QUÉBEC, le 14 oct. 2021 /CNW Telbec/ - L'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) rend disponible aujourd'hui la plus récente mise à jour des deux rapports qu'il produit de manière hebdomadaire en soutien aux décideurs et aux gestionnaires du réseau de la santé et des services sociaux.

Pour la semaine du 2 au 8 octobre, voici ce qui ressort du rapport sur les risques d'hospitalisation :

Cas

  • Pour une troisième semaine consécutive, le nombre de nouveaux cas est en diminution (-6%) par rapport à la semaine précédente (3 752 versus 3 998) ;
  • Cette diminution est observée dans tous les groupes d'âge et est plus marquée chez les personnes de 70 ans et plus.

Hospitalisations

  • Parmi les nouveaux cas confirmés cette semaine, 152 présentent un risque élevé d'hospitalisation, dont 45 aux soins intensifs;
  • Les résidents de la zone 1 représentent 70% des hospitalisations ;
  • Les personnes de 70 ans et plus représentent 44% des hospitalisations.

Quant au rapport sur les besoins hospitaliers, il met en lumière les éléments suivants :

  • Les projections reposent sur les données colligées jusqu'au 9 octobre. Elles sont basées sur le taux de transmission de la dernière semaine. Elles prennent en compte la progression de la couverture vaccinale et le fait que le variant Delta représente désormais la quasi-totalité des cas ;
  • Pour le Québec dans son ensemble, les projections suggèrent que le nombre de nouvelles hospitalisations devrait diminuer.
    • Pour Montréal et ses régions proches (zone 1), une baisse des taux d'occupation des lits réguliers et aux soins intensifs est à prévoir au cours des 2-3 prochaines semaines ;
    • Pour la zone 2, bien qu'il soit présentement relativement bas, le taux d'occupation des lits réguliers devrait encore légèrement diminuer et le taux d'occupation des lits aux soins intensifs devrait se stabiliser au cours des 2-3 prochaines semaines.

L'INESSS tient à souligner certaines limites en lien avec ces projections :

  • L'impact sur les projections de la mise en place de nouvelles mesures gouvernementales, ou de leur retrait, ne devient généralement visible qu'au terme de 14 jours ;
  • Une analyse rétrospective des projections suggère que les modèles sont généralement robustes, mais que leur précision diminue avec le temps. L'hypothèse d'un taux de transmission constant semble moins plausible au-delà de la troisième semaine ;
  • Tout délai dans la déclaration des nouvelles admissions hospitalières affecte les projections ;
  • Certaines personnes sont hospitalisées pour une raison autre que la COVID et sont ensuite déclarées positives lors de leur admission ou durant leur séjour. Comme ces personnes utilisent un lit dédié, elles sont comptabilisées parmi les patients COVID ;
  • Au-delà de la disponibilité des lits, d'autres facteurs influencent également la capacité hospitalière, notamment la disponibilité du personnel et du matériel.

Les deux rapports sont disponibles sur le site Web de l'INESSS dans la section COVID-19/Risques d'hospitalisation et projections des besoins hospitaliers. Ils sont mis à jour chaque semaine afin d'éclairer les décisions à prendre.

Rappelons que l'INESSS a pour mission de promouvoir l'excellence clinique et l'utilisation efficace des ressources dans le secteur de la santé et des services sociaux. Au cœur de cette mission, l'Institut évalue notamment les avantages cliniques et les coûts des technologies, des médicaments et des interventions en santé et en services sociaux. Il émet des recommandations quant à leur adoption, leur utilisation ou leur couverture par le régime public, et élabore des guides de pratique clinique afin d'en assurer l'usage optimal. Toutes les publications de l'Institut se trouvent sur le site Web : www.inesss.qc.ca.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/October2021/14/c4200.html

Dernière mise à jour : 14 octobre 2021