Qui aurait cru que la vapeur rejetée par l’incinérateur de la Ville de Québec servirait d’énergie pour le nouvel hôpital de l’Enfant-Jésus? Voilà un exemple de valorisation des rejets thermiques qui permet de faire un pas de plus dans la transition énergétique du Québec.

Incinérateur de la Ville de Québec

Un projet d’économie circulaire

L’utilisation des rejets thermiques des uns pour répondre aux besoins de chaleur des autres est au cœur de l’économie circulaire et de la transition énergétique. Financé par les gouvernements du Canada et du Québec, le projet de la Ville de Québec en est un exemple. Il s’agit de valoriser un rejet (la chaleur), qui autrement serait perdue, afin de réduire les besoins en énergie (combustibles ou électricité). 

En brûlant dans l’incinérateur, les matières résiduelles produisent de la chaleur. Cette chaleur est captée par un réseau d’eau produisant ainsi de la vapeur. Cette vapeur sera transformée pour répondre à la presque totalité des besoins de l’hôpital en chauffage et en climatisation, de même qu’à une partie des besoins en électricité.

Remplacer le gaz naturel, une énergie fossile, par de la vapeur, une énergie renouvelable, permettra aussi : 

  • préserver la santé humaine en diminuant les impacts de la consommation d’énergie fossile sur l’environnement;  
  • d’offrir un milieu de vie de qualité pour les citoyens.

Tout le monde y gagne!

Moins de gaz à effet de serre

Ce projet est novateur, car le CHU de Québec réduira ses émissions annuelles de gaz à effet de serre de 10 000 tonnes équivalent CO2. Ça représente le retrait de plus de 2 900 véhicules légers des routes. De plus, le CHU de Québec économisera 2 M$ sur sa facture d'énergie. L’Hôpital de l’Enfant-Jésus deviendra ainsi le premier centre hospitalier universitaire de cette envergure à être pratiquement carboneutre au Québec.

Appel de propositions en cours

La valorisation des rejets énergétiques constitue plus que jamais une solution à exploiter au Québec. C’est une solution efficace pour soutenir les secteurs industriel, commercial, institutionnel, agricole et résidentiel dans leur transition énergétique. Un appel de propositions Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. est en cours pour les projets de valorisation des rejets thermiques. Il se terminera le 31 décembre 2025 ou jusqu’à l'épuisement des fonds disponibles, soit 275 M$.

Programmes d’aide disponibles

Les programmes Bioénergies  Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.et ÉcoPerformance  Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.offrent de l’aide financière aux entreprises, institutions et municipalités qui désirent diminuer leur consommation d’énergies fossiles et améliorer les procédés afin d’en réduire les émissions fugitives. Ces programmes s’adressent autant aux petits qu’aux grands consommateurs d’énergie.

Pour des informations supplémentaires

Dernière mise à jour : 12 juillet 2021