Les visites dans les centres hospitaliers sont permises depuis le 26 juin, sous certaines conditions. Chaque centre hospitalier du réseau de la santé et des services sociaux peut modifier ces directives de façon exceptionnelle advenant une éclosion ou lors d’un fort achalandage du milieu. Les centre hospitaliers doivent continuer de faciliter les communications virtuelles du patient avec ses proches.

Parmi les conditions générales, mentionnons que les personnes suivantes ne pourront visiter un proche :

  • une personne ayant reçu un diagnostic de COVID-19 dans les 28 derniers jours;
  • une personne dont la guérison n’a pas été confirmée;
  • une personne ayant des symptômes compatibles avec la COVID-19;
  • une personne suspectée d’être infectée ou en attente d’un résultat (en isolement);
  • une personne qui est sous consigne d’isolement.

Les heures de visites des centre hospitaliers doivent être respectées. Une seule personne pour une même plage horaire est autorisée, pour un maximum de quatre personnes par période de 24 heures. Toutefois, ces directives peuvent être modulées pour des raisons humanitaires, par exemple si un patient est en fin de vie ou s’il s’agit d’une urgence.

Conditions particulières à certains secteurs

Salles d’urgence

Un seul accompagnateur par patient est autorisé, à moins que la présence d’autres personnes soit requise pour des raisons médicales ou pour l’annonce d’une mauvaise nouvelle. Les visiteurs pourraient être interdits temporairement en cas de fort achalandage.

Secteur de la cancérologie

La présence des accompagnateurs est limitée aux cas qui le requièrent par exemple pour des patients qui ont besoin d’un soutien particulier, comme des personnes ayant un trouble cognitif ou des enfants hospitalisés.

Dans le cas de greffe de moelle osseuse et de thérapie cellulaire, personne n’est admis, sauf si nécessaire et à condition de se soumettre à une procédure de triage ou de test applicable à l’unité.

L’accès au centre de cancérologie est limité aux patients sous traitement et au personnel, médecins et autres professionnels travaillant au centre de cancérologie

En oncologie pédiatrique, de façon générale, il est recommandé qu’une personne soit présente au chevet de l’enfant hospitalisé et qu’un seul accompagnateur soit auprès de l’enfant lors des visites au centre de jour d’hémato-oncologie.

Soins obstétricaux

Toutes les mesures raisonnables doivent être mises en place pour favoriser la présence d’une personne accompagnatrice lors de l’accouchement, si elle ne présente pas de symptômes à la COVID-19. Cependant, pour les femmes enceintes atteintes de la COVID-19, il pourrait être envisagé que le second parent ou l’accompagnateur atteint de la COVID-19 soit présent, s’il se déplace uniquement en même temps que la femme enceinte dans l’hôpital (pour l’arrivée entre autres), et en portant un masque. La femme est invitée à contacter son centre accoucheur afin de connaître le fonctionnement de l’établissement.

Soins néonataux

Toutes les mesures raisonnables doivent être mises en place afin de favoriser la présence des parents, s’ils ne présentent pas de symptômes à la COVID-19. Les parents atteints de la COVID-19 ne peuvent être présents, sauf lors de circonstances exceptionnelles.

Soins pédiatriques

Toutes les mesures raisonnables doivent être mises en place afin de favoriser la présence des parents, s’ils ne présentent pas de symptômes à la COVID-19. Cependant, pour les enfants atteints de la COVID-19, il pourrait être envisagé que les parents atteints de la COVID-19 soient présents, s’ils se déplacent uniquement en même temps que l’enfant dans l’hôpital (pour l’arrivée entre autres), et en portant un masque.