Portraits régionaux de l'agriculture

La superficie zonée agricole sur le territoire du Québec est évaluée à 6,3 millions d’hectares. Cela représente 5 % de toute la superficie de la province. Le Centre-du-Québec, la Montérégie, l’Estrie et la Chaudière-Appalaches sont les régions qui affichent le plus grand taux de zone agricole par rapport à l’étendue de leur territoire.

Le Profil régional de l'industrie bioalimentaire au Québec - estimations pour 2021 (PDF 6.10 Mo) permet d'apprécier la valeur et l'importance de cette industrie au Québec.

Découvrez l'activité agricole dans chacune des régions administratives du Québec.

Notez que certaines statistiques peuvent différer dans les documents présentés en fonction des sources utilisées.

Le territoire de l'Abitibi-Témiscamingue est jeune et encore peu exploité, mais son potentiel bioalimentaire est considérable.

La région couvre une superficie de 64 656 km2, soit 3,8 % de la superficie du Québec. Une faible partie seulement est consacrée à l'agriculture.

  • Superficie agricole : 633 000 hectares (11 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 599
  • Recettes en provenance du marché : 132 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 32 %
  • Céréales et oléagineux : 14 %
  • Bovins et veaux : 9 %
  • Pommes de terre : 6 %
  • Volailles et oeufs : 5 %

Atouts et spécificités

  • Disponibilité de terres de qualité à un coût abordable
  • Grande partie des superficies cultivées destinée à la culture fourragère
  • Bon nombre de productrices et de producteurs vivant uniquement de l'élevage de bovins de boucherie
  • Développement important du secteur des productions biologiques

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de l'Abitibi-Témiscamingue - estimations pour 2021 (PDF 321 Ko) et le Portrait bioalimentaire de l’Abitibi-Témiscamingue (PDF 1.04 Mo)

Les ressources et les conditions naturelles dans le Bas-Saint-Laurent ont façonné l’industrie agroalimentaire. Le faible coût des terres agricoles, la qualité de l’eau de même que le climat frais et humide représentent des avantages pour le développement de ce secteur.

  • Superficie agricole : 642 000 hectares (29 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 1 919
  • Recettes en provenance du marché : 607 milions $
  • Débarquements des pêches maritimes : 17 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 48 %
  • Acériculture : 13 %
  • Porcs : 10 %
  • Céréales et oléagineux : 6 %
  • Bovins et veaux : 4 %

Atouts et spécificités

  • Présence du créneau d’excellence Acéricole
  • Abattoir sous inspection provinciale
  • Types de sols diversifiés, terres agricoles de qualité à prix abordable
  • Centres de formation et d’expertise agricole et agroalimentaire de qualité
  • Entente sectorielle d’envergure pour le secteur bioalimentaire

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire du Bas Saint-Laurent - estimations pour 2021 (PDF 329 Ko) et le Portrait agroalimentaire du Bas-Saint-Laurent (PDF 1.81 Mo)

Profil des MRC

MRC de Kamouraska (PDF 1.89 Mo)
MRC de La Matapédia (PDF 1.83 Mo)
MRC de La Mitis (PDF 1.86 Mo)
MRC de la Matani​e (PDF 1.44 Mo)
MRC de Rimouski-Neigette (PDF 2.41 Mo)
MRC de Rivière-du-Loup (PDF 1.29 Mo)
MRC de Témiscouata (PDF 2.62 Mo)
MRC Les Basq​ues (PDF 1.23 Mo)​​

La région de la Capitale-Nationale surprend par l'importance de son secteur bioalimentaire : production agricole diversifiée, transformation alimentaire en plein essor, établissements de recherche et de formation réputés, et circuits agrotouristiques très prisés.

  • Superficie agricole : 221 000 hectares (12 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 1 025
  • Recettes en provenance du marché : 346 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Porc : 20 %
  • Lait : 19 %
  • Pommes de terre : 15 %
  • Volailles et oeufs : 10 %
  • Fruits : 8 %

Atouts et spécificités

  • Grand bassin de consommateurs (locaux et touristiques)
  • Important réseau d’acteurs, de centres de recherche et d’organismes de soutien à l’industrie agroalimentaire
  • Images de marque fortes, et diversité des produits agricoles et des produits de créneau
  • Importance de l’offre agrotouristique et du tourisme gourmand
  • Présence de plusieurs restaurants gastronomiques favorisant la mise en marché de produits frais et de produits de niche

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de la Capitale-Nationale - estimations pour 2021 (PDF 297 Ko) et les Données portant sur le secteur bioalimentaire de la Capitale-Nationale (PDF 200 Ko).

