Si vous présentez de la fièvre ou tout autre symptôme de la COVID-19 ou si vous avez reçu une consigne d’isolement de la santé publique en raison de la COVID-19, vous devrez reporter la vaccination.

Description

Les vaccins à base d’ARN messager contre la COVID-19 suivants sont actuellement disponibles au Québec :

  • le vaccin Comirnaty de Pfizer (formule adulte et pédiatrique), autorisé chez les personnes âgées de 5 ans et plus;
  • le vaccin Spikevax de Moderna, autorisé chez les personnes âgées de 12 ans et plus.

Bien que le vaccin de Moderna soit autorisé au Canada pour les personnes âgées de 12 ans et plus, le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) recommande d’utiliser préférentiellement le vaccin de Pfizer chez les personnes âgées de 12 à 29 ans, en raison du risque de péricardite et de myocardite qui pourrait être plus faible avec ce vaccin.

Où vous faire vacciner
Consultez la page Campagne de vaccination contre la COVID-19 pour connaître la procédure pour se faire vacciner.

Fonctionnement et composition

La vaccination prépare votre corps à se défendre contre les microbes qu’il pourrait rencontrer.

Le virus qui cause la COVID‑19 est composé d’un brin de matériel génétique, l’ARN (acide ribonucléique), entouré d'une enveloppe. À la surface du virus, on trouve des protéines, dont la protéine S (spicule) qui lui donne sa forme en couronne, d’où son nom coronavirus. La protéine S permet au virus d’infecter les cellules du corps humain.

Les vaccins à ARN messager contre la COVID-19 bloquent la protéine S, empêchant ainsi le virus d’entrer dans les cellules humaines et de les infecter.

Le vaccin Comirnaty de Pfizer contient :

  • de l’ARN messager ;
  • des lipides (ALC-0315 = bis(2-hexyldécanoate) de ((4-hydroxybutyl)azanediyl)bis(hexane-6,1-diyle), ALC-0159 = 2-[(polyéthylèneglycol)-2000]-N,N-ditétradécylacétamide, 1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine et cholestérol);
  • des sels (du chlorure de potassium, du phosphate dibasique de sodium dihydraté, du chlorure de sodium, du phosphate monobasique de potassium), dans la formulation adulte seulement;
  • des solvants (du trométamol et du chlorhydrate de trométamol) dans la formulation pédiatrique seulement;
  • du sucre (du saccharose).

Le vaccin Spikevax de Moderna contient :

  • de l’ARN messager ;
  • des lipides  (1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine, SM-102, polyéthylèneglycol-2000 DMG (1,2-dimyristoyl-rac-glycérol, méthoxy-polyéthylèneglycol) et cholestérol);
  • des solvants (du trométamol, du chlorhydrate de trométamol, de l’acide acétique, de l’acétate de sodium trihydraté);
  • du sucre (du sucrose).

Nombre de doses

Deux doses du vaccin à ARN messager contre la COVID-19 sont nécessaires. Ces deux doses sont administrées par voie intramusculaire.

Pour les personnes ayant un système immunitaire affaibli ou dialysées, trois doses sont nécessaires. Pour en savoir plus, consultez la section Dose additionnelle pour les personnes dialysées ou ayant un système immunitaire affaibli.

Pour les personnes en bonne santé qui ont eu la COVID-19 au moins 21 jours avant la première dose de vaccin, une seule dose est nécessaire. Consultez Vaccination des personnes qui ont eu la COVID-19 dans la page Vaccination contre la COVID-19 pour en savoir plus.

Une dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 pourrait être recommandée à certaines personnes. Consultez la section Dose de rappel du vaccin contre la COVID-19.

Interchangeabilité des vaccins

30 ans et plus

Les vaccins de Pfizer et de Moderna ont un fonctionnement et une composition semblables. Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) considère ces deux vaccins interchangeables pour les personnes âgées de 30 ans et plus. Une personne qui reçoit une deuxième dose d’un vaccin différent devrait être aussi bien protégée que celui qui reçoit deux doses du même vaccin.

