le rayon de 45 km. En effet, puisqu’il n’y a pas de boucherie dans le nord de la portion de la zone de chasse 9 ouest accessible dans le rayon de 45 km, les chasseurs qui abattent un animal dans cette zone sont autorisés à se rendre directement à la boucherie Débitage des Laurentides, même si cette dernière se trouve légèrement en dehors de la zone de restrictions de déplacements. 

Isabelle s’est par ailleurs rendue chez un taxidermiste situé à l’intérieur de la zone de restrictions de déplacements de 45 km. Ainsi, la tête de son gibier n’est pas sortie du rayon de 45 km, tel que le prescrit le Règlement. 

Situation 3 - Permis de cerfs sans bois dans les zones 9 ouest-ZSR et 10 est-ZSR

Yannick habite à Montréal et possède une terre à Ripon, en Outaouais. Il a gagné, au tirage au sort, un permis de cerf sans bois valide pour la zone 10 est-ZSR. Il abat un faon sur sa terre. Yannick enregistre son gibier en ligne. Il se rend à une boucherie de Saint-André-Avellin pour faire débiter son cerf, sans se présenter à une des stations d’enregistrement désignées pour faire analyser son gibier pour la MDC. Il repart vers Montréal, avec la viande emballée.

Infraction commise

Yannick a utilisé son permis de cerf sans bois à l’extérieur de la zone de surveillance rehaussée (ZSR). 

Or, tel que cela est indiqué sur le permis, ce dernier est valide uniquement dans le territoire de la zone de chasse 10 est qui est inclus dans la ZSR. Yannick aurait dû s’inscrire au tirage au sort pour un permis de cerf sans bois dans la zone de chasse 10 est « hors ZSR », puisque que son site de chasse se situe à l’extérieur de la ZSR. 

Règlementation respectée

Aucun prélèvement aux stations d’enregistrement n’était requis, car le cerf abattu par Yannick avait moins de 12 mois. 

Yannick a également fait débiter son gibier dans la zone de chasse (10 est) où ce dernier a été abattu ET à l’intérieur de la zone de restrictions de déplacements du rayon de 45 km. Les pièces anatomiques à risque de propager la MDC ne sont donc pas transportées dans d’autres secteurs du Québec.

Chasseurs et chasseuses, respectez la loi : c’est votre responsabilité!
 

Dernière mise à jour : 3 novembre 2021