Profil des MRC ou des villes

MRC de Charlevoix (PDF 160 Ko)
MRC de Charlevoix-Est (PDF 186 Ko)
MRC de La Côte-de-Beaupré (PDF 147 Ko)
MRC de La Jacques-Cartier (PDF 160 Ko)
MRC de L'Île d'Orléans (PDF 146 Ko)
MRC de Portneuf (PDF 148 Ko)
Ville de Québec (PDF 158 Ko)

Le Centre-du-Québec est une importante région agricole située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent. Elle bénéficie d’un climat tempéré et de sols fertiles. L’agriculture est très diversifiée et bien répartie sur l’ensemble de son territoire.

  • Superficie agricole : 645 000 hectares (93 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 3 071
  • Recettes en provenance du marché : 1 399 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 30 %
  • Porcs : 19 %
  • Céréales et oléagineux : 16 %
  • Volailles et oeufs : 11 %
  • Fruits : 6 %

Atouts et spécificités

  • Culture de petits fruits, y compris la canneberge
  • Mise en œuvre de nombreuses initiatives en matière d’agroenvironnement
  • Circuits et activités agrotouristiques

Portrait agroalimentaire

Pour un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire du Centre-du-Québec - estimations pour 2021 (PDF 434 Ko) et les Données portant sur le secteur bioalimentaire du Centre-du-Québec (PDF 168 Ko).

Profil des MRC

MRC d’Arthabaska (PDF 143 Ko)
MRC de Bécancour (PDF 131 Ko)
MRC de Drummond (PDF 131 Ko)
MRC de l’Érable (PDF 131 Ko)
MRC de Nicolet-Yamaska (PDF 144 Ko)

La Chaudière-Appalaches est la deuxième plus importante région au Québec dans le domaine bioalimentaire. Le savoir-faire des entrepreneurs dans une grande variété de productions ainsi que la qualité et la diversité des aliments font de ce secteur un véritable fleuron de la région.

  • Superficie agricole : 1 002 000 hectares (67 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 5 407
  • Recettes en provenance du marché : 1 858 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Porcs : 30 %
  • Lait : 30 %
  • Volailles et oeufs : 11 %
  • Acériculture : 8 %
  • Céréales et oléagineux : 6 %

Atouts et spécificités

  • Nombreuses possibilités pour le consommateur d’effectuer des achats en circuit court (marchés publics, activités agroalimentaires ou autocueillette)
  • Proximité du marché de la Capitale-Nationale
  • Plus importante concentration, au Québec, d’entreprises certifiées biologiques
  • Présence de nombreux abattoirs sur le territoire

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de la Chaudière-Appalaches - estimations pour 2021 (PDF 408 Ko) et les Données portant sur le secteur bioalimentaire de la Chaudière-Appalaches (PDF 254 Ko)

Profil des MRC ou des villes

MRC de Beauce-Sartigan (PDF 226 Ko)
MRC de Bellechasse (PDF 225 Ko)
MRC des Etchemins (PDF 170 Ko)
MRC des Appalaches (PDF 157 Ko)   
MRC de L'Islet (PDF 209 Ko)
MRC de Lotbinière (PDF 157 Ko)
MRC de Montmagny (PDF 156 Ko)
MRC de La Nouvelle-Beauce (PDF 197 Ko)
MRC de Beauce-Centre (PDF 157 Ko) (anciennement MRC de Robert-Cliche)
Ville de Lévis (PDF 144 Ko)

La Côte-Nord est la deuxième plus grande région du Québec. Bien que la nature y favorise moins la pratique de l’agriculture, l’avenir est prometteur pour la culture de petits fruits nordiques, bien adaptés au climat rigoureux.

Le Nord-du-Québec est une région démesurément vaste, tout comme ses ressources naturelles. Toutefois, c'est en forêt et dans le sous-sol qu'on les exploite. Même si l'agriculture y est peu pratiquée, plusieurs secteurs présentent un bon potentiel de développement.

