QUÉBEC, le 17 août 2020 /CNW Telbec/ - Les gouvernements du Québec et de l'Ontario ont expédié une lettre1 au gouvernement fédéral lui demandant d'intervenir afin que le conflit de travail au Port de Montréal se règle. Depuis le 10 août dernier, une grève d'une durée indéterminée des membres du Syndicat des débardeurs paralyse les activités.

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, M. Pierre Fitzgibbon, et le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, soutiennent que ce conflit aura des retombées négatives sur les économies du Québec, de l'Ontario et de l'Est du Canada.

Premier port dans l'Est du Canada, et seul port à conteneurs sur le Saint-Laurent, les opérations du port de Montréal génèrent une activité économique évaluée à 2,6 milliards de dollars. Le Port de Montréal voit passer sur ses quais des marchandises d'une valeur totale de 100 milliards de dollars annuellement. Du point de vue logistique, ce sont plus de 2 500 camions par jour, 60 à 80 trains par semaine et 2 000 navires par année qui visitent Montréal. Ses activités sont au cœur d'un écosystème économique réunissant les importateurs et exportateurs canadiens, dont 6 300 entreprises en transport et logistique.

Citations :

« Le Québec est à une étape cruciale de la relance économique et nous aurons besoin de tous nos outils économiques pour relever les défis qui nous attendent. Cette grève a des impacts importants pour le Port de Montréal, mais aussi, et surtout, sur les importateurs, les exportateurs, les entreprises et ultimement sur les citoyens de tout le Québec. De plus, cette situation s'ajoute à une crise économique liée à la pandémie de la COVID-19 qui a déjà des effets négatifs sur de nombreuses entreprises ayant besoin d'importer et d'exporter via les installations portuaires. Je rappelle que le Port de Montréal est un élément stratégique et un pilier de la vitalité économique du Québec et s'avère au cœur de la bonne marche de milliers d'entreprises québécoises. » 

Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière

« Les activités du Port de Montréal représentent 19 000 emplois directs, indirects et induits. Je suis donc extrêmement préoccupé par la situation actuelle, particulièrement si elle perdure. En raison de la conjoncture économique difficile qui touche durement la main-d'œuvre québécoise, il est essentiel de maintenir la négociation et le dialogue pour limiter l'impact sur l'économie et la population. »

Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie



1 La lettre est présentée en annexe.

Faits saillants :

  • Le conflit de travail au Port de Montréal cause des inconvénients immédiats notamment :
    • 15 navires porte-conteneurs ont été détournés vers les ports d'Halifax, Saint John,  New York ou Philadelphie. Le détournement de navires vers d'autres ports a un effet direct sur les coûts et délais de transport et donc sur les affaires des entreprises importatrices et exportatrices du Québec.  
    • On estime que l'import ou l'export d'un seul conteneur peut coûter entre 350 $ et 600 $ de plus s'il est destiné à la région du Grand Montréal et qu'il provient d'un autre port.   
    • Environ 90 000 conteneurs sont actuellement sur les quais ou sur les navires qui ont été détournés vers d'autres ports. Cela équivaut à plus de trois semaines de manutention de conteneurs au Port de Montréal.    
    • Près de 325 000 tonnes de vrac solide (sucre, sel, minerai de fer) pourraient aussi être impactées si le conflit devait se poursuivre au cours des deux prochaines semaines.  
    • Plusieurs secteurs de l'économie sont touchés en temps réel et de façon importante par la grève en cours, notamment le secteur automobile, qui souffre déjà d'une pénurie de certaines pièces, ainsi que l'ensemble des entreprises exportatrices, telles qu'Olymel ou les Produits forestiers Résolu, par exemple, qui doivent louer des entrepôts et/ou ralentir leur chaîne de production.

Lien connexe :

  • Pour recevoir en temps réel les communiqués de presse du ministère de l'Économie et de l'Innovation, inscrivez-vous au fil RSS approprié au www.economie.gouv.qc.ca/rss.

Ministère de l'Économie et de l'Innovation sur les réseaux sociaux :

 

Québec, le 11 août 2020

 

 

Madame Filomena Tassi

Ministre du Travail

Chambre des communes, bur. 400

Ottawa (Ontario) K1A 0A6

 

Monsieur Navdeep Bains

Ministre de l'Innovation, des Sciences

et de l'Industrie

Chambre des communes, bur. 356

Ottawa (Ontario) K1A 0A6

 

Madame la Ministre, Monsieur le Ministre,

Nous vous écrivons aujourd'hui concernant le conflit de travail au Port de Montréal, qui se manifeste depuis le lundi 10 août par une grève d'une durée indéterminée des membres du Syndicat des débardeurs, section locale 375 du Syndicat canadien de la fonction publique.

Vous n'êtes pas sans savoir que le Port de Montréal, à titre de premier port dans l'est du Canada et de seul port à conteneurs sur le fleuve Saint-Laurent, constitue un élément stratégique de la vitalité économique de Montréal et du Québec, mais également de l'Ontario et de l'est du Canada.

À cet égard, il est estimé que des marchandises d'une valeur annuelle totale de 100 milliards de dollars passent sur les quais du port et que ses activités génèrent annuellement des retombées économiques de 2,6 milliards de dollars.

Ces activités représentent 19 000 emplois directs, indirects et induits, et elles sont au cœur d'un écosystème économique réunissant les importateurs et exportateurs canadiens, dont 6 300 entreprises en transport et logistique. Le Port de Montréal est donc indispensable pour les activités des entreprises parties prenantes de cet écosystème.

Nous rejoignons les principales associations nationales de l'industrie, dont la Chambre de commerce du Canada, l'Association canadienne des constructeurs de véhicules, l'Association des produits forestiers du Canada, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, le Conseil canadien du commerce de détail et les Manufacturiers et exportateurs du Québec, en appelant le gouvernement fédéral à exercer son leadership afin de faciliter une résolution.

Étant donné les conséquences pour tout le Canada, nous vous faisons part de nos préoccupations concernant les effets du conflit de travail sur la chaîne d'approvisionnement économique du Québec, de l'Ontario et de l'est du Canada, notamment dans des secteurs tels que l'alimentation, la fabrication, l'automobile et le commerce de détail. Nous soulignons aussi l'importance de maintenir la compétitivité du Port de Montréal et du fleuve Saint-Laurent face aux ports de la côte est américaine, sachant que le Port de Montréal alimente également nombre d'entreprises du Midwest américain.

Nous demandons la poursuite des efforts du gouvernement fédéral visant à favoriser le dialogue entre les parties dans le but qu'elles parviennent rapidement à une entente négociée, ce qui permettra de rétablir le fonctionnement normal du Port de Montréal et de limiter l'impact sur l'économie et la population, et ce, au bénéfice des Québécois, des Ontariens et des habitants de l'est du Canada.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l'expression de nos plus sincères salutations.

 

Le ministre du Travail, de l'Emploi            

Le ministre de l'Économie

et de la Solidarité sociale,                         

et de l'Innovation,







Jean Boulet                                                 

Pierre Fitzgibbon







Le ministre du Travail, de la Formation       

Le ministre du Développement

et du Développement des compétences,   

économique, de la Création


d'emplois et du Commerce,







Monte McNaughton                                      

Victor Fedeli

 

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/August2020/17/c0406.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 9 mars 2021