QUÉBEC, le 5 déc. 2019 /CNW Telbec/ - Le député de Jacques-Cartier et porte-parole libéral en matière de relations avec les Québécois d'expression anglaise M. Gregory Kelley, a présenté hier à l'Assemblée nationale un projet de loi visant à modifier la Charte de la langue française afin d'instaurer la gratuité des services d'enseignement du français pour toute personne qui réside au Québec.

Ce besoin a été exprimé notamment par plusieurs personnes d'expression de langue anglaise, souligne M. Kelley qui comprend très bien le bien-fondé de cette demande. Ayant lui-même pour première langue l'anglais, le député de Jacques-Cartier a suivi plusieurs cours de français à l'université afin d'améliorer la maîtrise de sa langue seconde.

Bien que plusieurs Québécois d'expression anglaise aient eu l'occasion d'apprendre le français lors de leur passage à l'école, il demeure que les connaissances linguistiques, lorsqu'elles ne sont pas mises en pratique de façon quotidienne, tendent à s'effacer avec le temps. De plus, ces cours pourraient tout autant être utiles pour des francophones désireux d'améliorer leur connaissance du français.

La maîtrise de la langue française au Québec, langue commune et langue du travail est nécessaire pour une participation aux plus hauts niveaux de la société Québécoise, notamment sur le marché du travail.

«Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette a accueilli favorablement mon projet de loi. Il a mentionné qu'il faut donner à tous les Québécois les outils pour maîtriser la langue française particulièrement à la communauté anglophone. On va regarder le projet de loi mais l'idée du député de Jacques-Cartier va certainement percoler. Je me réjouis de cette ouverture de la part du ministre et j'espère que ses intentions se traduiront en action.»

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/December2019/05/c2837.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 5 décembre 2019