  • Superficie agricole : 51 000 hectares
  • Nombre d’exploitations agricoles : 99
  • Recettes en provenance du marché : 17 millions $
  • Débarquements des pêches maritimes : 84 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Fruits : 28 %
  • Légumes : 27 %
  • Pommes de terre : 9 %
  • Lait : 8 %
  • Horticulture ornementale : 5 %

Atouts et spécificités

  • Offre de divers produits forestiers non ligneux
  • Potentiel de développement exceptionnel pour la culture de petits fruits
  • Filière de pêche commerciale bien structurée de la mer à la table
  • Place prépondérante des communautés innues dans la pêche et la transformation de produits marins
  • Intégration progressive des communautés innues dans la production agricole

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec - estimations pour 2021 (PDF 312 Ko)

L’Estrie se caractérise par ses terres cultivées en cantons et ses forêts entrecoupées de collines, de lacs et de cours d’eau, qui offrent un paysage unique au Québec.

Pionnière de l’agriculture biologique dans la province, l’Estrie est aussi réputée pour ses fromages, qui sont généralement artisanaux. Comme les autres savoureux produits du terroir estrien, ils sont mis en valeur sur le circuit agrotouristique.

  • Superficie agricole : 705 000 hectares (69 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 2 748
  • Recettes en provenance du marché : 805 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 35 %
  • Porcs : 21 %
  • Horticulture ornementale : 15 %
  • Acériculture : 8 %
  • Céréales et oléagineux : 5 %

Atouts et spécificités

  • Ressources fourragères abondantes pour le développement de productions animales, comme l’élevage de ruminants
  • Une des principales régions productrices de sirop d’érable
  • Réseau L’ARTERRE bien structuré et dynamique pour accueillir la relève agricole et faciliter les transferts de fermes et d’établissements
  • Offres en agrotourisme et en tourisme gourmand développées et reconnues, appuyées notamment par la signature Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est
  • Proximité du marché américain pour l’exportation ainsi que pour la clientèle touristique

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de l’Estrie - estimations pour 2021 (PDF 317 Ko)

La région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine est située à l'extrémité est du Québec. Le relief accidenté et l'importance de la forêt sur la péninsule gaspésienne, combinés au territoire restreint de l’archipel, font qu'une petite portion de son vaste territoire est consacrée à l'agriculture.

  • Superficie agricole : 86 000 hectares (4 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 248
  • Recettes en provenance du marché : 30 millions $
  • Débarquements des pêches maritimes : 336 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 21 %
  • Acériculture : 15 %
  • Légumes : 11 %
  • Horticulture ornementale : 8 %
  • Céréales et oléagineux : 7 %

Atouts et spécificités

  • Territoire propice au développement des productions biologiques
  • Potentiel acéricole en terre publique
  • Filière de la capture et de la transformation des produits marins bien établie en région
  • Tour gourmand bien établi et panoramique
  • Deux marques de mise en valeur : Gaspésie Gourmande et Le bon goût frais des Îles de la Madeleine
  • Service de distribution consacré à la commercialisation hors région des produits bioalimentaires, soit La Gamme Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine - estimations pour 2021 (PDF 287 Ko)

Entre le fleuve Saint-Laurent et le massif laurentien, vers le centre du Québec, la région de Lanaudière est favorisée par ses terres et son climat.

Elle profite aussi de sa proximité avec le plus grand bassin démographique du Québec, qui est de plus en plus friand de produits frais achetés dans les kiosques fermiers et les marchés publics.

  • Superficie agricole : 206 000 hectares (17 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 1 563
  • Recettes en provenance du marché : 768 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Volailles et oeufs : 27 %
  • Céréales et oléagineux : 16 %
  • Légumes : 15 %
  • Porcs : 13 %
  • Lait : 11 %

Atouts et spécificités

  • Croissance soutenue des productions maraîchères et des superficies cultivées selon le mode de production biologique
  • Industrie bioalimentaire diversifiée et relève agricole familiale présente
  • Agrotransformation, agrotourisme et signature régionale « Goûtez Lanaudière! »
  • Entente sectorielle de développement de l’industrie bioalimentaire qui lie toutes les MRC, la Table des préfets, l’UPA et le MAPAQ
  • Établissements de la Zone Agtech à L’Assomption (zone d’innovation bioalimentaire)

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de Lanaudière - estimations pour 2021 (PDF 317 Ko)

Le secteur bioalimentaire des Laurentides se caractérise principalement par la diversité de ses productions agricoles et de son territoire.

La proximité du marché métropolitain stimule le développement agroalimentaire de la région.

