Bonnes pratiques et interdictions

La pêche est l’activité de pleine nature par excellence. Elle vous permet de découvrir une variété d’espèces tout en vous reconnectant avec votre environnement. Peu importe l’endroit où vous pêchez, de bonnes pratiques sont de mises pour assurer la préservation des poissons et des lieux.

Remise à l’eau du poisson

Vous devez rejeter immédiatement dans les eaux de sa capture (et en évitant de le blesser inutilement s’il est toujours vivant) tout poisson :

  • d’une longueur hors de la limite permise (s’il une telle limite existe);
  • capturé pendant une période ou dans un lieu où sa pêche est interdite (il est par le fait même interdit de pêcher en vue de capturer volontairement une espèce de poisson pendant une période où la pêche à cette espèce est interdite);
  • capturé lorsque vous avez atteint la limite de prise;
  • capturé au moyen d’une méthode ou d’un équipement de pêche interdit;
  • capturé en vertu du permis de pêche sportive avec remise à l’eau obligatoire.

Chevaliers et meuniers

Pour certains plans d’eau, il est interdit de prendre et de garder les chevaliers et les meuniers. Vous devez alors les remettre à l’eau. La carpe, qui est souvent confondue avec ces deux espèces, peut toutefois être gardée. Pour bien les différencier, consultez nos fiches d’identifications des poissons d’intérêt sportif du Québec. Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Remise à l’eau volontaire

Vous pouvez remettre à l’eau, vivant, le poisson que vous venez de prendre et que vous êtes en droit de garder. Vous devez bien entendu le faire avec soin en vous assurant de le blesser le moins possible.

Saumon atlantique

Dans une perspective de conservation et d’esprit sportif, nous invitons (tout comme la Fédération québécoise pour le saumon atlantique) les pêcheurs de saumons à se limiter à 3 remises à l’eau par jour.

Dans tous ces cas, pour donner toutes les chances au poisson de survivre et pour que votre action compte vraiment, vous devez respecter les Saines pratiques de la remise à l’eau Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Autres bonnes pratiques

Partage du territoire

Bien qu’en vertu de la loi pêcher soit un droit, vous ne bénéficiez pas pour autant, en tant que pêcheur, d’une exclusivité ou d’une priorité d’utilisation du territoire public Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. au détriment des autres amateurs de plein air, pas plus que vous pouvez accéder à un terrain privé sans l’autorisation du propriétaire.

Le partage du territoire par les utilisateurs doit se faire dans un esprit de cohabitation harmonieuse et de comportement éthique.

Gestion des déchets

La pêche sportive permet de se retrouver en nature, mais, pour en préserver le charme, elle doit demeurer propre et intacte, d’où l’importance de vous assurer de n’y laisser aucun déchet après votre passage.

Vous devez nettoyer et vider vos prises directement sur votre emplacement de pêche? Sachez qu’il est permis de jeter les viscères dans le plan d’eau à la condition que ce ne soit pas dans le but d’attirer d’autres poissons.

Il est par ailleurs interdit de :

  • laisser ou de déposer des déchets issus de poissons ou d’animaux marins sur la rive, la grève ou le bord d’un plan d’eau, ou sur la grève entre les laisses de haute et de basse mer;
  • laisser du poisson gâté ou en putréfaction dans un filet ou autre engin de pêche.

Protection des habitats fauniques

Les habitats fauniques sont protégés par une loi qui interdit toute activité susceptible de modifier un élément biologique, physique ou chimique propre à l’habitat d’un animal ou du poisson. En tant que pêcheur, vous avez donc la responsabilité de toujours laisser votre lieu de pêche exactement dans le même état qu’il était avant votre passage.

Concrètement, dans tous plans d’eau (y compris les marais, les plaines d’inondation et les marécages), vous ne devez en aucun cas :

  • déverser de l’huile, de l’essence ou tout autre déchet ou substance toxique;
  • circuler à gué avec un véhicule motorisé (valable également le long d’une rive ou d’un littoral);
  • construire un barrage qui, en plus d’empêcher la libre circulation du poisson, peut modifier son habitat
  • prélever ou déposer du gravier ou des roches dans leur fond.

