Québec, le 6 novembre 2018 – À la suite de la nouvelle du décès du premier ministre Bernard Landry, voici la déclaration prononcée par le premier ministre du Québec, M. François Legault :

« C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès du premier ministre, M. Bernard Landry. Le Québec perd un grand homme, un fidèle serviteur de la nation.

Je suis très content d’avoir parlé avec M. Landry la semaine dernière. J’ai pu lui demander conseil. C’était très sympathique. Et il m’a dit qu’il était prêt à m’aider. On s’est parlé de la fierté d’être Québécois. On s’était promis de se voir bientôt. Il se sentait bien.

J’ai eu le privilège de servir comme ministre de l’Éducation et comme ministre de la Santé dans le gouvernement de M. Landry. M. Landry était un homme de devoir. Je me rappelle que lorsqu’il m’a proposé de passer du ministère de l’Éducation à celui de la Santé, je n’étais pas très chaud! Il m’avait dit « François, c’est ton devoir ». Comme il le disait souvent, c’était la patrie avant le parti.

Peu de personnes connaissaient l’économie du Québec aussi bien que M. Landry. Il connaissait presque chaque entreprise de chaque région du Québec.

Évidemment, M. Landry était un amoureux de la nation québécoise. Je suis allé, à quelques reprises, à sa résidence de Verchères. Il était très fier de sa maison ancestrale aux abords du fleuve de sa nation.

Durant la dernière campagne électorale, j’ai pris l’engagement de m’inspirer de sa « paix des braves » pour conclure de nouvelles ententes avec les Premières Nations.

Son ami, Gilles Baril, m’a dit que ça lui avait fait plaisir.

M. Landry avait une stature d’homme d’État. Il faisait partie des grands, au même titre que les premiers ministres Lévesque et Parizeau.

Il laisse dans le deuil sa conjointe, Chantal Renaud, et ses enfants, Julie, Philippe et Pascale, ainsi que de nombreux proches et amis.

Au nom du gouvernement du Québec, je leur offre mes condoléances les plus sincères.

Je viens de parler à Chantal Renaud pour lui offrir des funérailles d’État. Elle a accepté. Donc j’ai l’honneur d’annoncer que des funérailles d’État seront organisées pour M. Bernard Landry. »