QUÉBEC, le 21 nov. 2020 /CNW Telbec/ - Le gouvernement du Québec se réjouit de la conclusion d'un accord transitoire entre le Canada et le Royaume-Uni qui permettra de maintenir la fluidité et la prévisibilité de leur relation commerciale transatlantique alors que la période de transition prévue entre le Royaume-Uni et l'Union européenne (UE) prendra fin le 31 décembre 2020. La continuité des échanges commerciaux avec le Royaume-Uni a toujours été une priorité pour le Québec.

Cet accord transitoire intitulé Accord de continuité commerciale entre le Canada et le Royaume-Uni permet de préserver l'accès privilégié du Québec au marché du Royaume-Uni et de dissiper l'incertitude entourant le maintien des relations commerciales avec ce partenaire d'importance.

Les termes de l'accord sont globalement positifs pour les entreprises québécoises, qui pourront continuer de bénéficier des tarifs douaniers prévus à l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne, accord qui stipule l'élimination de la quasi-totalité des droits de douane. Le Québec est satisfait, par ailleurs, de constater qu'aucun accès additionnel n'a été accordé par le Canada au Royaume-Uni pour les produits des secteurs sous gestion de l'offre, ce qui confirme que les quantités de fromage qui entreront au Canada n'augmenteront pas.

Les engagements mutuels en matière d'accès aux marchés publics du Canada et du Royaume-Uni seront maintenus dans le cadre de l'accord transitoire. Les fournisseurs québécois et canadiens conserveront donc l'accès aux contrats publics britanniques dont ils bénéficient en vertu de l'AECG.

Le Québec entend participer pleinement aux futures négociations entre le Canada et le Royaume-Uni en vue d'un accord commercial permanent, comme cela avait été le cas lors des négociations de l'AECG entre le Canada et l'Union européenne.

Citations :
« Le gouvernement du Québec est satisfait de la conclusion d'un accord transitoire entre le Canada et le Royaume-Uni. Le Québec a toujours souhaité contenir les perturbations commerciales que la sortie du Royaume-Uni de l'UE pourrait entraîner. Pour nos entreprises, il est primordial de limiter les contrecoups de la fin de la période transitoire entre le Royaume-Uni et l'UE. J'invite les entreprises québécoises à continuer d'investir au Royaume-Uni afin de profiter pleinement de leur accès préférentiel au marché britannique. Avec Investissement Québec International, nous sommes prêts à appuyer nos entreprises pour créer des occasions d'affaires au Royaume-Uni. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation

« La conclusion d'une entente transitoire entre le Canada et le Royaume-Uni est une bonne nouvelle pour le Québec, non seulement sur le plan commercial, mais également pour l'avenir de nos relations diplomatiques, scientifiques et culturelles avec le Royaume-Uni et ses nations constitutives. Nous souhaitons que cet accord puisse entrer en vigueur dès le 1er janvier 2021. Le Québec accorde une haute importance à ses relations avec le Royaume-Uni, et nous entendons continuer d'appuyer nos entreprises et nos institutions pour qu'elles renforcent et développent des partenariats mutuellement bénéfiques. »

Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, ministre de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration et ministre responsable de la région des Laurentides

« Nous nous réjouissons de la conclusion de cet accord bilatéral transitoire par lequel le Canada maintient ses accès au marché du Royaume-Uni pour y écouler nos produits, sans accorder à ce pays aucun accès supplémentaire au marché canadien pour le fromage ou d'autres produits sous gestion de l'offre. Le Québec a fait de nombreuses représentations auprès du gouvernement fédéral au sujet de cet enjeu important. Il s'agit d'une très bonne nouvelle pour les producteurs et transformateurs laitiers québécois, mais aussi d'une très bonne nouvelle pour l'ensemble de l'industrie bioalimentaire qui maintient un accès privilégié au marché britannique. Nous nous engageons à accompagner toutes les entreprises agroalimentaires  d'ici qui souhaitent accéder aux marchés extérieurs. »

André Lamontagne, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec

Faits saillants :

  • Le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier 2020. La période de transition prend fin le 31 décembre 2020.
  • Pendant la période de transition, le Royaume-Uni continue d'être assujetti aux règles et aux accords européens, y compris l'AECG qui lie le Canada et l'UE.
  • Des négociations en vue d'un accord bilatéral permanent doivent être entreprises dans la première année suivant l'entrée en vigueur de l'accord transitoire entre le Canada et le Royaume-Uni.
  • En 2019, le Royaume-Uni était le 6e partenaire commercial du Québec à l'international, avec des échanges commerciaux de marchandises s'établissant à 4,5 milliards de dollars.
  • La valeur des exportations de marchandises du Québec vers le Royaume-Uni s'est chiffrée à plus de 1,2 milliard de dollars en 2019, soit près de 12 % de ses exportations vers l'UE.
  • Pour la même année, le Québec a importé pour 3,3 milliards de dollars de marchandises du Royaume-Uni, soit 13 % de ses importations en provenance de l'UE.

Ministère de l'Économie et de l'Innovation sur les réseaux sociaux :

 

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/November2020/21/c6615.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 21 novembre 2020