Les arbres fruitiers sont un choix judicieux pour de nouvelles plantations. Ils contribuent à réduire le nombre d’îlots de chaleur et favorisent la biodiversité, la captation du carbone et l’offre de nourriture à la portée des citadins.

Choix de l'arbre fruitier

Choisir un arbre fruitier est une décision importante. Il ornera votre terrain pendant plusieurs dizaines d’années.

Vous devez :

  1. Sélectionner une espèce : pommier, poirier, cerisier, prunier, abricotier, etc.
  2. Vous informer sur les caractéristiques des cultivars disponibles sur le marché. Vous pourrez sélectionner l’espèce la mieux adaptée à votre type de sol, au climat et à l’ensoleillement de votre terrain.

De plus, la Loi sur la protection sanitaire des cultures Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. vous oblige à prendre les mesures nécessaires pour contrôler les organismes nuisibles. Vous devez éviter la propagation des insectes nuisibles ou des maladies à une culture commerciale.

Important : L’achat spontané d'un arbre fruitier est un geste à éviter. L’essence choisie et l’endroit de la plantation auront une incidence sur la taille, sur la résistance aux maladies et sur la production de fruits.

Conditions de culture

Plusieurs conditions doivent être présentes pour obtenir une bonne culture :

  1. Les arbres fruitiers requièrent généralement beaucoup de soleil et un sol bien drainé. Selon l’espèce choisie, une plantation à la mi-ombre est également possible. Toutefois, sa production risque d’être moins généreuse et les risques de maladies seront plus élevés.
  2. Selon l’espèce choisie, votre arbre peut préférer un sol acide ou un sol neutre.
  3. Certains cultivars sont autofertiles, c’est-à-dire qu’ils peuvent produire des fruits à l’aide du pollen des fleurs du même arbre. Les autres doivent être fécondés par un arbre différent, mais de la même espèce.
  4. Choisissez un arbre qui correspond à votre zone de rusticité. Les zones du sud du Québec sont plus favorables à la croissance d’arbres fruitiers, comme les poiriers et les cerisiers de France. Les villes du nord sont plus propices à des espèces plus rustiques, comme les pommiers ou les pruniers.

Trucs et astuces :

  • Certaines pépinières offrent des arbres greffés avec deux variétés compatibles sur le même pied afin de faciliter la fécondation. Sinon, vérifiez s’il y a un arbre compatible à proximité du lieu de plantation ou achetez un deuxième arbre fruitier pour permettre la production de fruits.
  • Si vous manquez d’espace, vous pouvez opter pour des variétés autofertiles, des arbres fruitiers nains ou des espèces arbustives comme le kiwi, le bleuet, la framboise ou le sureau. Cultiver des arbres fruitiers en pot est aussi une belle option pour maximiser l’espace.

À retenir : Plus la zone de rusticité est élevée, plus le choix d’espèces est grand. Visitez la carte des zones de rusticité des plantes au Canada Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. d’Agriculture et Agroalimentaire Canada afin de découvrir dans quelle zone de rusticité vous vous situez, ou demandez à votre pépiniériste de vous conseiller.

Étapes de plantation

  1. Creusez un trou deux fois plus large et un peu plus profond que la grosseur de la motte de votre arbre.
  2. Sortez délicatement la motte du pot et entaillez-la légèrement pour permettre aux racines un meilleur déploiement au moment de la plantation.
  3. Mélangez au sol un peu de mycorhizes, ce qui servira à combler le trou. L’ajout de mycorhizes améliore l’enracinement de l’arbre.
  4. Disposez ce mélange au fond du trou, ainsi qu’au pourtour de la motte.
  5. Placez votre arbre fruitier au centre du trou.
  6. Ajoutez de la terre et un peu de compost, qui fournira des éléments nutritifs à l’arbre.
  7. Compactez bien le sol et recouvrez-le d’un paillis.
  8. Arrosez abondamment.
  9. Installez un tuteur. Il pourra être retiré après deux ans, sauf pour les variétés naines, pour lesquelles il doit demeurer en permanence afin de soutenir le poids des fruits.
  10. Placez une protection contre les rongeurs à la base du tronc. Cette protection doit être maintenue en place durant les premières années de vie de l’arbre, sur une hauteur équivalente à celle de la neige en hiver.

