QUÉBEC, le 8 déc. 2021 /CNW Telbec/ - La vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale et ministre des Relations internationales et de la Francophonie suppléante, Geneviève Guilbault, a dévoilé aujourd'hui la Stratégie territoriale pour l'Afrique.

Cette stratégie, qui s'inscrit dans le plan de relance économique du gouvernement, vise à renforcer le positionnement du Québec sur le continent africain et à y augmenter les exportations et les échanges commerciaux. L'Afrique a connu ces dernières années une croissance économique soutenue, ce qui représente une occasion à saisir pour diversifier nos marchés d'exportation.

Parmi les mesures phares de la Stratégie territoriale pour l'Afrique, Investissement Québec annonce qu'il met en place une enveloppe consacrée au continent africain de 50 M$, sur cinq ans, provenant de ses fonds propres. Ce montant servira à appuyer les entreprises québécoises désireuses d'exporter vers l'Afrique, et ainsi leur permettre d'accroître et de consolider leur présence sur les marchés africains.

Les trois représentations du Québec en Afrique, situées à Dakar, à Abidjan et à Rabat, sont à pied d'œuvre pour accompagner les gens d'affaires afin de les mener vers de nouveaux marchés sur le continent.

La Stratégie territoriale pour l'Afrique repose sur cinq piliers : l'économie, l'éducation et l'enseignement supérieur, la culture, la solidarité internationale et le renforcement des capacités institutionnelles.

Les créneaux d'excellence prioritaires pour le Québec en Afrique sont les ressources naturelles et les industries extractives; les infrastructures et le génie-conseil; l'agriculture; l'énergie et les technologies vertes; et les technologies de l'information et du numérique.

La Stratégie vise également à renforcer les liens avec les différentes diasporas africaines présentes au Québec, lesquelles contribuent à la vitalité et à la diversité de notre société. Elle constitue une véritable passerelle multisectorielle entre le Québec et l'Afrique au bénéfice mutuel des populations québécoises et africaines.  

Citations

« Le Québec a développé de solides liens avec l'Afrique depuis les années 1960, que ce soit par le biais de son appartenance à la Francophonie, par l'entremise de ses entreprises, de ses établissements d'enseignement ou de ses organismes de coopération internationale. Le continent a résolument pris son envol sur le plan économique, et le moment est venu d'y renforcer notre présence. La forte croissance démographique et l'urbanisation rapide engendrent de nombreux besoins en matière d'éducation, de capacités institutionnelles, d'infrastructures et de services, d'ingénierie, notamment, pour lesquels nous disposons d'une expertise reconnue. Le Québec sera plus actif que jamais afin de saisir les occasions d'affaires pour nos entreprises, tout en contribuant au développement des pays africains. »

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec, ministre de la Sécurité publique, ministre de la région de la Capitale-Nationale et ministre des Relations internationales et de la Francophonie suppléante

« Investissement Québec entend jouer un rôle déterminant pour aider les entreprises à réussir leurs démarches de positionnement et de commercialisation à l'extérieur du Québec. Soutenir la croissance et la diversification des entreprises québécoises à l'étranger figure parmi nos priorités. À cet égard, nous sommes fiers de mettre en place des solutions financières créatives, ciblées et adaptées qui, jumelées à nos services d'accompagnement, permettent d'aider les entreprises du Québec à mieux s'intégrer aux marchés mondiaux et à profiter de la croissance économique mondiale provenant notamment des pays qui présentent un grand potentiel de croissance, comme ceux du continent africain. »

Hubert Bolduc, président, Investissement Québec International

Faits saillants :

  • La Délégation générale du Québec à Dakar a célébré son cinquième anniversaire cette année. Les bureaux du Québec à Abidjan et à Rabat ont été ouverts en 2017 et en 2018 respectivement.
  • L'enveloppe de 50 M$, sur cinq ans, mise en place par Investissement Québec, prévoit accorder des prêts ou des garanties de prêts, notamment pour les fonds de roulement liés à des activités de développement de marchés ou à des dépenses d'immobilisations. Les aides financières octroyées varient entre 1 M$ et 5 M$ par projet. Les principales modalités ainsi que la façon de procéder pour bénéficier du programme sont présentées dans le document Financement exportation Afrique d'Investissement Québec International.
  • Le Québec est déjà présent en Afrique à travers 40 organismes de coopération internationale, 40 établissements universitaires ou collégiaux et plus de 130 entreprises.
  • 85 % des francophones du monde seront africains en 2050 - 654 millions de personnes ayant le français en partage. Selon l'Observatoire de la Francophonie économique, le partage d'une langue commune augmente le commerce bilatéral de 44 %.
  • Dans le contexte de la rareté de la main-d'œuvre au Québec, les activités de recrutement de travailleurs et d'étudiants sont appelées à se multiplier dans ce bassin de locuteurs francophones. Les travailleurs et les étudiants venus d'Afrique contribuent grandement au développement économique du Québec et de ses régions, particulièrement.
  • L'urbanisation rapide et l'accroissement de la classe moyenne génèreront d'importants besoins en matière de services, d'éducation et particulièrement en matière d'infrastructures : routes, ports, ponts, aqueducs, logements, réseaux électriques, etc. Autant de domaines où le Québec jouit d'une expertise reconnue.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/December2021/08/c0697.html

Dernière mise à jour : 15 février 2022