QUÉBEC, le 18 août 2020 /CNW Telbec/ -  La ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D'Amours, s'est fait questionner sur de nombreux sujets durant l'étude des crédits budgétaires et le constat est flagrant quant à son abandon des peuples autochtones.

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'Affaires autochtones, Gregory Kelley, a démontré que les suivis des rapports sur la réconciliation, par exemple, n'ont pas été faits avec rigueur. Beaucoup de questions demeurent sans réponses quant à la gestion des services éducatifs aux enfants autochtones dans le cas d'une 2e vague de Covid-19 et plusieurs Chefs autochtones ne se sentent pas appuyés par la ministre.

« Je constate qu'après 1 an, malgré les dépôts des deux (2) rapports d'enquêtes au sujet de nos relations avec les communautés autochtones, seulement 45 des 142 recommandations sont en réflexion. Il y a toujours des femmes et des enfants qui disparaissent et qui vivent d'atroces histoires et je crois fermement que l'éducation et la réussite scolaire doivent être accompagnées de mesures plus concrètes afin d'être renforcées. C'est pour toutes ces raisons qu'on demande, au nom des communautés, une meilleure collaboration avec le gouvernement.

M. Gregory Kelley, député de Jacques-Cartier et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'Affaires autochtones.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/August2020/18/c3616.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 9 mars 2021