Si vous êtes témoin de tels actes, rapportezles à un agent de protection de la faune en communiquant avec SOS Braconnage Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Circulation dans les milieux fragiles

Le Québec est riche en lacs, en rivières et en cours d’eau, mais il n’est pas toujours facile d’y accéder. Il faut savoir que les milieux fragiles sont également protégés et que la circulation autour du plan d’eau que vous convoitez est peut-être règlementée. En déplacement vers votre lieu de pêche, assurez-vous de ne pas circuler en véhicule motorisé (à l’exception de la motoneige) :

  • sur une dune, une plage ou les cordons littoraux;
  • dans les tourbières du domaine de l’État, au sud du fleuve Saint-Laurent, de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent;
  • dans les marais ou les marécages situés sur les battures du fleuve Saint-Laurent en aval du pont Laviolette, de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, de la baie des Chaleurs et des îles qui y sont situées (sauf pour accéder à une propriété privée ou aux sentiers désignés et aménagés pour les activités de villégiature).

Nettoyage des embarcations

Vous utilisez votre propre embarcation pour pêcher? Sachez qu’un simple nettoyage de celle-ci pourrait prévenir l’introduction et la propagation d’espèces aquatiques envahissantes.

Pour savoir comment procéder, suivez le Guide des bonnes pratiques en milieu aquatique dans le but de prévenir l’introduction et la propagation d’espèces aquatiques envahissantes Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Sécurité nautique

Sur les plans d’eau, la sécurité est de mise. En plus du port obligatoire de la veste de flottaison, vous pourriez devoir détenir un permis d’embarcation de plaisance.

Pour en savoir davantage, rendez vous sur le site de Transports Canada Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Pratiques interdites

Pour pêcher au Québec, il faut respecter la réglementation générale (permis, périodes de pêche, quotas, etc.) au risque de vous exposer, en cas d’infraction, à des amendes variables selon la nature du délit.

Sachez que, en plus des règles présentées dans la section Pêche sportive, il est aussi interdit :

  • de pêcher simultanément à la ligne et à la mouche : le pêcheur doit utiliser une seule ligne à la fois;
  • de pêcher ou de tenter de prendre un poisson si la pêche en est interdite même si vous prévoyez de le remettre à l’eau immédiatement;
  • d’accepter d’un bénéficiaire du droit d’exploitation prévu par la Loi sur les droits de chasse et de pêche dans les territoires de la Baie-James et du Nouveau-Québec (RLRQ, chapitre D-13.1) tout poisson pris en vertu de ce droit à des fins personnelles ou communautaires, à moins qu’il ne provienne d’une pêche commerciale autorisée (ou que vous soyez vous-même un bénéficiaire de ce droit);
  • de pêcher à l’aide d’hameçons ou de crochets manipulés intentionnellement de façon à accrocher ou à percer toute partie du poisson sauf dans le cas où le poisson prend l'hameçon dans sa bouche. Il est alors interdit de garder un poisson qui aurait été pris de cette façon;
  • de pêcher à partir d'un pont qui traverse une rivière à saumon ou son estuaire;
  • de pêcher dans une rivière à saumon durant la période comprise entre une heure après le coucher du soleil et une heure avant son lever;
  • d’utiliser, pour sortir de l’eau le poisson pris à la pêche sportive :
    • un filet autre qu’une épuisette,
    • un serre-queue de plus de 2 m de longueur,
    • une gaffe à ressort,
    • une gaffe, quelle qu’elle soit, pour le saumon;
  • de pêcher à moins de 23 m en aval de l’entrée inférieure d’une échelle à poisson, d’une passe migratoire en activité, d’un obstacle ou d’un espace à sauter aménagé pour faciliter le passage du poisson;
  • de laisser se gâter un poisson propre à la consommation humaine qu’on a pris et gardé.

Le poisson pris à la pêche sportive n'est pas destiné à la vente

Vous ne pouvez vendre, acheter ou avoir en votre possession du poisson pêché illégalement.

Il vous est également interdit de vendre, d’acheter, de troquer ou d’offrir d’acheter les poissons ci-dessous, qu’ils aient été pêchés au Québec ou ailleurs en vertu d’un permis de pêche sportive:

  • Achigans
  • Aloses
  • Anguille d’Amérique
  • Bar rayé
  • Bar blanc
  • Barbottes
  • Barbue de rivière
  • Carpe
  • Chevalier cuivré
  • Chevalier de rivière
  • Crapets
  • Esturgeons
  • Grand brochet
  • Brochet maillé
  • Dorés
  • Éperlan
  • Lotte
  • Marigane noire
  • Maskinongés
  • Perchaude
  • Ombles
  • Ouananiche
  • Saumon atlantique
  • Tanche
  • Touladis
  • Truite arc-en-ciel
  • Truite brune
  • Poissons appâts capturés à la pêche sportive
  • Saumon atlantique provenant du milieu naturel