Afin de freiner la propagation de la COVID-19, les activités économiques suivantes doivent cesser dans les régions et territoires qui se retrouvent en alerte maximale (zone rouge) :

  • les restaurants et les aires de restauration des centres commerciaux et des commerces d’alimentation, sauf pour les livraisons, les commandes à emporter ou les commandes à l’auto;
  • les bars et les discothèques;
  • les microbrasseries et les distilleries, uniquement pour leurs services de consommation sur place de nourriture ou de boisson;
  • les casinos et les maisons de jeux;
  • les institutions muséales, les biodômes, les planétariums, les insectariums, les jardins botaniques, les aquariums et les jardins zoologiques;
  • les arcades, les centres et les parcs d’attraction ainsi que les parcs aquatiques;
  • les saunas et les spas, à l’exception des soins personnels qui y sont dispensés;
  • les bibliothèques autres que celles tenues par les établissements d’enseignement, à l’exception des comptoirs de prêts;
  • les cinémas et les salles où sont présentés des arts de la scène, y compris les lieux de diffusion;
  • les auberges de jeunesse;
  • les salles d'entraînement physique.

Les entreprises offrant des activités de loisirs ou de sports organisées dans un lieu public doivent suspendre ces activités, à moins :

  • qu’elles soient pratiquées, sans encadrement, seule ou avec une autre personne et que, dans ce dernier cas, une distance minimale de deux mètres entre les personnes soit maintenue en tout temps;
  • qu’elles soient pratiquées par les occupants d’une même résidence privée ou de ce qui en tient lieu;
  • qu’elles fassent partie de l’offre des programmes d’éducation physique et à la santé, de sport-études, d’art-études et de concentration sportive et autres projets pédagogiques particuliers de même nature dispensés dans le cadre des services éducatifs de la formation générale des jeunes par un centre de services scolaires, une commission scolaire ou un établissement d’enseignement privé, pourvu qu’une distance minimale de deux mètres soit maintenue entre les élèves de groupes différents;
  • qu’elles fassent partie de l’offre de formation en matière de loisirs et de sports dans les programmes d’enseignement de niveau collégial ou universitaire.

Aucune personne ne peut se trouver dans une salle louée ou une salle communautaire, sauf dans les cas suivants :

  • une activité organisée dans le cadre de la mission d’un organisme communautaire dont les activités sont liées au secteur de la santé ou des services sociaux;
  • une activité organisée nécessaire à la poursuite des activités, autres que de nature événementielle ou sociale, s’inscrivant dans le cadre de l’exploitation d’une entreprise ou de celles d’un établissement d’enseignement, d’un tribunal, d’un arbitre, d’une association de salariés, de professionnels, de cadres, de hors‑cadres ou d’employeurs, d’un poste consulaire, d’une mission diplomatique, d’un ministère ou d’un organisme public.

Pour connaître les différents paliers d’alerte en vigueur, veuillez consulter la Carte des paliers d’alerte de COVID-19 par région.

Retour progressif des entreprises du secteur privé dans les édifices à bureau

Les employeurs privés dont le personnel travaillait à domicile peuvent autoriser un retour de leurs effectifs de façon à atteindre un taux d’occupation maximal de 25 % par entreprise. À noter que ce taux est un maximum et non un objectif à atteindre.

Il est suggéré de privilégier le retour au travail des employés qui doivent offrir un service direct à la clientèle ou qui ne disposent pas des conditions favorables au télétravail. Pour les activités qui peuvent se poursuivre à distance, le télétravail demeure encouragé.

Les entreprises qui souhaitent un retour des effectifs sur le lieu de travail doivent mettre en place les mesures sanitaires préconisées, dont la distanciation sociale de 2 mètres entre les individus. Le port du couvre-visage est également obligatoire dans toutes les aires communes des édifices à bureaux.