À partir des données disponibles sur l’interchangeabilité des vaccins, il est recommandé d’utiliser le même vaccin pour la seconde dose s’il est facilement disponible à la clinique de vaccination. Toutefois, le CIQ mentionne que lors de l’administration de la deuxième dose, si le vaccin à ARN messager utilisé lors de la première dose n’est pas facilement disponible, une personne peut recevoir un vaccin à ARN messager différent.

Les vaccins à ARN messager sont considérés comme interchangeables et les deux doses reçues sont considérées comme valides.

12 à 29 ans

Chez les personnes âgées de 12 à 29 ans, le CIQ recommande d’utiliser de préférence le vaccin de Pfizer.

5 à 11 ans

Pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, seul le vaccin de Pfizer est actuellement autorisé.

Efficacité du vaccin

L’efficacité de ce vaccin est estimée à plus de 90 % après deux doses. Chez les jeunes âgés de 12 à 17 ans, cette efficacité à prévenir la maladie est de 100 % après deux doses. Pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, l’efficacité est de 91 % avec le vaccin pédiatrique de Pfizer même si le vaccin est trois fois moins concentré en ARN messager que la formulation adulte.

La deuxième dose est nécessaire pour réduire davantage la transmission, augmenter la protection, entre autres, contre certains variants et pour augmenter la durée de la protection.

L’efficacité après deux doses du vaccin à ARN messager pour prévenir la maladie causée par le variant Omicron est d’environ 35 %, alors qu’elle est de 70 % pour prévenir les hospitalisations.

Sécurité du vaccin

Consultez la section Sécurité des vaccins dans la page Vaccination contre la COVID-19.

Symptômes après la vaccination

Des symptômes peuvent être causés par la vaccination, par exemple une rougeur à l’endroit où l’injection a été faite. D’autres problèmes peuvent arriver par hasard et n’ont aucun lien avec la vaccination, par exemple un rhume ou une gastro.

La majorité des réactions sont bénignes et de courte durée. Les réactions locales peuvent survenir jusqu’à 8 jours après la vaccination. Les réactions sont moins fréquentes chez les enfants de moins de 12 ans et chez les personnes âgées de plus de 55 ans. Elles se produisent plus souvent au moment de la 2e dose.

Les vaccins ne peuvent pas causer la COVID‑19, car ils ne contiennent pas le virus SRAS‑CoV‑2, responsable de la maladie. Par contre, une personne qui a été en contact avec le virus durant les jours précédant ou suivant la vaccination pourrait quand même développer la COVID‑19. Il est important de continuer d’appliquer les consignes sanitaires jusqu’à ce qu’une majorité de la population ait été vaccinée.

Jeunes âgés de 5 à 11 ans

Nature et fréquence des réactions connues causées par le vaccin pédiatrique de Pfizer chez les jeunes âgés de 5 à 11 ans

Fréquence

Réactions connues causées par ce vaccin

Dans la majorité des cas
(plus de 50 % des enfants)

  • Douleur à l’endroit où l’injection a été faite

Très souvent
(moins de 50 % des enfants)

  • Rougeur ou gonflement à l’endroit où l’injection a été faite
  • Mal de tête
  • Fatigue
  • Douleurs musculaires
Souvent
(moins de 10 % des enfants)
  • Fièvre ou frissons
  • Diarrhée, vomissements
  • Douleurs aux articulations
Rarement
(moins de 1 % des enfants)
  • Enflure des ganglions sous les aisselles

La plupart des réactions durent de 1 à 2 jours. Elles se produisent plus souvent au moment de la 2e dose. L’utilisation d’un intervalle de 8 semaines ou plus entre les doses réduit la fréquence des réactions après la vaccination.

De rares cas de myocardite (inflammation du muscle du cœur) ou de péricardite (inflammation de l’enveloppe du cœur) ont été observés chez les enfants plus âgés et chez les adultes. Les cas étaient plus fréquents au moment de la 2e dose. Dans les études cliniques, aucun cas n’a été observé chez les enfants de 5 à 11 ans, mais un risque très faible de myocardite ou de péricardite ne peut pas être exclu.

