Description

Depuis plusieurs années au Québec, une personne peut décider, de son vivant, de donner l'un de ses reins à une personne atteinte d’insuffisance rénale. Le Programme québécois de don vivant de rein, créé en août 2018, vise entre autres à sensibiliser la population à cette possibilité et à mieux soutenir les donneurs potentiels dans leur démarche.

L’insuffisance rénale est une incapacité des reins à filtrer le sang et à le débarrasser de ses déchets. Elle est souvent traitée par dialyse, un traitement de suppléance qui consiste à faire passer le sang à travers une membrane pour en éliminer les déchets accumulés. La transplantation d’un rein est une autre méthode de traitement de suppléance pour l’insuffisance rénale.

La transplantation rénale se fait à partir d’un donneur vivant ou décédé. La transplantation avec donneur vivant est toutefois privilégiée puisqu’elle permet :

  • d'obtenir de meilleurs résultats à long terme quant à l’efficacité de filtration du sang et à la durée de fonctionnement du rein transplanté;
  • de réduire considérablement le temps d’attente pour une transplantation;
  • de diminuer la période de temps des traitements de dialyse, voire de les éviter, avant la transplantation rénale.

Le donneur vivant peut être, par exemple, le père, la sœur ou le cousin du receveur ou, encore, être un proche du receveur sans avoir de lien de parenté direct avec lui.

Les résultats d’un don vivant seront tout aussi excellents si le donneur compatible est un conjoint, un ami ou un collègue de travail que s’il est un membre de la famille. Les résultats seront également supérieurs à une transplantation faite à partir d’un donneur décédé.

Le donneur peut aussi ne pas connaître de receveur et décider de donner un rein. Le rein est alors transplanté à une personne en attente d’une greffe, qui est inconnue du donneur.