QUÉBEC, le 19 août 2020 /CNW Telbec/ - C'est avec la volonté ferme d'éclairer les décisions à venir du gouvernement en matière de soins et d'hébergement des aînés que la commissaire à la santé et au bien-être, Mme Joanne Castonguay, accueille le mandat particulier que le Gouvernement du Québec vient de lui confier.

En effet, plus tôt aujourd'hui, le Gouvernement confiait au Commissaire à la santé et au bien-être le mandat d'évaluer la performance du système de santé et de services sociaux quant à la dispensation des soins et des services d'hébergement aux aînés dans le contexte de la pandémie de COVID-19. De plus, la commissaire analysera les enjeux liés à la gouvernance et à la gestion du système qui ont fait obstacle à une gestion efficace des risques associés à la COVID-19.

« Cette pandémie nous a tous affectés profondément, indique la commissaire, Mme Joanne Castonguay. Elle a révélé des failles importantes de notre système, notamment dans sa capacité à réagir avec diligence en moment de crise. Nous devons apprendre de ces événements. En toute indépendance, nous tâcherons d'être à la hauteur des attentes de la population, qui cherche des réponses informées à ses questions concernant ce qui a causé la situation dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées. »

La commissaire portera un regard global sur l'ensemble du système, au-delà des murs des CHSLD ou des résidences pour personnes âgées. « Traditionnellement, nous nous demandions quoi faire pour améliorer les choses. Cette fois, nous allons surtout nous demander comment faire pour que les améliorations qui sont nécessaires puissent être implantées. Nous n'avons qu'une seule chose en tête : s'assurer que les Québécoises et les Québécois obtiennent les meilleurs résultats de santé possible en fonction des ressources disponibles », indique la commissaire.

Recommandations
La commissaire entend formuler ses recommandations d'ici le 1er septembre 2021, fin prévue pour ces travaux. « Concrètement, ces recommandations viseront à identifier les obstacles qui nous empêchent de prendre les bonnes décisions au bon moment pour assurer la pérennité de notre système et à soutenir l'implantation des modifications qui sont nécessaires pour y arriver », précise la commissaire.

Pour réaliser ce mandat, la commissaire constitue un comité de pilotage formé de deux experts et d'elle-même. Ces experts sont madame Anne Lemay, économiste en santé, et monsieur Jean-Louis Denis, professeur à l'Université de Montréal. Dans le cadre de ce mandat, la commissaire devra notamment s'appuyer sur les travaux déjà réalisés ou à venir d'autres organismes publics (notamment l'enquête du coroner et les travaux de la Protectrice du citoyen).

« Dans l'exercice de ces travaux importants, nous aurons besoin de la collaboration de tous les acteurs du système de santé et de services sociaux. Tous seront appelés à partager leurs données ou leurs constats en toute transparence afin que nous puissions ensemble améliorer la performance du système. J'entends aussi consulter la population afin d'aller chercher leurs réelles préoccupations pour éclairer les recommandations que je ferai », de conclure la commissaire.

Mission du Commissaire à la santé et au bien-être
La mission du Commissaire à la santé et au bien-être est d'apporter un éclairage pertinent au débat public et à la prise de décision gouvernementale, dans le but de contribuer à l'amélioration de l'état de santé et de bien-être des Québécoises et des Québécois. Pour ce faire, le Commissaire apprécie les résultats atteints par le système de santé et de services sociaux en s'intéressant aux différents facteurs qui influencent la santé et le bien-être, tout en intégrant les questions éthiques à son analyse. Il recommande au ministre des changements qui visent, entre autres, à accroître la performance du système.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/August2020/19/c3775.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 9 mars 2021