  • Superficie agricole : 195 000 hectares (10 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 1 226
  • Recettes en provenance du marché : 403 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 20 %
  • Légumes : 19 %
  • Céréales et oléagineux : 12 %
  • Horticulture ornementale : 11 %
  • Volailles et oeufs : 10 %

Atouts et spécificités

  • Importance de l’activité agrotouristique en raison de la proximité du marché de la région métropolitaine de Montréal et de la forte croissance démographique régionale
  • Agriculture diversifiée et dynamique
  • Nombreux démarrages d’entreprises dans le secteur de la transformation alimentaire

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire des Laurentides - estimations pour 2021 (PDF 303 Ko)

Entre les Laurentides et Montréal, Laval fait fructifier une zone géographique et climatique exceptionnelle.

Le territoire est à la fois une ville, une région agricole, une technopole et une capitale horticole. Il compte également un centre de transformation et de distribution ainsi qu'un milieu de recherche sur le bioalimentaire.

  • Superficie agricole : 7 000 hectares (29 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 119
  • Recettes en provenance du marché : 92 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Horticulture ornementale : 52 %
  • Légumes : 41 %
  • Céréales et oléagineux : 3 %
  • Fruits : 2 %
  • Lait : 1 %

Atouts et spécificités

  • Secteur de la transformation alimentaire très diversifié
  • Réseau de kiosques à la ferme organisé et reconnu
  • Présence de nombreuses entreprises agricoles implantées depuis plusieurs générations
  • Engagement marqué de la Ville de Laval dans le développement bioalimentaire (Entente sectorielle de développement du secteur agroalimentaire de Laval 2020-2023, Table de développement agroalimentaire de Laval)

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de Laval - estimations pour 2021 (PDF 286 Ko)

La région de la Mauricie a su tirer parti de la proximité des marchés de Montréal et de Québec pour développer son industrie bioalimentaire. Ses sols fertiles, son climat tempéré et la proximité de l'eau sont autant de conditions propices à l'agriculture que l'on y trouve.

  • Superficie agricole : 242 000 hectares (7 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 967
  • Recettes en provenance du marché : 381 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 28 %
  • Céréales et oléagineux : 20 %
  • Volailles et oeufs : 16 %
  • Porcs : 15 %
  • Légumes : 5 %

Atouts et spécificités

  • Culture d’orge brassicole
  • Route des brasseurs de la Mauricie
  • Identifiant régional « MIAM », le meilleur de l’industrie agroalimentaire de la Mauricie 
  • Développement de la filière mycologique
  • Développement de cultures plus rares dans la région (arbres et arbustes fruitiers, sapins de Noël, fleurs coupées)

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de la Mauricie - estimations pour 2021 (PDF 324 Ko) et les Données portant sur le secteur bioalimentaire de la Mauricie (PDF 188 Ko).

Profil des agglomérations, des MRC ou des villes

Agglomération de La Tuque (PDF 184 Ko)
MRC de Maskinongé (PDF 188 Ko)
MRC de Mékinac (PDF 186 Ko)
MRC des Chenaux (PDF 188 Ko)
Ville de Shawinigan (PDF 184 Ko)
Ville de Trois-Rivières (PDF 160 Ko)

La Montérégie est une terre d'abondance. Les 11 000 km2 de la région s'étendent au sud-ouest de Montréal dans la très fertile plaine du Saint-Laurent.

La richesse du sol, la topographie du territoire et les conditions climatiques favorables au développement de l’agriculture en ont fait depuis longtemps une région agricole de premier plan.

  • Superficie agricole : 953 000 hectares (86 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 6 767
  • Recettes en provenance du marché : 3 250 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Céréales et oléagineux : 25 %
  • Porcs : 20 %
  • Lait : 17 %
  • Volailles et oeufs : 13 %
  • Légumes : 12 %

Atouts et spécificités

  • Dynamisme de l’industrie bioalimentaire régionale représenté par une pluralité de modèles d’entreprises (activités et productions diversifiées, entreprises de tailles variées, entreprises en démarrage et en croissance, etc.)
  • Utilisation de nouvelles pratiques culturales innovantes ou respectueuses de l’environnement et mise en valeur de nouveaux produits
  • Présence de plusieurs établissements et organismes à vocation agroalimentaire
  • Présence sur le territoire de TransformAction, le créneau d’excellence en transformation alimentaire
  • Concertation des partenaires, notamment dans le cadre de trois ententes sectorielles et de la campagne La Montérégie : le Garde-Manger du Québec

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de la Montérégie - estimations pour 2021 (PDF 689 Ko)

La région de Montréal représente la plus grande concentration géographique de l'industrie bioalimentaire au Québec. Métropole effervescente, elle se distingue par sa grande variété d'aliments et sa gastronomie d'avant-garde.

  • Superficie agricole : 2 000 hectares (4 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 42
  • Recettes en provenance du marché : 9 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Légumes : 71 %
  • Horticulture ornementale : 13 %
  • Lait : 7 %
  • Céréales et oléagineux : 3 %
  • Volailles et œufs : 2 %

Atouts et spécificités

  • Premier centre de transformation alimentaire du Québec
  • Importance du secteur de l’hôtellerie, de la restauration et des services alimentaires en établissement (HRI)
  • Pôle logistique majeur (infrastructure portuaire, logistique de distribution et d’exportation)
  • Marchés importants, diversifiés et multiculturels
  • Développement soutenu de l’agriculture urbaine
  • Présence de marchés publics notoires (marchés Jean-Talon, Atwater et Maisonneuve)
  • Événements gourmands d’envergure (Montréal à table, Montréal en lumière, Premiers Vendredis)
  • Entente sectorielle avec la Ville de Montréal visant le développement de l’industrie bioalimentaire et de l’agriculture urbaine

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de Montréal - estimations pour 2021 (PDF 342 Ko)

De la rivière des Outaouais jusqu’aux portes de l’Abitibi-Témiscamingue, la grande région de l’Outaouais s’étend sur plus de 30 000 km2. Les entreprises agricoles y bénéficient d'une grande variété de sols, d'un climat propice et varié, d'une eau de qualité en abondance et de terres à des prix compétitifs.

  • Superficie agricole : 316 000 hectares (10 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 945
  • Recettes en provenance du marché : 164 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 18 %
  • Céréales et oléagineux : 17 %
  • Bovins et veaux : 6 %
  • Légumes : 6 %
  • Horticulture ornementale : 3 %

Atouts et spécificités

  • Important marché de consommateurs à proximité (Gatineau et Ottawa : 1,5 million de personnes)
  • Plateforme agricole biologique de L’Ange-Gardien
  • Établissement d’un réseau régional de plateformes d’incubation d’entreprises agroalimentaires
  • Engouement pour le démarrage de nouvelles entreprises agricoles
  • Terres de qualité à prix abordable
  • Participation dynamique des partenaires régionaux au développement bioalimentaire

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire de l’Outaouais - estimations pour 2021 (PDF 332 Ko) et le Portrait bioalimentaire de l'Outaouais 2020 (PDF 4.23 Mo).

Portrait des MRC​ ou des villes

MRC de la Vallée-de-la-Gatineau (PDF 1.35 Mo)
MRC de Papineau (PDF 1.93 Mo)
MRC de Pontiac (PDF 0.92 Mo)
MRC Les Collines-de-l'Outaouais (PDF 1.47 Mo)
Ville de Gatineau (PDF 1.20 Mo)

La région du Saguenay–Lac-Saint-Jean est souvent considérée comme une oasis tempérée en milieu nordique. L'éventail des productions agricoles que l'on y trouve est des plus diversifiés.

  • Superficie agricole : 400 000 hectares (4 % du territoire)
  • Nombre d’exploitations agricoles : 1 185
  • Recettes en provenance du marché : 385 millions $

Principales productions (pourcentage des recettes en provenance du marché)

  • Lait : 40 %
  • Légumes : 11 %
  • Fruits : 10 %
  • Céréales et oléagineux : 8 %
  • Pommes de terre : 8 %

Atouts et spécificités

  • Image de marque de l’industrie agroalimentaire régionale mise en avant par la stratégie de positionnement Zone boréale
  • Créneau d’excellence AgroBoréal se caractérisant par une forte concentration d’entreprises de production et de transformation exploitant le terroir boréal
  • Développement de la culture de la camerise au cours des dernières années
  • Premier rang au Québec pour les superficies de cultures et de pâturages biologiques avec 23 000 hectares

Portrait agroalimentaire

Pour avoir un portrait plus détaillé de la région, consultez le document L'industrie bioalimentaire du Saguenay–Saint-Jean - estimations pour 2021 (PDF 407 Ko)

Dernière mise à jour : 4 novembre 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec