Réactions possibles à la suite d’un sinistre

Un sinistre constitue un événement soudain et imprévisible qui cause de graves préjudices aux personnes ou d’importants dommages aux biens. Il peut s’agir, par exemple :

  • d’une inondation;
  • d’un séisme;
  • d’une tornade;
  • d’un incendie;
  • d’une tuerie;
  • d’un accident industriel.

Un sinistre perturbe le quotidien sur les plans physique, psychologique, social, matériel, financier et environnemental.

Chaque personne vit un sinistre de façon unique. Des réactions physiques, émotives et comportementales inhabituelles peuvent être ressenties.

Réactions physiques

Les réactions physiques peuvent être :

  • maux de tête;
  • diminution de l’appétit;
  • difficultés du sommeil;
  • tensions musculaires;
  • fatigue;
  • maux d’estomac;
  • palpitation;
  • stress.

Réactions psychoémotives

Les réactions psychoémotives peuvent être :

  • anxiété;
  • confusion;
  • difficultés de concentration;
  • impuissance;
  • désespoir;
  • culpabilité;
  • crainte que l'événement se reproduise;
  • tristesse;
  • déni;
  • sentiments dépressifs;
  • flashbacks (images mentales subites de ce qui s’est produit);
  • difficultés à prendre des décisions;
  • cauchemars;
  • colère;
  • agressivité.

Réactions comportementales

Les réactions comportementales peuvent être :

  • isolement;
  • agitation;
  • irritabilité et colère;
  • conflits avec son entourage;
  • évitement des lieux où s’est produit l’événement;
  • passivité;
  • consommation d’alcool, de drogues ou de médicaments;
  • pleurs.

Autres réactions possibles

De plus, la personne peut remettre en question le sens que l’on donne à la vie. En voici quelques exemples :

  • un sentiment d’injustice : « Pourquoi moi? Pourquoi eux? »;
  • de la difficulté à comprendre ce qui arrive actuellement;
  • un besoin de rechercher le sens à donner à cet événement;
  • de la difficulté à reprendre une vie satisfaisante à ses yeux;
  • se sentir épuisé et perdre l’espoir d’un avenir meilleur.

Malgré la douleur ressentie, il est aussi possible d’avoir des réactions plus positives, comme :

  • un rapprochement avec des personnes de son entourage;
  • une modification ou un renforcement des valeurs de partage et de bienveillance;
  • la création de liens avec de nouvelles personnes qui ont vécu la même situation ou une situation semblable;
  • la découverte de nouvelles forces (une tolérance au stress, une capacité d’adaptation).

Durée et intensité des réactions

Les réactions après un sinistre sont habituellement de courte durée. Pour certaines personnes, ces réactions peuvent être plus intenses et durer plus longtemps. Elles peuvent aussi se manifester de façon plus tardive. Certaines situations peuvent également faire ressurgir des souvenirs difficiles et désagréables. Les réactions peuvent varier selon l’âge de la personne, son état de santé ainsi que les impacts subis à la suite du sinistre.

Les enfants réagissent selon leur âge et ont surtout tendance à imiter les réactions des personnes de leur entourage. Les membres d’une même famille peuvent avoir des réactions différentes. Les réactions peuvent aussi être influencées par les croyances, les valeurs et par le soutien sur lequel la personne peut compter.

Il est important de se rappeler que ces réactions sont normales par rapport à une situation qui, elle, n’est pas normale.

Réactions post-traumatiques

Certaines personnes qui ont survécu à un sinistre et qui ont pu être témoins de scènes traumatisantes peuvent ressentir des réactions post-traumatiques plus douloureuses à supporter.

Des réactions où l’on a l’impression de revivre constamment l’événement :

  • des souvenirs répétitifs et envahissants de l'événement (images, pensées, perceptions);
  • des cauchemars répétitifs;
  • une forte impression que l'événement va se reproduire;
  • des flashbacks (images mentales subites de ce qui s’est produit);
  • un sentiment de détresse et des réactions intenses et incontrôlables lorsque l’on voit des images ou que l’on entend parler de l’événement.

Des réactions d’évitement :

  • des efforts pour éviter tout ce qui peut rappeler l’événement (pensées, sentiments, activités, conversations, images télévisuelles);
  • une incapacité à se rappeler certains aspects importants de l'événement;
  • une réduction de l’intérêt pour les activités que l’on aimait avant l’événement;
  • des difficultés à exprimer ses émotions;
  • un isolement de ses proches;
  • le sentiment qu’il n’y a pas d’avenir possible.

Des réactions physiques et des réactions d’hypervigilance :

  • une fatigue persistante;
  • des nausées, des douleurs au ventre;
  • des douleurs musculaires, de la pression dans la poitrine, la gorge serrée;
  • des maux de tête, des vertiges;
  • des réactions de sursaut;
  • des palpitations, des tremblements, des sueurs.

L’intensité de ces réactions peut amener la personne à s’épuiser progressivement et à se sentir de plus en plus déprimée. Si ces réactions persistent, il est important de consulter un professionnel afin de bien évaluer sa situation et de recevoir les services appropriés. Consulter la page Demander du soutien et de l’aide psychosociale après un sinistre.

Dernière mise à jour : 21 mars 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec