Déplacements entre les régions et les villes

En aucun cas si la personne présente des symptômes de la COVID-19.

Il est permis pour un parent de se rendre dans l’une des régions visées pour respecter les modalités relatives à la garde d’un enfant, telles qu’une ordonnance contenue dans un jugement rendu par un tribunal ou une entente de droits d’accès.

Oui, avec preuve de résidence. Toutefois, si la personne présente des symptômes de la COVID‑19, elle devra être en isolement obligatoire durant 14 jours, dans un lieu désigné par l’agent de quarantaine ou toute autorité concernée.

Oui, car la visite d’un parent en fin de vie est considérée comme une action à caractère humanitaire. Le déplacement ne sera toutefois pas permis si la personne présente des symptômes de la COVID-19.

Avant d’entreprendre un tel déplacement, il faut toutefois s’assurer que l’hôpital autorisera la visite.

Moyens de transport

Les services de transport en commun demeurent opérationnels et représentent un service essentiel pour permettre, notamment, au personnel du réseau de la santé et des services sociaux de se déplacer.

Les sociétés de transport du Québec ont accentué la fréquence de l’entretien de leurs véhicules et installations.

Les usagers de 10 ans et plus devront obligatoirement porter un couvre-visage dans les transports en commun. Les enfants de moins de 10 ans, les personnes dont la condition médicale particulière empêche le port du masque ainsi que celles qui ne sont pas capables de mettre ou de retirer le masque par elles-mêmes ne sont pas visés par l’obligation de porter le couvre-visage dans les transports en commun. Toutefois, pour les enfants de 2 à 9 ans, le port du couvre-visage ou du masque est recommandé.

Les usagers sont tout de même invités à appliquer les consignes sanitaires habituelles et à conserver, dans la mesure du possible, une distance de deux mètres avec les autres personnes présentes.

De plus, les usagers sont invités, dans la mesure du possible, à modifier leurs horaires habituels de façon à limiter les foules présentes dans le transport en commun aux heures de pointe.

Il est aussi important de bien se laver les mains pendant au moins 20 secondes avant et après l’utilisation de transports en commun.

Il est recommandé que les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 n’utilisent pas le transport en commun, le métro ou le taxi pour leurs déplacements, y compris pour aller à un rendez-vous médical, ou pour retourner à leur domicile.

L’utilisation d’une voiture privée est privilégiée. Si ce n’est pas possible, un transport en taxi peut être acceptable, afin d’éviter que la personne n’utilise le transport en commun. Il faudra alors appliquer, de façon rigoureuse, les mesures de prévention suivantes :

  • Privilégier les modèles de taxi où les surfaces intérieures peuvent facilement être nettoyées et désinfectées (par exemple, un intérieur en vinyle plutôt qu’en tissu) et où il est possible de s’asseoir à 2 mètres ou plus du chauffeur (par exemple, une fourgonnette).
  • Nettoyer ses mains avant de monter dans le taxi avec une solution hydroalcoolique, comme le Purell® ou Bacti Control®.
  • S’asseoir le plus loin possible du chauffeur.
  • Porter un masque en tout temps pendant le transport en taxi. En l’absence d’un masque, elle devra se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en papier ou en tissu.
  • Ouvrir les fenêtres du véhicule si les conditions météorologiques le permettent.
  • Utiliser une solution hydroalcoolique pour nettoyer ses mains après s’être mouchée.
  • Limiter ses contacts avec les surfaces intérieures du taxi.

Les chauffeurs de taxi devraient se laver les mains régulièrement à l'eau tiède courante et au savon pendant au moins 20 secondes :

  • avant de manger;
  • avant de fumer;
  • après être allé aux toilettes;
  • après s’être mouché;
  • se laver les mains ou utiliser une solution hydroalcoolique, comme le Purell® ou Bacti Control®, après le transport d’une personne malade ou présentant des symptômes de la COVID‑19.

Les chauffeurs devraient également suivre ces consignes :

  • Porter un couvre-visage (obligatoire à compter du 13 juillet 2020).
  • Avoir en tout temps des solutions hydroalcooliques ou des lingettes désinfectantes.
  • Éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.
  • Avoir des produits nettoyants dans les taxis et laver quotidiennement le contenant des produits nettoyants.
  • Avoir des mouchoirs en papier dans le taxi à disposition des clients.
  • Nettoyer et désinfecter plusieurs fois par jour les équipements les plus utilisés, comme le volant et les poignées.
  • Désinfecter les surfaces touchées ou potentiellement touchées par une personne malade ou présentant des symptômes de la COVID‑19 immédiatement après son transport.
  • Tout chauffeur qui présente de symptômes de la COVID‑19 ne devrait pas travailler.

La pratique du VTT et du motocross est permise sur tout le territoire québécois. Toutefois, vous devez vous conformer aux consignes sanitaires édictées par les autorités de santé publique. Vous devez également respecter les règles de sécurité dans la pratique du véhicule tout-terrain Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. et adopter de bons comportements afin de réduire les risques d’accidents sur les sentiers.

En zone rouge, il n’est pas recommandé de faire du covoiturage avec une autre personne qui n’habite pas à la même adresse. Si d’autres options ne sont pas disponibles, il est alors préférable que le passager soit assis à l’arrière du véhicule. Aussi, il est important de respecter les consignes sanitaires, de ne pas s’échanger d’objets et de veiller à la désinfection des surfaces touchées par le passager après la journée de travail. Le port du couvre-visage, aussi appelé masque artisanal, est fortement recommandé lorsque la distanciation physique de 2 mètres n'est pas possible. Pour les travailleurs qui portent un masque médical dans le cadre du travail, il est recommandé de garder ce même masque fourni par l’employeur durant le covoiturage. Si vous devez faire du covoiturage, privilégiez que ce soit toujours avec la même personne et réduisez au minimum le nombre de personnes dans la voiture. Le non-respect de cette recommandation expose à une amende.

Consultez le document suivant pour plus d’information sur les mesures à respecter : COVID-19 : Taxi, covoiturage et transport adapté Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Vous pouvez utiliser des services de taxi, de covoiturage, d’accompagnement-transport bénévole ou de transport adapté en vous assurant de respecter les consignes sanitaires. Notez que les personnes offrant ce type de services doivent également suivre les recommandations intérimaires concernant les chauffeurs de l’industrie du taxi, du covoiturage, de l’accompagnement-transport bénévole et du transport adapté Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. émises par l’INSPQ.

Le port du couvre-visage, aussi appelé masque artisanal, est obligatoire dans les transports en commun pour les personnes de 10 ans et plus. Les enfants de moins de 10 ans, les personnes dont la condition médicale particulière empêche le port du masque ainsi que celles qui ne sont pas capables de mettre ou de retirer le masque par elles-mêmes ne sont pas visés par l’obligation de porter le couvre-visage dans les transports en commun. Toutefois, pour les enfants de 2 à 9 ans, le port du couvre-visage ou du masque est recommandé.

Selon les connaissances actuelles, la maladie peut être transmise par des personnes asymptomatiques, porteuses de la maladie. Par conséquent, des mesures préventives sont recommandées en tout temps. Consultez les recommandations intérimaires concernant les chauffeurs de l’industrie du taxi, du covoiturage, de l’accompagnement-transport bénévole et du transport adapté Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. émises par l’INSPQ.

À la lumière des connaissances actuelles, l’utilisation de cloisons pour séparer les passagers à l’avant et à l’arrière d’une voiture et pour séparer deux passagers sur la banquette arrière semble une option pertinente pour empêcher la propagation de la COVID-19 entre les occupants. L’utilisation de cloisons faites d’un matériau souple est à privilégier. Pour en savoir plus, consultez les propositions de l’INSPQ quant à l’utilisation de cloisons à l’intérieur des voitures Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Déménagement

En zone rouge, les activités de déménagement sont déconseillées mais pas interdites. Si vous devez absolument déménager respecter les consignes de ce document : COVID‑19 : Mesures pour les déménageurs Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Si vous ne pouvez faire appel à des déménageurs et que vous devez absolument recevoir de l’aide pour votre déménagement, il est possible de faire appel à des proches en s’assurant de respecter certaines recommandations.

Tout d’abord, assurez-vous qu’aucun de ces proches ne présente des symptômes associés à la COVID‑19, ne revienne de voyage depuis moins de 14 jours ou n’a été en contact avec des personnes infectées.

Également, vous devez limiter autant que possible le nombre de personnes présentes ainsi que la durée de leur présence. Gardez toujours, dans la mesure du possible, une distance de deux mètres entre l’ensemble des personnes.

Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau tiède et au savon pendant au moins 20 secondes et respectez les autres consignes sanitaires de base (évitez le contact direct pour les salutations, comme les poignées de main; toussez dans votre coude; évitez de porter vos mains à votre visage, etc.).

Oui, si la personne qui déménage va s’installer dans sa résidence principale et qu’elle ne présente aucun des symptômes de la COVID-19.

Les compagnies de déménagement sont considérées comme des services prioritaires. Les déménageurs ne doivent toutefois pas présenter de symptômes de la COVID-19 pour exercer leur travail.