Taille des arbres fruitiers

Durant les cinq premières années de vie de votre arbre, vous devrez effectuer la taille de formation. Coupez certaines branches afin d’améliorer la charpente de l’arbre tout en respectant son port naturel. Durant cette période, vous ne pourrez pas récolter de fruits.

Après ces cinq ans, vous devrez chaque année effectuer la taille de production. Elle assure des productions plus abondantes, tout en aidant l'arbre à se protéger des maladies. Un arbre non taillé est plus vulnérable aux maladies et produit des fruits moins nombreux et plus petits.

Différentes techniques existent pour tailler les arbres fruitiers. Vous pouvez tailler entre 5 et 15 % des branches par année pour enlever le bois mort ou présentant des maladie. La taille favorise l’entrée de lumière et le renouvellement des boutons floraux des branches fruitières. L'effectuer à la fin mars, lorsque le risque de grand gel est écarté. Utiliser un sécateur bien affuté et propre.

Les premiers fruits apparaîtront après trois et cinq ans. Certaines espèces de fruitiers nains donneront toutefois des fruits prêts à être consommés dès l’âge de deux ans. Les fruits produits avant cet âge devront être enlevés de l’arbre dès leur apparition. Il gardera ainsi son énergie pour développer ses tiges et ses racines.

Maladies et insectes ravageurs pouvant affecter vos arbres fruitiers

Plusieurs bactéries, champignons et insectes indésirables peuvent affecter vos arbres fruitiers, dont :

Vous avez la responsabilité de veiller à garder vos arbres fruitiers en bonne santé, en particulier si vous vous trouvez près de vergers commerciaux.

Prévenir les dommages causés par les ravageurs

Diverses techniques permettent de prévenir les dommages causés par des ravageurs. En voici quelques-unes.

Pièges à insectes

L’installation de pièges dans lesquels est installé un appât pour les insectes prédateurs permet de faire le décompte des insectes nuisibles présents dans vos arbres. En cas d’infestation importante, il peut être nécessaire de traiter l’arbre atteint à l’aide d’un insecticide.

Important : Avant de réaliser un traitement sur votre arbre fruitier, consultez le Code de gestion des pesticides Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour vous assurer que votre traitement respecte la réglementation en vigueur. Vérifiez également la réglementation de votre municipalité quant à l’usage des pesticides. Enfin, informez-vous sur les autres traitements qui s’offrent à vous.

Tailler sous l’infection

Certaines maladies nécessitent des tailles particulières. Dans le cas de la brûlure bactérienne, on recommande de couper la branche malade de 30 à 45 centimètres sous l’emplacement des symptômes pour limiter la propagation de la maladie. Si la maladie a atteint le tronc, il est malheureusement nécessaire d’abattre l’arbre.

Après la taille, stérilisez toujours vos outils et brûlez les branches coupées.

Prévention

Un dépistage hâtif et des traitements préventifs évitent de perdre vos récoltes. Un bon entretien autour de votre arbre fruitier comprend :

  • le désherbage et la tonte;
  • le déchiquetage des feuilles au sol;
  • le paillage du pied de votre arbre.

Finalement, une fertilisation adéquate, un arrosage régulier et une taille annuelle aident votre arbre à rester en bonne santé.

Récolte

Pour alléger votre travail et éviter le gaspillage, la cueillette et la transformation de vos fruits peuvent être partagées. C’est le moment idéal à partager avec vos voisins ou avec un organisme local œuvrant en sécurité alimentaire. Plusieurs groupes urbains participent à la cueillette de fruits sur une propriété privée ou dans un domaine public. Ils partagent la récolte entre les cueilleurs, les propriétaires et un organisme local.