Recommandations concernant la consommation de poisson

Nombre minimal de portions recommandées par semaine par le Guide alimentaire canadien

Le Guide alimentaire canadien recommande de consommer au moins 2 portions de poisson chaque semaine. Une portion de poisson équivaut à :

  • 75 grammes de poisson cuit, soit :
    • 125 ml ou ½ tasse,
    • environ la moitié d’une boîte de conserve de 170 g (format le plus courant offert dans les épiceries).
  • 90 grammes de poisson cru.

Privilégiez les poissons gras, qui contiennent beaucoup d’acides gras oméga-3 et de vitamine D. Par exemple :

  • le saumon;
  • la truite;
  • la sardine;
  • le maquereau;
  • le hareng.

Pour vous assurer d’obtenir la meilleure valeur nutritive du poisson, choisissez des méthodes de cuisson qui nécessitent peu de matières grasses. Par exemple, faites-le pocher ou griller ou cuisez-le au four.

La consommation de 2 portions de poisson gras par semaine fournit l’équivalent de 300 à 500 mg d’acides gras oméga-3 chaque jour. Cette quantité est celle recommandée par l’Organisation mondiale de la Santé.

Contenu en acides gras oméga-3 de certains poissons et fruits de mer

Espèce

Quantité d’acides gras oméga-3
(en milligrammes par portion)

Source : Données extraites du Fichier canadien sur les éléments nutritifs (Santé Canada) Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Maquereau bleu

2 385

Saumon atlantique, d’élevage

2 241

Saumon atlantique, sauvage

1 800

Hareng de l’Atlantique cru, fumé

1 539

Morue charbonnière

1 467

Sardine, en conserve

1 095

Saumon sockeye, en conserve

1 063

Flétan du Groenland (turbot)

927

Truite arc-en-ciel, d’élevage

873

Truite arc-en-ciel, sauvage

711

Éperlan (éperlan arc-en-ciel)

657

Corégone

520

Moule (moule bleue), crue

423

Huître (huître Malpèque), crue

398

Sébaste

353

Doré jaune

306

Grand brochet

275

Crevette du Saint-Laurent, cuite

255

Perchaude

243

Plie (sole)

214

Thon pâle, en conserve dans l’eau

202

Tilapia

186

Aiglefin

164

Homard d’Amérique, cuit

62

Recommandations qui tiennent compte de la présence de méthylmercure dans certains poissons

Poissons et fruits de mer à consommer sans restriction

Les poissons et fruits de mer suivants contiennent très peu de mercure. Vous pouvez ainsi les consommer sans restriction.

Espèces de poissons et fruits de mer à consommer sans restriction

  • Poissons de pêche sportive
    • Alose savoureuse
    • Éperlan (éperlan arc-en-ciel)
    • Grand corégone
    • Omble de fontaine  (truite mouchetée)
    • Autres truites (sauf le touladi)
    • Poulamon atlantique
    • Saumon atlantique
  • Poissons pêchés dans la mer
    • Aiglefin
    • Anchois
    • Capelan
    • Goberge
    • Hareng
    • Maquereau
    • Merlu
    • Plie (sole)
    • Sardine
    • Saumon
    • Sébaste
    • Thon (conserve)
  • Mollusques
    • Huître
    • Moule
    • Palourde
    • Pétoncle
  • Crustacés
    • Crabe
    • Crevette
    • Homard
  • Poissons d’élevage
    • Saumon
    • Tilapia
    • Truite
    • Autres poissons d’élevage

Poissons à consommer avec restrictions

Certains poissons font l’objet de restrictions de consommation, en fonction de leur teneur en mercure. Vous pouvez consommer ces poissons, mais en quantités limitées. Assurez-vous de respecter les règles de consommation indiquées dans le tableau suivant. Ces règles s’appliquent aux personnes qui consomment du poisson de façon fréquente et régulière. Elles sont valables dans la plupart des cas, sauf avis contraire des responsables de la santé publique ou de l’environnement.

Espèces de poissons à consommer avec restrictions et limites de consommation

Espèces

Teneur en mercure

Limites de consommation

(1 portion = 90 g avant cuisson)

Poissons de pêche sportive :

  • Barbotte
  • Crapet
  • Esturgeon
  • Lotte
  • Meunier
  • Perchaude

Faible

230 g par semaine

(2,5 portions)

Poissons marins de grande taille :

  • Espadon
  • Requin
  • Thon frais ou congelé (incluant thon rouge)

Moyenne

180 g par semaine

(2 portions)

Poissons de pêche sportive :

  • Achigan
  • Brochet
  • Doré
  • Maskinongé
  • Touladi (truite grise)

Élevée

115 g par semaine

(environ 1 portion)

Consommation de poissons de pêche sportive

Si vous consommez régulièrement des poissons de pêche sportive, vous pouvez consulter le Guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Ce guide très détaillé contient des règles de consommation qui tiennent compte des différents sites de pêche, de la taille et de l’espèce des poissons.

Femmes enceintes ou qui prévoient le devenir, femmes qui allaitent et jeunes enfants

Les recommandations suivantes s’appliquent aux femmes enceintes ou qui planifient une grossesse, à celles qui allaitent et aux jeunes enfants :

  • Éviter la consommation fréquente des espèces de poissons sauvages les plus sujettes à la contamination. Choisir de préférence des poissons et fruits de mer à consommer sans restriction.
  • Éviter de consommer des poissons ou des fruits de mer crus ou partiellement cuits. La cuisson complète permet d’éviter les maladies causées par certains microbes ou parasites qui peuvent contaminer ces aliments.
  • Limiter la consommation de thon blanc (germon) en conserve (ne pas confondre avec le thon pâle en conserve, pour lequel il n’y a pas de restriction) à un maximum de :
    • 300 g par semaine pour les femmes enceintes, qui planifient une grossesse ou qui allaitent;
    • 150 g par semaine pour les enfants de 5 à 11 ans;
    • 75 g par semaine pour les enfants de 1 à 4 ans.
  • Limiter la consommation de thon frais ou congelé (incluant le thon rouge), de requin, d’espadon, d'hoplostète orange et de marlin à :
    • 150 g par mois pour les femmes enceintes, qui planifient une grossesse ou qui allaitent;
    • 125 g par mois pour les enfants de 5 à 11 ans;
    • 75 g par mois pour les enfants de 1 à 4 ans.