Personnes âgées de 12 ans et plus

Chez une minorité de personnes, des réactions causées par le vaccin qui empêchent la poursuite des activités quotidiennes pendant un ou deux jours peuvent survenir, notamment de la fatigue, un mal de tête et des douleurs musculaires ou aux articulations. Ces réactions sont moins fréquentes chez les personnes âgées. Elles arrivent un peu plus souvent après la 2e dose. L’utilisation d’un intervalle plus long entre les doses réduit la fréquence des réactions après la vaccination.

Nature et fréquence des réactions connues causées par les vaccins à ARN messager contre la COVID-19 chez les personnes âgées de 12 ans et plus

Fréquence

Réactions connues causées par ces vaccins

Dans la majorité des cas
(plus de 50 % des gens)

  • Douleur à l’endroit où l’injection a été faite

Très souvent
(moins de 50 % des gens)

  • Mal de tête, fatigue*
  • Fièvre ou frissons
  • Douleurs aux jointures
  • Douleurs musculaires
  • Diarrhée, vomissements
  • Enflure des ganglions sous les aisselles
Souvent
(moins de 10 % des gens)
  • Rougeur ou gonflement à l’endroit où l’injection a été faite**. Cette réaction pourrait apparaître plus d’une semaine après la vaccination
Rarement
(moins de 1 personne sur 1 000)
  • Enflure du visage
Très rarement
(moins de 1 personne sur 10 000)
  • Myocardite ou péricardite dans les jours suivant la vaccination**

* La majorité des jeunes âgés de 12 à 15 ans ressentent de la fatigue ou un mal de tête.

** Chez les jeunes âgés de 12 à 29 ans, ce risque pourrait être plus faible avec le vaccin de Pfizer.

La fatigue, le mal de tête, les douleurs musculaires et les douleurs aux articulations sont plus fréquents après la 2e dose.

La myocardite ou la péricardite survient plus fréquemment chez les hommes âgés de moins de 30 ans dans les jours suivants la 2e dose de vaccin à ARN messager contre la COVID-19. Les cas présentent le plus souvent des symptômes légers et récupèrent rapidement.

Environ 2 personnes sur 100 000 recevant un vaccin à base d’ARN peuvent faire une réaction allergique grave après avoir reçu le vaccin. La fréquence de cette réaction est plus élevée que ce qui est attendu habituellement après un vaccin, mais elle demeure très rare.

Quoi faire après la vaccination

Conseils à suivre dans les minutes suivant la vaccination

Attendez 15 minutes avant de quitter l’endroit où vous avez reçu le vaccin. Si une réaction allergique survient, les symptômes apparaîtront quelques minutes après la vaccination.

Si vous ressentez des effets secondaires, informez-en immédiatement la personne qui vous a donné le vaccin. Elle pourra vous traiter sur place.

Conseils à suivre à la maison

Si vous avez une rougeur, une douleur ou un gonflement à l’endroit où l’injection a été faite, appliquez-y une compresse humide froide.

Au besoin, utilisez un médicament contre la fièvre ou les malaises.

Quand consulter

Consultez un médecin si vous êtes dans l’une des situations suivantes :

  • Vous ressentez des symptômes graves ou inhabituels.
  • Vous présentez une douleur à la poitrine, des palpitations ou un essoufflement inhabituel.
  • Vos symptômes s’aggravent au lieu de s’améliorer.
  • Vos symptômes durent depuis plus de 48 heures.

Si vous avez des symptômes de la COVID-19, mais que vous ne faites pas partie des personnes prioritaires, il est recommandé de faire un test rapide à la maison. S'il vous est impossible d'obtenir ces tests, isolez-vous en respectant les Consignes à suivre pour la personne atteinte de la COVID-19.

Consignes sanitaires

Le début de la vaccination ne signifie pas la fin des mesures sanitaires. Plusieurs mois seront nécessaires pour protéger une part suffisamment importante de la population. Il est indispensable de continuer de suivre les consignes sanitaires jusqu’à nouvel ordre.

Pourquoi continuer de se protéger après avoir été vacciné contre la COVID-19?