QUÉBEC, le 29 janv. 2021 /CNW Telbec/ - Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, annoncent qu'un montant de 11,1 M$ est octroyé à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) pour le déploiement du Programme de surveillance des variants de la COVID-19 au Québec.

Dirigé par le Laboratoire de santé publique du Québec de l'INSPQ, conjointement avec les Fonds de recherche du Québec et Génome Québec, le programme vise à séquencer 65 000 échantillons positifs au SRAS-CoV-2 d'ici la fin de l'année 2021. Le Centre de génomique de McGill, le Laboratoire national de microbiologie du gouvernement fédéral et plusieurs chercheurs collaborent également au projet.

Sur l'investissement total de 11,1 M$ pour le déploiement du Programme de surveillance des variants de la COVID-19 :

  • le ministère de la Santé et des Services sociaux alloue un montant de 6,3 M$;
  • le Fonds de recherche du Québec, sous la responsabilité du ministre de l'Économie et de l'Innovation, contribue à hauteur de 2,5 M $;
  • et Génome Canada et son Réseau canadien de génomique investit un montant de 2,3 M$.

Notons que trois variants du SRAS-CoV-2 potentiellement plus transmissibles et plus virulents ont été détectés en Grande Bretagne, en Afrique du Sud et au Brésil. Ces nouvelles souches du virus se propagent partout dans le monde et d'autres variants sont également sous surveillance. Dans ce contexte, il devient important d'intensifier la surveillance des variants pour empêcher une recrudescence de l'épidémie au Québec. À ce jour, 6 cas du variant britannique ont été confirmés au Québec.

Citations :

« Dans le contexte actuel, traquer les variants d'intérêt est une priorité. La situation dans certains pays est préoccupante et nous voulons nous assurer d'être en mesure de pouvoir détecter rapidement l'émergence de variants pouvant avoir un impact sur la transmissibilité, mais également l'efficacité des vaccins contre la COVID-19. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

« Grâce à ce programme regroupant différents partenaires, le dépistage des nouveaux variants sera plus efficace en permettant une meilleure évaluation de leurs impacts. Nous pourrons comprendre plus facilement le comportement du virus, et permettre au Québec de devenir un leader dans la surveillance des variants au Canada. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation

Faits saillants :

L'objectif est de repérer les mutations génétiques du virus, d'identifier les variants et de déterminer leur impact sur la transmission, la gravité de la maladie et la réponse aux vaccins afin de soutenir le gouvernement du Québec dans la gestion de la pandémie.

La surveillance des variants avait déjà débuté au Québec depuis avril 2020 grâce au projet CanCoGen SRAS-CoV-2 de Génome Canada. Jusqu'à maintenant, environ 7000 échantillons positifs ont été séquencés au Québec, ce qui représente environ 3 % de tous les échantillons positifs.

Le programme québécois va permettre de repérer plus rapidement ces variants en séquençant davantage d'échantillons positifs au SRAS-CoV-2. L'objectif est d'atteindre 10 % des échantillons positifs séquencés, assurant ainsi une détection rapide de l'émergence des variants préoccupants du virus.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/January2021/29/c4670.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 29 janvier 2021