1. Accueil  
  2. Transports  
  3. Circulation et sécurité routière  
  4. Conduire en hiver  
  5. Déneigement et déglaçage des routes

Déneigement et déglaçage des routes

En hiver, les opérations de déneigement et de déglaçage des routes sont essentielles à la sécurité et au maintien de la fluidité du réseau. Le contenu suivant permet de mieux comprendre ces activités réalisées par le ministère des Transports sur près de 32 000 kilomètres de routes dans l’ensemble du Québec.

Déneigement des routes

Pour bien faire leur travail, les conductrices et conducteurs de chasse-neige doivent rouler à une vitesse maximale de 50 km/h.

Une vitesse trop élevée peut :

  • affecter la qualité du déneigement;
  • faire tomber la neige soulevée derrière le véhicule plutôt que la pousser hors de la chaussée;
  • réduire la visibilité des usagers de la route;
  • tasser ou pousser la neige de manière moins efficace, puisqu’elle se disperse alors hors de la voie de circulation.

Lorsque le déneigement a lieu sur une route qui comprend plus d’une voie de circulation, comme sur les autoroutes, plusieurs camions de déneigement sont utilisés. Ces derniers n’ont d’autre choix que de demeurer dans la voie à déneiger même s’il s’agit d’une voie de dépassement.

Interdiction de dépassement

Vous ne devez pas dépasser des chasse-neiges qui circulent en formation serrée. Il est fortement déconseillé de vous insérer dans un convoi de déneigement même si l’espacement entre les véhicules le permet.

Déglaçage des routes

Pour réussir le déglaçage de la chaussée, il faut d’abord bien la déneiger. Moins il reste de neige sur la chaussée, plus l’opération de déglaçage est efficace. La route retrouve ainsi plus rapidement des conditions de circulation sécuritaires.

L’un des matériaux les plus utilisés pour déglacer les routes est le sel. Ce dernier a pour rôles d’empêcher la neige et la glace d’adhérer à la chaussée ou de briser la couche de neige ou de glace qui se serait déjà formée en la faisant fondre.

Le sel a besoin d’humidité, de chaleur et de temps pour se dissoudre et former une solution suffisamment efficace pour dégager la chaussée. Ainsi, son épandage est rarement réalisé à des températures de chaussée inférieures à -15 °C.

Lorsque les températures sont inférieures à -15 °C, l’épandage de matériaux abrasifs, comme le sable ou les petites pierres, est priorisé. Les abrasifs n’ont pas d’effet de fonte sur la neige ou la glace. Leur rôle consiste plutôt à maintenir l’adhérence nécessaire entre les pneus des véhicules et la chaussée et à permettre des déplacements sécuritaires.

Stations météoroutières

Afin de faciliter leur prise de décision, les responsables des opérations d’entretien hivernal au Ministère disposent d’un réseau de plus de 50 stations météoroutières fixes et de plus de 240 stations météoroutières mobiles installées dans des véhicules.

Ces stations les informent notamment sur :

  • la température de surface de la chaussée;
  • la température de l’air;
  • la circulation sur le réseau;
  • l’état de la chaussée (enneigée, glacée, etc.);
  • la température du point de rosée;
  • la direction

Dernière mise à jour : 29 juillet 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec