QUÉBEC, le 23 févr. 2021 /CNW Telbec/ - Le gouvernement du Québec a procédé au lancement du Plan d'action concerté pour prévenir et contrer l'intimidation et la cyberintimidation 2020-2025 : S'engager collectivement pour une société sans intimidation.

Ce nouveau plan est le fruit d'un travail transpartisan réalisé par le ministre de la Famille, M. Mathieu Lacombe, Mme Stéphanie Lachance, députée de Bellechasse et adjointe parlementaire du ministre de la Famille, M. Enrico Ciccone, député de Marquette et porte-parole de l'opposition officielle en matière de lutte contre l'intimidation, Mme Christine Labrie, députée de Sherbrooke et porte-parole du deuxième groupe d'opposition pour la famille et par Mme Véronique Hivon, députée de Joliette et porte-parole du troisième groupe d'opposition pour la famille.

Le Plan d'action 2020-2025 mise sur le développement de comportements égalitaires et faisant preuve d'ouverture à la diversité. Il accorde notamment une place importante au phénomène de la cyberintimidation. Les conséquences de l'intimidation peuvent être sérieuses. Ainsi, il importe que des actions tangibles soient mises en place pour promouvoir et défendre des rapports sociaux civiques, inclusifs et égalitaires, tant dans le monde réel que dans le cyberespace.

Le plan d'action comporte 26 mesures, soit :

  • Deux mesures novatrices en matière de diffusion et d'acquisition des connaissances;
  • Vingt-trois mesures regroupées selon trois orientations :
    • lutter contre la cyberintimidation,
    • assurer un climat sain, sécuritaire et positif à l'ensemble des jeunes,
    • accroître les initiatives pour les personnes en contexte de vulnérabilité;
  • Une mesure est destinée aux milieux autochtones.

Citations :

« Je me réjouis de la collaboration entre notre gouvernement, mes collègues parlementaires et les partenaires des différents milieux. Par la mise en place de ce plan, nous poursuivons nos gestes concrets vers un Québec où les visages de l'intimidation ne sont pas acceptés et où les comportements bienveillants sont valorisés. Je suis fier que ce plan réponde aux préoccupations, enjeux et défis du terrain. Les conséquences de l'intimidation et de la cyberintimidation sont majeures : c'est pourquoi nous nous devons de travailler en prévention. En 2021, il est primordial que chacun d'entre nous puisse se sentir en sécurité et avoir la possibilité de s'épanouir dans des environnements sains et inclusifs. Ensemble, en unissant nos forces, nous pouvons tous collaborer à l'atteinte de ce modèle de société! »

Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

« Je suis très fière d'avoir collaboré, avec mes collègues de l'Assemblée nationale et les différents intervenants du milieu, à l'élaboration du Plan d'action 2020-2025. Grâce à ce plan, nous pourrons bâtir une société respectueuse de la dignité de tous. Il nous faut continuer à véhiculer des messages positifs tout en proposant des solutions concrètes afin d'enrayer les comportements liés à l'intimidation et à la cyberintimidation. »

Stéphanie Lachance, députée de Bellechasse et adjointe parlementaire du ministre de la Famille

« Je suis heureux d'avoir pu contribuer à l'élaboration du Plan d'action pour prévenir et contrer l'intimidation et la cyberintimidation. C'est le fruit d'un travail constructif qui, nous l'espérons, permettra de mieux prévenir les actes d'intimidation et de mieux soutenir les jeunes et moins jeunes qui en sont victimes. Dans le contexte pandémique, alors que les interactions sur les plateformes en ligne se multiplient, il est particulièrement important de rester vigilants face aux actes commis via le Web. Nous espérons que le Plan d'action sera efficace à ce niveau. »

Enrico Ciccone, député de Marquette et porte-parole de l'opposition officielle en matière de lutte contre l'intimidation 

« J'aspire à une société où chacun se sent en sécurité et respecté, et j'espère que ce plan d'action sera un bon outil pour y arriver. »

Christine Labrie, députée de Sherbrooke et porte-parole du deuxième groupe d'opposition pour la famille 

« Nous avons une responsabilité collective de léguer aux générations futures un Québec plus respectueux des différences de chacun, où tous pourront s'épanouir pleinement. Pour y arriver, nous devons poursuivre nos efforts communs afin d'enrayer le phénomène de l'intimidation. »

Véronique Hivon, députée de Joliette et porte-parole du troisième groupe d'opposition pour la famille 

Faits saillants :

  • Rappelons que ce plan d'action est le fruit du travail concerté de 17 ministères et organismes gouvernementaux qui sont membres du Comité de travail interministériel sur l'intimidation, et d'une vaste démarche de consultation menée partout au Québec à l'automne 2019 et à l'hiver 2020.
  • Un bilan provisoire sous forme de tableau de bord sera rédigé après trois années de mise en œuvre du Plan d'action.
  • La mise en œuvre du Plan d'action 2020-2025 représente un investissement total de 29,6 M$. Plus précisément, le gouvernement a accordé 20 M$ pour la mise en œuvre du Plan d'action sur cinq ans, auxquels viennent s'ajouter 9,6 M$ à même les budgets réguliers des ministères et organismes impliqués dans sa réalisation.

Liens connexes :

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2021/23/c3958.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 23 février 2021