Le gouvernement du Québec procède de façon graduelle à la réouverture des régions. À l’heure actuelle, l’accès est permis dans l’ensemble des régions du Québec à l’exception des territoires suivants :

  • Terres-Cries-de-la-Baie-James;
  • Nunavik.

Malgré la réouverture de la majorité des régions, il est demandé à toute personne de limiter autant que possible les déplacements d'une région à l'autre ou d’une ville à l’autre.

Les personnes qui souhaitent partir en vacances dans une autre région peuvent le faire, mais sont invitées à respecter les consignes pour des vacances au Québec en toute sécurité.

Les personnes qui souhaitent voyager dans une autre province canadienne doivent consulter le site Web d'information sur la COVID-19 de la province de destination Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. car les autres provinces peuvent avoir des règles particulières. Il n'y a pas de mesure d'isolement prévue pour les personnes qui arrivent des autres provinces canadiennes.

Réouverture des territoires du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James

Un plan de réouverture sera présenté plus tard pour les territoires du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James.

Entretemps, des contrôles sont réalisés dans l'objectif de limiter les entrées et sorties dans ces territoires. Les seuls déplacements autorisés vers ces régions sont ceux jugés essentiels, soit pour des fins humanitaires, pour travailler ou exercer une profession dans un milieu de travail dont les activités n’ont pas été suspendues ou pour obtenir des soins ou services de santé nécessaires.

Les policiers peuvent être présents aux entrées et sorties de ces régions et territoires. Afin de valider la pertinence des déplacements d’une personne, les policiers peuvent lui demander de fournir certaines pièces justificatives, notamment une preuve de résidence, un permis de conduire ou un document fourni par un employeur. Bien sûr, les policiers peuvent toujours utiliser leur pouvoir discrétionnaire pour prendre une décision.

Région du Nunavik

En raison du degré élevé de vulnérabilité des communautés du Nunavik, des mesures sont en place pour réduire le risque d’introduction du virus dans la région. Tous les voyageurs entrant au Nunavik doivent se soumettre à une quarantaine de 14 jours avant ou après leur arrivée. Ils doivent également se soumettre à un questionnaire avant l’embarquement à l’aéroport. De plus, un dépistage de la COVID-19 à l’intention de tous les voyageurs est en implantation graduelle. Le test de dépistage est fait à l’aéroport, avant l’embarquement, ainsi que 7 jours après l’arrivée dans la région.

Région des Terres cries de la Baie James

Eeyou Istchee (région 18) est actuellement une région indemne de COVID-19. Une intervention forte est nécessaire pour maintenir la protection de la population de la région, compte tenu de ce succès à ce jour, du degré élevé de vulnérabilité de la région et de sa population, et de la capacité de ses services de santé.

Toutes les personnes entrant dans une des 9 communautés d’Eeyou Istchee doivent rester en isolement pendant au moins 14 jours à leur arrivée avant de pouvoir circuler dans la communauté. Il leur est également fortement recommandé de subir un test de dépistage de la COVID-19 dans leur région d'origine dans les 72 heures précédant leur départ et d'obtenir un résultat négatif avant de voyager.

Transport aérien régional pour les travailleurs québécois

Dans le cas où une entreprise doit recourir au transport aérien régional à l’intérieur du territoire québécois pour ses travailleurs (fly-in/fly-out), l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) recommande d’appliquer les mesures d'atténuation suivantes afin de limiter les risques de propagation de la COVID‑19 :

  • Réduire le nombre de travailleurs par avion.
  • Effectuer un triage des travailleurs symptomatiques ou ayant eu des contacts avec un cas avant l’embarquement.
  • Exclure les travailleurs présentant des facteurs de comorbidité.
  • Appliquer des mesures strictes de distanciation.
  • Limiter le nombre de personnes dans les aires communes.
  • Hausser la fréquence des désinfections.
  • Prévoir des mesures d’isolement pour des travailleurs qui débuteraient des symptômes dans le milieu de travail.
  • Instaurer la surveillance des symptômes.
  • Mettre en place des services de santé adaptés et suffisants.
  • Prévoir des transports d’urgence au besoin.

Nouvelle procédure pour les déplacements vers les Îles-de-la-Madeleine

Les voyageurs qui doivent emprunter la route et le traversier afin de se rendre aux les Îles-de-la-Madeleine ou en revenir doivent dorénavant remplir un formulaire pour avoir le droit de traverser le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard.

Ils doivent imprimer ce formulaire et l’avoir en main lors de leur déplacement de même que leur réservation à bord du traversier CTMA ainsi que tous les documents confirmant le motif valable de leur voyage (preuve de résidence principale, de résidence secondaire [compte de taxes], papier médical, document fourni par un employeur, preuve de réservation d’un hébergement touristique ou familial, etc.).

Si le voyageur remplit le formulaire en français, il lui est recommandé d’imprimer aussi la version anglaise du formulaire sans le remplir pour faciliter les vérifications par les autorités du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard.

Cette autodéclaration ne garantit pas le droit de traverser le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard. Ce sont les autorités de ces provinces qui prennent la décision lorsque les voyageurs se présentent aux points de contrôle.

Remplir le formulaire d’autodéclaration pour se rendre aux Îles-de-la-Madeleine ou en revenir (PDF 66 Ko)