Québec, le 14 février 2019. ― Le premier ministre du Québec, M. François Legault, ainsi que le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, M. Jean-François Roberge, ont tenu un point de presse jeudi, afin de dévoiler les détails du projet de loi no 5 modifiant la Loi sur l’instruction publique et d’autres dispositions à l’égard des services de l’éducation préscolaire destinés aux élèves âgés de 4 ans. Ce projet de loi constitue un premier pas vers le déploiement, partout au Québec, de classes de maternelle non obligatoires pour les enfants de 4 ans.

Le projet de loi modifiant la Loi sur l’instruction publique et d’autres dispositions à l’égard des services de l’éducation préscolaire destinés aux élèves âgés de 4 ans permettra, à compter de 2020-2021 :

  • le déploiement progressif et à grande échelle des classes de maternelle 4 ans à temps plein;
  • l’accès graduel à ce service éducatif à tout enfant de 4 ans sans égard au milieu économique dans lequel il vit;
  • la possibilité pour les parents d’opter pour la maternelle 4 ans à temps plein ou pour un service de garde éducatif à l’enfance.

De plus, des travaux entourant la création d’un cycle d’apprentissage pour l’éducation préscolaire, composé de la maternelle 4 ans et de la maternelle 5 ans, sont amorcés pour assurer la continuité des services et renforcer l’accompagnement des enfants. Également, l’ajout de ressources spécialisées à l’école permettra aux enfants de la maternelle 4 ans de bénéficier de services adaptés à leur situation.

Citations :

« Notre objectif est de donner à tous nos enfants les moyens d’aller au bout de leur potentiel. C’est le meilleur investissement que nous puissions faire pour l’avenir du Québec. Pour ce faire, il faut ouvrir les portes du réseau scolaire encore plus tôt à tous les enfants du Québec pour leur offrir des services adaptés à leurs besoins. C’est ce que nous allons faire avec la maternelle 4 ans, qui, je le rappelle, ne sera pas obligatoire, mais sera éventuellement disponible pour tous les parents qui veulent que leur enfant de 4 ans apprenne dans un milieu scolaire. C’est un nouvel outil que nous nous donnons pour agir tôt, pour dépister plus rapidement les troubles d’apprentissage et pour aider nos enfants à réussir. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Ultimement, la maternelle 4 ans, pour tous, mais non obligatoire, va nous permettre d’augmenter le taux de diplomation et d’améliorer la réussite scolaire de nos enfants. Je pense que nous pouvons tous être fiers de cette grande ambition que nous nous donnons. Bien sûr, ce changement ne se fera pas du jour au lendemain. En ce moment, la maternelle 4 ans est uniquement offerte dans certains milieux défavorisés. Pourtant, les difficultés d’apprentissage n’ont pas de code postal et tous les enfants du Québec devraient pouvoir profiter de ce service. Tous nos enfants devraient avoir accès plus tôt au réseau scolaire et ainsi pouvoir être suivis plus jeunes s’ils ont des difficultés d’apprentissage. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Faits saillants :

  • La proposition de l’accès universel à la maternelle 4 ans a pour but d’élargir l’éventail de services éducatifs.
  • L’objectif est de faire en sorte que d’ici cinq ans, tous les parents qui le souhaitent puissent inscrire leur enfant à la maternelle 4 ans.
Le premier ministre, François Legault, ainsi que le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, étaient de passage, ce jeudi, à l’école Sans-Frontière. Ils y ont notamment tenu un point de presse qui dévoilait les détails du projet de loi no 5 modifiant la Loi sur l’instruction publique et d’autres dispositions à l’égard des services de l’éducation préscolaire destinés aux enfants de 4 ans.