QUÉBEC, le 9 févr. 2021 /CNW Telbec/ - Le ministre de la Famille du Québec, M. Mathieu Lacombe, a participé aujourd'hui à la Rencontre ad hoc des ministres fédéral-provinciaux-territoriaux responsables de l'apprentissage et de la garde des jeunes enfants. La rencontre, qui s'est déroulée virtuellement, avait pour objectif de permettre la discussion concernant les engagements fédéraux en la matière.

Le ministre a profité de l'occasion pour présenter les services de garde éducatifs à l'enfance au Québec et l'expérience acquise au cours des 25 dernières années. Il a également réitéré sa volonté de poursuivre le partage des meilleures pratiques québécoises dans le domaine.

Le gouvernement du Québec rappelle que l'éducation et la garde de jeunes enfants relèvent de la compétence exclusive des provinces et des territoires. Il entend ainsi préserver sa responsabilité pleine et entière en assumant seul la planification, l'organisation et la prestation des services de garde éducatifs sur son territoire et ne participera pas à la création d'un système pancanadien.

Dans un même ordre d'idées, le Québec n'a pas souscrit à la création d'un forum permanent des ministres fédéral-provincial-territoriaux responsables de l'apprentissage et de la garde des jeunes enfants, considérant que ces domaines relèvent de la compétence exclusive des provinces et des territoires. Si un tel forum devait être créé, le Québec y assisterait uniquement à titre d'observateur pour échanger de l'information et partager ses meilleures pratiques.

Citation :

« Le Québec fait figure de chef de file au Canada en matière de services de garde éducatifs à l'enfance. Nous sommes disposés à partager notre expérience de plus de vingt ans dans la création et le développement du réseau des services de garde. Ayant financé seuls la mise en place du réseau, nous nous attendons à recevoir notre juste part de l'ensemble des fonds fédéraux consacrés à l'apprentissage et à la garde de jeunes enfants. Le même raisonnement s'applique aux fonds fédéraux visant à attirer et à maintenir en poste des éducatrices à la petite enfance, par exemple par le biais de subventions et de bourses. Ces fonds constitueraient une contribution importante dans le contexte puisque la crise sanitaire a aggravé les enjeux de main-d'œuvre déjà existants dans notre secteur. »

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2021/09/c4911.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 9 février 2021