QUÉBEC, le 29 nov. 2019 /CNW Telbec/ - La Vision internationale du Québec dévoilée par la ministre Nadine Girault, confirme que le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) devient une succursale du ministère de l'Économie. Une situation dénoncée par la porte-parole libérale en matière de Relations internationales, Mme Paule Robitaille, depuis plusieurs mois.

Dans son discours, la ministre des Relations internationales a presque exclusivement parlé d'économie éludant la mission des 50 dernières années du MRIF qui est de développer des relations dans l'ensemble des secteurs d'activités que ce soit en culture, en éducation ou encore en santé.

Cette vision limitative des relations internationales dilue le pouvoir du ministère des Relations internationales au profit de celui de l'Économie. Il était d'ailleurs étonnant que le premier ministre François Legault et son ministre de l'Économie soient absents lors de cette annonce qui s'est déroulée à Montréal.

Mme Robitaille, porte-parole libérale en matière de Relations internationales, observe également un contraste flagrant entre le discours de la ministre Girault et celui de son collègue de l'Immigration Simon Jolin-Barrette. Celui-ci a dû reculer sur sa réforme du Programme de l'expérience québécoise, il y a quelques semaines, en raison de la pression populaire. La réforme de M. Jolin Barrette compromettait le rêve de milliers d'étudiants étrangers bien intégrés au Québec. Mme Girault nous annonce aujourd'hui qu'elle souhaite attirer plus d'étudiants. Le contraste entre le discours de ces 2 ministres démontre un manque évident de collaboration entre les différents représentants de ce gouvernement.

« Le titre de cette vision, Le Québec : fier en affaires partout dans le monde dit tout sur les intentions de ce gouvernement en matière de relations internationales. Ç'aurait très bien pu être le titre d'une stratégie économique. C'est une vision qui se limite à parler d'économie alors que depuis 50 ans le MRIF a signé plus de 700 accords dans différents secteurs. Nous sommes tous d'accord avec la prospérité du Québec, mais il y a déjà un ministère de l'Économie dont c'est la mission. La doctrine Paul Gérin-Lajoie qui a mené la politique internationale du Québec pendant un demi-siècle est mise en péril. »

Paule Robitaille, Députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole libérale en matière de Relations internationales.

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/November2019/29/c7297.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 29 novembre 2019